Archives de catégorie : Enseignement

Faut-il apprendre le code à l’école ? Réponses d’étudiants-enseignants

10696553063_d5bd5d5ba4_o

Lundi 13 octobre, dans le cadre de mon cours d’Education aux TICE au sein de la 4ème TICE, j’ai proposé, sur base de la vidéo ci-dessous, un débat aux étudiants – qui sont tous enseignants – à propos de la question suivante : faut-il apprendre le code – sous-entendu, la programmation – à l’école ?

L’un des enseignants lance directement : « est-ce que la compréhension des codes passe par la compréhension du code ? » La réponse collaborative à cette question est la suivante : « On ne doit pas tout connaître mais on doit en savoir plus… Dès qu’on utilise les technologies, il est important de savoir en expliquer le fonctionnement. » Ainsi, selon eux, « le code est effectivement la prochaine fracture numérique » ou, plus précisément, « utiliser des outils sans les comprendre – tant au niveau du fond, la technique, que de la forme, les usages – crée une nouvelle fracture numérique (qui n’est plus d’ordre matériel) ». Comme pour tous les sujets d’éveil, les enseignants n’ont pas la capacité de les travailler en profondeur mais il faut éveiller les élèves, exercer leur esprit critique, les amener à découvrir ces outils et leur fonctionnement. Toutefois, il faut soi-même maîtriser les langages de programmation avant de pouvoir les enseigner ; rares sont les enseignants qui programment.

Un autre point abordé est « le transfert des apprentissages ». Est-ce que les élèves qui apprennent le code dans un contexte scolaire transfèrent ces apprentissages à d’autres contextes et, surtout, est-ce que cet apprentissage de la programmation engendre nécessairement une approche critique des médias numériques ? Pour les enseignants, « il ne faut pas être mécanicien pour être un bon conducteur. » Ils proposent alors un apprentissage de la « littératie numérique » dès le plus jeune âge : « dès que l’enfant utilise seul les outils numériques, il faut lui avoir mis des barrières/limitations, soit lui expliquer qu’il y a des endroits où ne pas aller. » A nouveau, cette solution débouche sur deux problématiques discutées ci-dessus : la formation des enseignants et la difficulté d’une intégration de la littératire médiatique dans les programmes actuels en termes temporels.

En conclusion, la littératie numérique est, pour eux, un des aspects à prendre en compte dans l’enseignement mais un parmi beaucoup d’autres – éducation philosophique, éducation à la citoyenneté, éducation au développement, etc. Les enseignants manquent de temps et font des choix, tant pour l’intégration de nouvelles matières que pour leur formation.

En tout cas, ce sujet fait débat dans la presse (française) :
– « Enseigner le code à l’école ? Vraiment ? » (InternetActu)
– « Faut-il enseigner le code informatique à l’école ? » (Le Monde)
– « Il faut apprendre à coder aux enfants » (Le Figaro)
– « Faut-il rendre l’enseignement du code informatique obligatoire dès l’école primaire ? » (L’Express)
– « Apprendre le code à l’école pour « démystifier » le quotidien numérique » (ZDnet)

Crédits photographiques : Flickr DoDERA

Se former de manière certificative aux #TICE en #FWB ?

Capture d’écran 2014-09-01 à 21.08.09

Depuis un an, je suis professeur invité à la Haute Ecole de Bruxelles et à la Haute Ecole Francisco Ferrer dans le cadre d’une année de spécialisation consacrée à l’intégration des technologies nouvelles au service de l’enseignement, la « 4ème TICE ». J’y donne trois cours « Ressources TICE », « Education aux TICE” et « Usages des TICE en Sciences Humaines”. A l’heure où tout le monde veut « plus de numérique au sein de l’école », la « 4ème TICE » est une réponse particulièrement pertinente et intéressante (à horaire décalés) pour les enseignants en fonction comme les « fraîchement diplômés ».

Cette année de formation spécifique visant à apporter aux enseignants et formateurs une spécialisation dans une perspective pédagogique d’intégration des nouvelles technologies. Elle s’adresse aux titulaires d’un bachelier ou d’un master, et notamment aux « Instituteur préscolaire et primaire – bachelier », « Régent – bachelier » et autres bacheliers si justification d’une expérience professionnelle dans le domaine et offre plusieurs spécificités :
— Approche interdisciplinaire
— Observation et analyse des pratiques de terrain
— Analyse des enjeux pédagogiques des usages des TICE
— Construction de scénarios pédagogiques
— Études de cas et séminaires
— Expérimentation en contexte professionnel
— Réflexion sur les aspects juridiques des TICE

Cette année de spécialisation, ajoutée à la formation initiale, permet de :
— Déployer, au sein des classes, de nouveaux scénarios pédagogiques liés aux TICE.
— Induire une réflexion éthique et citoyenne à propose des TICE.
— Devenir une personne-ressource qui allie formation pédagogique et technologique.
— Développer des pratiques d’enseignement et de tutorat à distance.

Envie de vous inscrire ? C’est par ici !

QPES 2013 – Un (deux) avis (parmi d’autres)

ch6

La septième édition du colloque « Questions spéciales de pédagogies en enseignement supérieur » portait sur « les innovations pédagogiques en enseignement supérieur : pédagogies actives en présentiel et à distance ». Afin de faire le point sur cet évènement, Céline Vanden Eynde, conseillère pédagogique à la Haute Ecole Francisco Ferrer, et moi vous proposons nos avis, résumés et documents.

Ce colloque a pour vocation d’être un lieu rencontre entre praticiens et chercheurs afin qu’ils puissent enrichir mutuellement leurs connaissances et leurs réflexions ; les uns s’inspirant des autres. Pour ce faire, les idées « sur papier » étaient particulièrement alléchantes et attrayantes :

1. Une soumission d’articles (et non de simples résumés) de 6 à 10 pages relus, commentés et notés par deux lecteurs. La sélection semble plus drastique que dans d’autres évènements et le travail des lecteurs (du moins pour les trois papiers que j’avais soumis) était particulièrement impressionnante (pas aussi poussée que pour un article dans une revue, mais très argumentée).

2. Un envoi des actes avant le début du colloque afin de choisir ses sessions avec d’autres critères qu’un simple titre.

3. Un pré-colloque sur une thématique précise ; cette année l’approche par problèmes.

4. L’ouverture du colloque par un conférencier de renom ; cette année Pierre Lévy sur une thématique intéressante « Initiation à la pensée critique dans l’utilisation des médias sociaux pour l’apprentissage ».

5. Des sessions dites « actives », peu de place pour les communications (10 minutes) car les participants doivent lire les articles avant celles-ci offrant ainsi plus de temps (au moins 45 minutes) pour le débat.

6. Une table ronde de clôture dite « active », elle aussi, réunissant intervenants experts et expérimentés sur la thématique du colloque.

Hormis le pré-colloque que j’ai trouvé particulièrement intéressant, enrichissant, pertinent et bien mené tout au long de la journée, je ressors, au final, quelque peu déçu par le colloque (peut-être par manque d’adéquation avec mes attentes mais…). Si je reste sceptique sur certains choix de l’organisation (le conférencier, la durée de la table ronde, le spectacle de la soirée de gala, etc.), j’ai surtout été interpelé par certaines communications qui ne proposaient même pas un réel retour d’expérience ou un point de vue scientifique sur la pédagogie active. Certes, il s’agit d’une thématique (et les thématiques sont larges) mais lorsque les communications sortent largement de celle-ci, c’est parfois dommage. Qui plus est, certains discutants (dont Céline parle dans la chronique ci-dessous) étaient parfois à côté ou en dehors de leur rôle ; qu’il s’agisse ainsi de discutants qui manquent de préparation (ont-ils lu les articles?) ou qui mène la discussion en fonction de leurs opinions. Ce n’est heureusement pas à généraliser, mais c’était à souligner.

Au-delà de ces aspects, le colloque était tout de même particulièrement intéressant et de nombreuses communications furent enrichissantes, tant pour ma pratique pédagogique que ma pratique scientifique. J’ai également eu l’occasion de faire de nouvelles rencontres et, notamment, de mettre des visages sur certains profils Twitter. Bref, j’espère être de la partie en 2015 à Brest !

Avec Céline, nous avons porté un regard transversal sur les différents moments du colloque qui s’avère être le sixième épisode des « Chroniques pharmacologiques ».

La prise de notes effectuée par Céline dans les différentes sessions :
+ Pré-colloque « Apprentissage par problèmes »
+ Conférence de Pierre Levy
+ Session « Professionnalisation »
+ Session « Outils numériques & enseignement supérieur
+ Session « Approche programme »
+ Session « Innovations » 
+ Symposium « Des référentiels de compétences aux learning outcomes : continuité ou rupture ? »
+ Table ronde

Liens complémentaires :

+ Lien vers le Storify réunissant une majorité des tweets de #QPES13
+ Lien vers la page Soundcloud des « Chroniques pharmacologiques »
+ Lien vers les Actes du colloque
+ Lien vers le slideshare de ma session sur le podcasting

 

 

Lore : outil pour le suivi d’étudiants en mémoire

 

Lore (anciennement « Coursekit ») est, en quelque sorte, un « learning support system (LSS) », une plate-forme de soutien à l’apprentissage offrant la panoplie d’outils habituels d’administration des groupes d’utilisateurs (soumission de travaux, livre de notes), de gestion des aspects logistiques du cours (calendrier, espace pour les ressources, documents de cours) et de communication entre les utilisateurs (synchrone et asynchrone).

L’atout principal de Lore est assurément son fonctionnement autour d’un « Stream » principal, à l’instar de Facebook. Celui-ci permet à tous les utilisateurs – enseignants et étudiants – d’écrire une note, de partager un lien ou des fichiers multimédias, de poser une question, etc. A l’instar du réseau social américain, chacune de ces actions peut être commentée, « likée » ou mise en avant par l’intermédiaire d’une punaise (un « pin »… Mhh).
Toutefois, si Facebook a le défaut de perdre toute information au fil du temps – celles-ci son reléguées dans les méandres d’une page sans possibilité d’indexation –, Lore offre la possibilité de « taguer » chacune des notes, voire de lier celles-ci à des événements ou à des documents. Qui plus est, l’outil propose un moteur de recherche performant permettant de trier les informations suivant différents critères – l’individu, l’événement, le thème, la date, etc. – ou d’effectuer une recherche par mot-clé.

Autre aspect particulièrement positif : le support. Si la plate-forme est parfaitement stable, j’ai tout de même dû poser quelques questions pour accéder à certaines fonctions plus avancées. Celles-ci ont trouvé réponses dans les heures qui suivaient ; un « concierge » est à votre disposition par email 24heures/24, 7jours/7 – ainsi que par téléphone si vous acceptez de téléphoner aux Etats-Unis.

Comme l’indique la copie d’écran supra, j’utilise Lore dans le cadre du suivi et de la supervision d’étudiants dont je suis co-promoteur de mémoire. Par ailleurs, j’utilise également Google Docs et Skype tout en assurant des permanences en présentiel ; mais j’y reviendrai dans un autre billet.
Les outils utilisés :

  • L’onglet « Calender » pour les dates de rencontre avec les étudiants, les échéances des différentes étapes du projet de mémoire, les dates de remise des travaux, etc.
  • L’onglet « Resources » contient un ensemble de ressources (liens, fichiers, ouvrages, etc.) qui aideront les étudiants dans les différentes étapes de leur mémoire. Je complète cette section au fil de mes lectures et les étudiants proposent également différentes ressources.
  • L’onglet « Syllabus » contient les consignes du travail préparatoire de mémoire (le « projet de mémoire » à remettre en Master 1) et stocke les informations plus formelles par rapport au mémoire.
  • Le « Stream » est l’outil le plus utilisé : il nous permet de communiquer ensemble – poser des questions, partager des résumés de lectures, faire des annonces « logistiques », etc. C’est également par l’intermédiaire de ce « stream » que j’annonce et mets en place différentes activités avec eux (comme le partage de Google Docs ou le fait, pour eux, « d’assister à distance » à différentes sessions des colloques auxquels je participerai présent au Canada, mais je vous explique cela en détails dans un prochain billet).