Archives de catégorie : TICE

Appel à communication – Colloque Didapro / Didastic

Le colloque Didapro – DidaSTIC se tient régulièrement depuis une douzaine d’années en s’intéressant spécifiquement aux questions liées à l’enseignement et à l’apprentissage de l’informatique sous ses différentes formes.

Capture d’écran 2015-03-29 à 18.11.00

Au cours du temps, un large spectre de problématiques a été abordé, depuis la question de la production de documents jusqu’à celle de l’enseignement de l’informatique dans les classes terminales, en passant par les nouveaux défis de la conception de curricula ou les questions spécifiques de conception d’objets et de services et les problèmes de la formation des enseignants.

La prochaine édition, s’intéressera à un thème général qui prend de l’ampleur dans différents pays : Quelles éducations au numérique, en classe et pour la vie ?
Ce thème est d’une grande actualité. La multiplication des instruments connectés (matériels et logiciels) et leur accessibilité dès le plus jeune âge renforcent l’idée qu’une éducation au numérique est nécessaire tout au long du cursus scolaire des apprenants et, au-­delà, pendant toute la vie. Mais comment procéder pour accompagner des personnes ayant des intérêts et des spécialisations très différentes au sein de dispositifs de types très divers ? Quel angle choisir à chaque niveau ? Comment transmettre les éléments d’une culture et les fondements d’une science, ainsi que les savoirs indispensables à l’exercice de métiers ? À quels enseignants faire appel, pour installer quelles modalités pédagogiques ?

Vous êtes invités à communiquer autour des thématiques proposées sous forme :

  • d’un article long (entre 8 et 12 pages)
  • d’un article court (4 pages)

Les communications sont à déposer par l’intermédiaire de ce site avant le 30 juin 2015. Le format et la feuille de style incluant les consignes de mise en page seront fournis plus tard.

Pour plus d’information : http://didapro6.sciencesconf.org/

Appel à communication – Atelier « Tablettes » à EAIH 2015

La conférence EIAH est une conférence internationale francophone, placée sous l’égide de l’ATIEF (Association des Technologies de l’Information pour l’Education et la Formation). La 7ème édition de la conférence EIAH (EIAH’2015) aura lieu à Agadir (Maroc) du 2 au 5 juin 2015 et sera organisée par le laboratoire IRF – SIC de l’Université Ibn Zohr.

6428498_orig

Dans ce cadre, j’ai l’occasion d’être dans le comité scientifique de l’atelier 4, « Des tablettes dans la classe », organisé par Delphine Caron, Aurélien Fievez et Laurent Souchard.

Les tablettes tactiles se multiplient dans les écoles et nous souhaitons interroger la pratique et la recherche sur leurs usages dans la salle de classe. Cet atelier est ouvert autant aux praticiens qu’aux chercheurs de toutes les disciplines qui s’intéressent à la place des tablettes tactiles dans la salle de classe et  à son impact sur les apprentissages et sur l’organisation de l’institution elle-même.

  • Usages de la tablette en classe en FLE/FLS (Français Langue Étrangère et/ou Langue Seconde), en mathématiques et dans les disciplines scientifiques, en sciences humaines, en musique et en EPS (Éducation Physique et Sportive)
  • Évaluation des usages des EIAH et en particulier des Serious games
  • Impacts institutionnels de l’usage d’une tablette dans la salle de classe
  • Individualisation de l’enseignement et de l’apprentissage
  • Impacts cognitifs spécifiques de l’usage d’une tablette
  • Accessibilité des tablettes tactiles, lien avec des sources d’information tangible (qrcode, nfc)

L’atelier se déroulera en trois partie : la première sera consacrée à la présentation par des chercheurs des cadres théoriques adaptés à l’usage des tablettes dans la classe,  la deuxième partie à la présentation de retour d’expérience de chercheurs ou de praticiens et la troisième partie à analyser les liens les plus constructifs entre le cadre théorique et la réalité de la pratique dans  la classe.

Les auteurs ont jusqu’au 10 avril pour soumettre une proposition. Celle-ci doit contenir un résumé de la communication en une page. Les présentations, cadres théoriques et retours d’expérience, doivent être des présentations courtes, de l’ordre de 10 minutes avec 5 minutes de questions. Chaque présentation doit mettre l’accent sur ce lien entre l’utilisation d’un cadre théorique et une pratique ordinaire. Un document reprenant  l’ensemble des textes des  communications acceptées sera disponible dans les jours précédents l’atelier.

Pour plus d’informations : http://tabletteseiah.weebly.com/

Se former de manière certificative aux #TICE en #FWB ?

Capture d’écran 2014-09-01 à 21.08.09

Depuis un an, je suis professeur invité à la Haute Ecole de Bruxelles et à la Haute Ecole Francisco Ferrer dans le cadre d’une année de spécialisation consacrée à l’intégration des technologies nouvelles au service de l’enseignement, la « 4ème TICE ». J’y donne trois cours « Ressources TICE », « Education aux TICE” et « Usages des TICE en Sciences Humaines”. A l’heure où tout le monde veut « plus de numérique au sein de l’école », la « 4ème TICE » est une réponse particulièrement pertinente et intéressante (à horaire décalés) pour les enseignants en fonction comme les « fraîchement diplômés ».

Cette année de formation spécifique visant à apporter aux enseignants et formateurs une spécialisation dans une perspective pédagogique d’intégration des nouvelles technologies. Elle s’adresse aux titulaires d’un bachelier ou d’un master, et notamment aux « Instituteur préscolaire et primaire – bachelier », « Régent – bachelier » et autres bacheliers si justification d’une expérience professionnelle dans le domaine et offre plusieurs spécificités :
— Approche interdisciplinaire
— Observation et analyse des pratiques de terrain
— Analyse des enjeux pédagogiques des usages des TICE
— Construction de scénarios pédagogiques
— Études de cas et séminaires
— Expérimentation en contexte professionnel
— Réflexion sur les aspects juridiques des TICE

Cette année de spécialisation, ajoutée à la formation initiale, permet de :
— Déployer, au sein des classes, de nouveaux scénarios pédagogiques liés aux TICE.
— Induire une réflexion éthique et citoyenne à propose des TICE.
— Devenir une personne-ressource qui allie formation pédagogique et technologique.
— Développer des pratiques d’enseignement et de tutorat à distance.

Envie de vous inscrire ? C’est par ici !

Un carnet pour accompagner l’initiation à la pédagogie universitaire

Capture d’écran 2014-09-01 à 20.37.34

La semaine prochaine, le 9 septembre, je donnerai une conférence intitulée « Enseigner avec les technologies : considérations, approches et outils » lors d’une journée consacrée à la formation des doctorant(e)s de la COMUE Sorbonne Paris Cité. Celle-ci se déroulera sous la forme d’une journée de conférences d’initiation à la pédagogie universitaire avec plusieurs intervenants dont Hubert Javaux (Directeur du Service d’Accompagnement aux Pédagogies Innovantes et à l’Enseignement Numérique de Sorbonne Paris Cité – SAPIENS), Laetitia Gérard (Docteure en Sciences de l’éducation, formatrice et consultante internationale) ou encore Anaïs Boulard et Morgane Maridet (doctorantes-enseignantes, fondatrices du RIDE – Réseau Interuniversitaire des Doctorants Enseignants).

Cette journée comportera différents objectifs :
— Fournir aux doctorant(e)s débutant leur activité d’enseignement des informations sur la pédagogie universitaire.
— Donner des méthodes et outils pour préparer les premiers cours : élaboration du programme du semestre ou de l’année, progression, méthodes d’enseignement et d’évaluation, utilisation des technologies.
— Donner des éléments sur la relation avec les étudiant(e)s et la gestion du groupe.

L’aspect particulièrement intéressant de cette formation est qu’elle s’accompagne d’un carnet de recherche fédérateur autour de la pédagogie universitaire (française) et des formations qui s’y rapportent.

Ce carnet me permettra – comme pour tout autre intervenant – de déposer les documents et références citées lors de la conférence mais aussi, par la suite, de garder un lien avec les doctorants en proposant des notes de lectures, des billets de réflexion ou des informations tirées de ma veille sur l’utilisation du numérique en pédagogie universitaire.

Ainsi, le carnet Docere se donne les objectifs suivants :
— Accompagner la mise en place, par le CFDIP notamment, de formations à l’enseignement universitaire chez les chercheur(e)s français, doctorant(e)s entrant dans le métier ou personnels plus chevronnés.
— Contribuer à installer en France une culture pédagogique universitaire, présente chez nos voisins francophones belges, suisses et québécois, mais absente en France où prévaut encore souvent une culture de l’enseignement magistral transmissif.
— Favoriser la dimension numérique et collaborative de l’enseignement universitaire.
— Constituer un espace fédérateur de réflexion, de veille et de ressource pour la pédagogie universitaire en France.

Le carnet Docere est donc à ajouter dans vos favoris, Scoop.it!, flux RSS et autres outils pour faire de la veille si vous souhaitez suivre l’actualité de – voire vous former à – la pédagogie universitaire (française).

Une séance de questions-réponses en chimie diffusée en direct sur YouTube

Capture d’écran 2014-05-30 à 10.34.44

La semaine dernière, née d’une idée conjointe de Pauline Slosse (guidance interfacultaire en chimie) et d’ULB Podcast, nous avons réalisé une séance de questions-réponses en direct sur YouTube avec l’enseignant du cours de « Chimie générale ».

Pourquoi ? Habituellement, les séances de questions-réponses sont organisées lors du dernier cours, peu de temps avant le début des révisions. Trop souvent, seuls quelques étudiants ont déjà avancé dans la matière, les autres ne sont tout simplement pas présents ou assistent à la séance sans comprendre les tenants et aboutissants des explications fournies par l’enseignant. En d’autres termes, ces dispositifs manquent leur objectif car ils interviennent trop tôt par rapport au planning des étudiants.

Dispositif mis en place. Afin d’être présent au bon moment pour les étudiants (ce qu’on appelle également le « just in time »), il est important d’organiser cette séance quelques jours avant l’examen. Dans notre cas, celui-ci se déroulait le lundi 26 mai, nous avons donc organisé ladite séance le vendredi 23 mai, soit quatre jours avant. Afin de permettre à tous de participer à cette séance de questions-réponses sans contrainte (en termes de disponibilité, de trajet, etc.), nous avons décidé de la réaliser entièrement en direct sur YouTube par l’intermédiaire de Google Hangout. Trois étudiants se sont fait « porte-voix » des autres étudiants (en recueillant à l’avance leurs questions) et ont ainsi « cuisiné » leur enseignant durant près de deux heures. Par la suite, la vidéo a été sortie de YouTube et a fait l’objet d’annotations (des signets temporels) par l’intermédiaire de notre lecteur « EZplayer ». Les étudiants pouvaient ainsi retrouver une question facilement par l’intermédiaire de son titre, de sa description ou des mots clés associés au signet.

Et si c’était à refaire ? Pour l’instant, nous n’avons pas eu de retour de la part des étudiants mais nous avons comptabilisé près de 400 vues sur YouTube et 500 sur EZplayer ; ceci confirme l’intérêt pour cette séance. Du côté de l’enseignant, l’expérience est particulièrement positive même si elle requiert une bonne préparation et de répartie (il possédait, par exemple, les formulaires d’examen des années précédentes). Les améliorations soulevées sont principalement d’ordre technique : il s’agit, d’une part, de la nécessité, pour l’enseignant, d’avoir un retour visuel du Hangout en face de lui (sous la caméra ou directement via le prompteur) afin de pouvoir capter le regard des étudiants. D’autre part, il est important que le retour sonore soit également face à l’enseignant (proche de la caméra) ; un retour excentré amène l’enseignant à ne plus fixer l’objectif de la caméra.

La séance est à regarder en cliquant ici.

Si vous avez des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à les partager !

 

Vous souhaitez faire un diaporama ? Utilisez Keynude ! (ou pas)

page3-bad-powerpoint

A l’université, la majorité des enseignants utilisent des diaporamas ; parfois ça passe, parfois ça casse… Nous avons tous connu (au moins) un enseignant qui avait tendance à surcharger son support, abuser des animations, utiliser l’outil comme prompteur, manquer de discernement dans le choix des couleurs ou des polices de caractères, etc. Dès lors, on voit poindre aux quatre coins du net des articles comme celui-ci : « How PowerPoint Is Ruining Higher Ed, Explained in One PowerPoint« .

Au-delà des livres et autres ressources sur la manière d’utiliser l’outil à bon escient, un lien mentionné cet après-midi par François Jourde (qui fait lui-même de très intéressantes présentations) m’a fait découvrir « Keynude », un thème Keynote particulièrement minimaliste dont le pitch est tout aussi simple : « A really plain theme for Keynote. Grey shapes, flat charts, no yucky fills. A great way to start your next presentation.« 

Dessiné par Emiland De Cubber, presentation designer, le thème ne s’embarrasse d’aucune fioriture : il propose un fond blanc, utilise de l’Helvetica et offre une mise en forme grise des graphiques.

Toutefois, le thème est selon moi finalement « trop pauvre » que pour être réutilisé adéquatement par quelqu’un qui manque d’expérience dans la réalisation de tels supports : il ne propose pas de mise en forme des sections ou des titres, aucune aide pour l’intégration d’images, aucun autre canevas que celui-ci dessous, etc. L’idée de base est plutôt bonne mais, à mon sens, trop peu exploitée.

Capture d’écran 2014-03-09 à 20.50.19

Si vous souhaitez (tout de même) essayer, c’est par ici : http://www.keynude.com/

La méthodologie derrière « Le web des troubles alimentaires »

Samedi, 24479Antonio A. Casilli (Télécom ParisTech/EHESS) et Paola Tubaro (University of Greenwich/CNRS) étaient les invités de Xavier de la Porte dans « Place de la Toile ».

« Avec d’autres chercheurs, ils ont mené une étude intitulée « Anamia », sur la manière dont les troubles alimentaires sont socialisés en ligne et hors ligne. Parmi ces troubles alimentaires, les deux plus identifiés sont l’anorexie et la boulimie et ils donnent lieu depuis longtemps à des échanges en ligne qui peuvent prendre des formes variées (blogs, forums etc.), des échanges qui, pour une part d’entre eux, inquiète les pouvoirs publics, qui leur reproche de faire l’apologie de pratiques dangereuses (on parle alors de pro-ana). Leur étude a pour mérite d’affiner les choses et de montrer que c’est plus compliqué, que cette sociabilité a des usages qui peuvent être vertueux. Pour nous, qui nous intéressons aux pratiques numériques, elle est l’occasion de parler d’une communauté, ce qu’elle échange, comment, dans quels buts. Mais c’est aussi l’occasion de nous interroger, à partir de cet exemple, sur des questions plus larges : la question de ce qui fait communauté, de la perception extérieure de ces communautés, de l’articulation entre la sociabilité physique et la sociabilité numérique, de la place du corps.« 

Au-delà de l’intérêt de cette recherche, j’ai particulièrement été impressionné par la méthodologie mise en place par l’équipe pour aborder le sujet. Comme l’indique les auteurs dans leur rapport, « Notre parti pris consiste à adopter des  méthodologies mixtes quantitatives (questionnaires auto-administrés, collecte et analyse de données natives du web, analyse des réseaux sociaux, modélisations statistiques, simulations informatiques à base d’agents) et qualitatives (entretiens semi-directifs, analyse des contenus des sites web).« 

Ils ont notamment réalisé une cartographie du web anorexique et boulimique par une méthode de fouille (data mining) combinée avec une démarche ethnographique. Comme ils l’indiquent, « Elle a été réalisée avec NaviCrawler (un outil de collecte de données en ligne) et Gephi (un logiciel spécialisé dans les analyses exploratoires et la visualisation de données). Bien que ces instruments ne puissent pas fournir une représentation exhaustive du phénomène étudié, ils rendent tout de même perceptibles des caractéristiques importantes de ce « web invisible », et accompagnent nos efforts pour le documenter. » Au-delà de ces aspects de data mining, les chercheurs ont également amené les participants à décrire, voire dessiner leur réseau sur base d’une application graphique interactive (Figure 5) spécialement conçue pour recueillir des données relatives aux réseaux personnels « egocentrés ». Ainsi, « Le participant voyait à l’écran une cible avec lui-même (ego) en son centre, et était invité à positionner ses contacts (alter) de manière concentrique autour de lui. La distance entre ego et alter était directement proportionnelle à la force des liens interpersonnels. Cette solution logicielle a renouvelé l’usage d’outils connus en sciences sociales depuis les années 1930 sous le nom de « sociogrammes » (Hogan et al. 2007) et qui avaient été relativement peu utilisés dans leur ancienne version sur papier, à cause de l’important effort mnémonique et du temps qu’ils demandaient aux enquêtés.« 

Je vous invite donc à lire le Rapport du projet de recherche ANAMIA « Les jeunes et le web des troubles alimentaires : dépasser la notion de ‘pro-ana’ » pour plus d’informations.

Ainsi que d’autres informations complémentaires :

– L’article « Eliciting personal network data in web surveys through participant-generated sociograms » (Tubaro, Casilli et Mounier, 2012).

– Les logiciels sont disponibles sur le compte GitHub d’Antonio Casilli.

– Il a même réalisé des tutoriels disponible sur YouTube.

#ITyPA 2 – Les EPA

tn_mesocolumn_header_logo

Malgré quelques problèmes dans la diffusion de mon diaporama (le partage d’écran n’est pas optimal sur Hangout pour un mode « présentation »), la deuxième séance de la deuxième saison du MOOC ITyPA s’est déroulée dans la convivialité et la bonne humeur qui caractérise l’équipe organisatrice. J’ai donc rapidement parcouru la thématique de l’Environnement Personnel d’Apprentissage (EPA) en expliquant son émergence, son historicité, ses formes actuelles, les débats autour de sa définition, une illustration de son potentiel à l’université, ma propre définition de celui-ci ainsi que les clés pour créer son propre EPA.

Si mon propos, de par mon contexte de recherche, était principalement orienté par la création d’EPA dans l’enseignement formel (celui de l’institution universitaire), j’ai tenté de guider les participants dans l’élaboration de leur propre EPA, même s’ils viennent tous de contextes différents et ont leurs propres objectifs.

Capture d’écran 2013-10-17 à 22.25.40

De nombreuses questions sont revenues à propos des stratégies d’apprentissage. Je conseille à ceux que le sujet intéresse d’aller lire l’article de Christian Bégin. A mon sens, sa taxonomie représente un double avantage : elle se positionne comme une synthèse actualisée de l’ensemble des travaux portant sur les stratégies d’apprentissage issus de nombreux domaines en offrant une lecture critique de ceux-ci et, surtout, elle propose un modèle particulièrement complet distinguant stratégies d’apprentissage et actions ou procédures pour atteindre ces stratégies.

N’hésitez pas à poursuivre la discussion, ici (dans les commentaires) ou ailleurs (notamment dans les forums d’ITyPA). Il n’y a aucune vérité mais beaucoup de choses à remettre en question, à débattre, à discuter et à partager.

Merci pour votre participation lors de la séance d’aujourd’hui !