Archives de l’auteur : Nicolas Roland

À propos Nicolas Roland

Titulaire d’un Master en Sciences de l’Education, je suis actuellement chercheur (ULB Podcast) et doctorant (Centre de Recherche en Sciences de l’Education) à l’Université libre de Bruxelles ainsi que professeur invité à la Haute Ecole de Bruxelles et à la Haute Ecole Francisco Ferrer.

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (4)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

2806521955_36b87a9c33_o

Des espaces d’apprentissage et un matériel adaptés aux besoins
Les plans « Cyber-classes » et « Cyber-écoles » de la Communauté française ont connu un succès modéré : une à deux classes, au sein des établissements scolaires, transformées en « centres cybermédias » finalement sous utilisés à cause d’une absence de formation des acteurs et d’espaces loin de répondre à leurs besoins pédagogiques. Aujourd’hui, les écoles s’équipent par l’intermédiaire de divers plans de financement, souvent sans consultation avec les enseignants, de tableaux blancs interactifs – avatars numériques du bon vieux tableau noir (ou vert) – ou de tablettes numériques – à la mode. Pourtant, la classe, en tant que lieu d’apprentissage, n’a guère été modifiée suite à l’introduction du numérique. Toutefois, de nombreuses recherches montrent que l’espace, la pédagogie et la technologie sont trois dimensions en interaction (Paquelin, 2015) qui ne peuvent être pensées de manière individuelle (figure 1).

PaquelinFigure 1 – Pédagogie, espace et technologie (Paquelin, 2015)

Dès lors, si ces trois dimensions ne sont pas pensées en interaction, la technologie peut être inadaptée aux pratiques pédagogiques (exemple : l’usage du tableau blanc interactif pour l’individualisation de l’apprentissage), l’espace peut desservir l’usage de la technologie (exemple : une classe au sein de laquelle l’enseignant doit éteindre ou occulter les fenêtre pour voir le contenu d’un tableau blanc interactif) ou empêcher son usage efficient (exemple : un ordinateur difficile d’accès placé au fond de la classe à cause des prises). Afin de répondre aux besoins des enseignants comme des élèves, il convient de considérer les plans d’aménagement et d’équipement des classes dans cette interaction triadique entre espace, pédagogie et technologie.

Bibliographie
Paquelin, D. (2015). Nouveau design pédagogique, nouveau design spatial. In Campus d’avenir : Concevoir des espaces de formation à l’heure du numérique. En ligne : http://goo.gl/NFMyq3

Autres billets de la série « Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action » :
– Introduction
– Dépasser la dichotomie entre culture numérique et culture scolaire
Former et accompagner les enseignants 

Crédit photographique : Kennedy Library

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (3)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

9653285560_349cd6dab2_k

Former et accompagner les enseignants
Actuellement, la formation initiale des enseignants ainsi que formation continue sont peu adaptées avec les besoins du terrain et ne prennent pas en compte les caractéristiques nouvelles des élèves qui fréquentent l’école. L’intégration et l’usage des technologies à des fins pédagogiques sont, à quelques exceptions près, peu présentes dans la formation des futurs enseignants du fondamental et du secondaire. Dans ce contexte, il s’avère d’autant plus crucial de porter une réflexion profonde sur la nature même du métier d’enseignant ainsi que ce qu’il devra être dans les prochaines années afin d’orienter les politiques de formation et d’accompagnement. Aujourd’hui, le métier d’enseignant s’avère de plus en plus complexe : le rôle de détenteur du savoir est remis en question face à Internet et à la profusion de connaissances disponibles sur la toile ; les méthodes pédagogiques traditionnelles sont concurrencées par les techno-pédagogies comme les classes inversées ou encore par les nouveaux dispositifs d’apprentissage en ligne comme les cours en ligne ouverts et massifs ; leurs compétences se doivent d’être décuplées pour maîtriser les aspects didactiques, pédagogiques et technologiques ; leur temps de travail explose car connectés, ils sont sollicités partout et tout le temps. Néanmoins, si l’école souhaite une plus grande prise en compte de la culture juvénile, celle-ci passera, prioritairement, par une adaptation des pratiques des acteurs du monde scolaire et, notamment, des enseignants. Pour atteindre cet objectif, la formation et l’accompagnement des enseignants sont essentiels pour les amener à reconsidérer la posture transmissive pour devenir des « médiateurs de l’accès à la connaissance dans ses nouvelles modalités issues du monde numérique. » (Pérez, 2013, p. 21). En effet, si l’enseignant reste le « chef d’orchestre » de sa classe, il doit apprendre à devenir le médiateur de la construction du savoir car « il demeure l’élément déterminant des processus d’apprentissage » (Pérez, 2013, p. 22). Des projets pilotes existent au sein des hautes écoles : les semaines d’immersion à l’usage des technologies pour les futurs enseignants, des enseignements transversaux entre des cours de didactique et d’usage du numérique, une année de spécialisation à l’enseignement avec les technologies pour les enseignants en fonction à la Haute Ecole de Bruxelles et la Haute Ecole Francisco Ferrer, etc. Il s’agit maintenant d’utiliser ces projets et leurs résultats comme des éléments de réflexion pour une politique plus globale.

Bibliographie
Pérez, M. (2013). L’école au coeur du numérique. In Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information. Scérén Editions.

Autres billets de la série « Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action » :
– Introduction
– Dépasser la dichotomie entre culture numérique et culture scolaire

Crédit photographique : Think Global School

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (2)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

8083508395_90fbcacc84_k

Dépasser la dichotomie entre culture numérique et culture scolaire
Actuellement, les élèves vivent un véritable antagonisme entre leurs pratiques extrascolaires – numériques – et leur vécu scolaire – traditionnel. Par l’intermédiaire du tableau (tableau 1), nous résumons les principaux aspects de ces deux logiques d’usages issus des travaux de Dauphin (2012).

DauphinTableau 1 – Logiques d’usages entre la culture numérique et la culture scolaire

Si ces logiques d’usages ne sont pas nécessairement incompatibles, l’antagonisme est d’autant plus important que la culture numérique juvénile est peu valorisée au sein de l’école (Dauphin, 2012), creusant le fossé entre l’élève et son milieu scolaire. Ainsi, s’il s’avère important de laisser la culture juvénile se développer en autonomie dans une volonté de permettre aux adolescents de s’affranchir du monde des adultes, il ne faut pas oublier que celle-ci se construit conjointement à la culture scolaire. Dans ce contexte, l’école se doit de dépasser la dichotomie entre la culture non numérique – la sienne – et la culture numérique – celle des élèves – afin d’être plus proche et, surtout, plus en adéquation avec le public qui la fréquente. Si le « tout à la sauce technologique » n’est pas la solution, il est devenu indispensable de repenser l’école dite « numérique » sur base d’une compréhension et d’une acceptation des évolutions comportementales induites par les technologies. L’école pourrait choisir de renforcer ses caractéristiques actuelles et résister au changement ; elle ne fera alors que creuser les inégalités entre les élèves, favorisant les enfants qui auront un accès chez eux au numérique et aux personnes ressources pour utiliser de manière efficiente ces outils.

Bibliographie
Dauphin, F. (2012). Culture et pratiques numériques juvéniles : quels usages pour quelles compétences. Questions Vives, 7(17), 1-14.

Autres billets de la série « Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action » :
Introduction

Crédit photographique : Bondesgaarde

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (1)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

3596827936_8e5ea8e345_o

Introduction
« La plupart du temps, l’école est à la remorque des grands mouvements technologiques » (Bordeleau, Depover & Pochon, 1999, p.13). Force est de constater que ces propos, vieux de plus de quinze ans, restent d’actualité au regard de la situation actuelle de l’intégration du numérique dans l’enseignement obligatoire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Bien plus que la radio, la télévision ou encore les premiers CD-Rom, le numérique, et surtout Internet, remettent en question les modes de production et de diffusion des savoirs, obligeant l’école à questionner ses fondements pédagogiques, ses différents rapports – au savoir, au temps, à l’espace – ainsi que ses objectifs. Néanmoins, si comme le souligne Tardif (1997, p.9), « conclure consciemment à leur inutilité – celle des technologies de l’information et de la communication en enseignement – constituerait une forme de cécité irresponsable sur le plan professionnel », il s’avère important de ne pas voir en elles le remède – ou poison – à tous les maux. En ce sens, le numérique doit être considéré comme un moyen d’enseignement et d’apprentissage, à l’opposé d’une logique technocentriste dans laquelle les technologies guident l’enseignement et l’organisation du travail pédagogique. Dès lors, l’intégration du numérique à l’école est à envisager dans une perspective fondée sur le couplage entre la technologie et l’activité humaine. De facto, qu’il s’agisse de compréhension des phénomènes ou de mise en œuvre d’actions concrètes, il importe de saisir le sens que les enseignants et élèves accordent aux technologies, la manière dont ils se les approprient et infléchissent certaines de leurs modalités afin qu’elles répondent de manière optimale à leurs besoins en termes de pédagogie et d’apprentissage (Roland, 2012). En adoptant cette approche, nous proposons une lecture de quatre enjeux liés à l’intégration des technologies et offrons des pistes de réflexion visant une refondation numérique de l’école.

Bibliographie
Bordeleau, P., Depover, C. & Pochon, L. (1999). L’école de demain à l’heure des technologies de l’information et de la communication. Neuchâtel et Lausanne : Institut romand de recherches et de documentation pédagogiques (IRDP).
Tardif, J. (1998). Intégrer les nouvelles technologies de l’information. Quel cadre pédagogique ? Paris : ESF.

Crédit photographique : Wesley Fryer

Journée d’étude – Le numérique en éducation : une perspective sociocritique

Organisée par le Laboratoire ICAR, sous l’égide de l’université Lyon 2 et l’ENS de Lyon, la journée se déroulera à l’ENS de Lyon le vendredi 13 novembre 2015.

Approche socio-critique

Alors que les discours médiatiques et politiques ne cessent de bruire des promesses du numérique pour l’éducation (l’inflation autour des MOOCs en constituant un nouvel exemple), cette journée d’étude vise à structurer une perspective émergente, la perspective sociocritique, propice pour envisager le numérique en éducation complémentairement aux approches traditionnellement centrées sur la salle de classe. L’approche sociocritique s’articule autour des trois dimensions suivantes :
1. une dimension scientifique qui vise à ancrer l’étude de l’usage des outils numériques dans un réseau complexe de facteurs dépassant les murs de l’école et les injonctions institutionnelles ;
2. une dimension méthodologique qui vise à mieux prendre en compte, d’une part, l’évolution des usages numériques des individus (apprenants et enseignants) dans le temps et dans l’espace et, d’autre part, les relations entre leur profil et leur milieu socioculturel et le développement d’usages numériques éducatifs;
3. une dimension politique qui ambitionne de mettre à nu les discours des tenants du numérique (acteurs politiques, médiatiques, économiques) et les effets de mode qui influencent et peuvent biaiser les représentations, les usages et les politiques des usages numériques pour l’éducation.

Après avoir expliqué les fondements d’une perspective sociocritique en émergence, les différents intervenants de l’aire francophone (Belgique, Québec, France) présenteront des recherches explorant certaines des dimensions présentées plus haut et montreront en quoi cette perspective permet d’explorer et de questionner sous un nouvel angle les usages numériques pour l’éducation.

Programme de la journée

Matinée :
– 9h00-9h30 : Accueil
–  9h30-9h45 : Introduction de la journée (Nicolas Guichon – Université Lyon 2- Laboratoire ICAR)
– 9h45-10h30 : Vers une approche sociocritique du numérique en éducation. Simon Collin (Université du Québec à Montréal), Nicolas Guichon (Université Lyon 2- Laboratoire ICAR), Jean-Gabin Ntébutsé (Université Sherbrooke). Animateur : Christian Ollivier (Université de La Réunion)
– 10h30-10h50 : PAUSE
– 10h50-11h35 : Elisabeth Schneider (Université de Caen) : Approche géographique des usages du numérique des jeunes. Animateur : Thierry Soubrié (Université de Grenoble)
– 11h35-12h20 : Périne Brotcorne (Fondation Travail-Université Bruxelles/Namur) : Les inégalités numériques en éducation : contours et enjeux. Animateur : Salifou Koné (Laboratoire ICAR – Lyon 2)

Après-midi :
– 14h00-14h45 : Nicolas Roland (Université libre de Bruxelles) : La doxa « natif du numérique » et ses impacts sur les pratiques enseignantes. Animateur : Jean-Paul Pinte (Université Catholique de Lille – Laboratoire d’Innovation Pédagogique)
– 14h45-15h30 : Cédric Fluckiger (Université Lille 3) : Travail documentaire des enseignants utilisant un Tableau Numérique Interactif (TNI) : approche critique en didactique des injonctions à l’innovation. Animateur : Jean-François Grassin (Laboratoire ICAR – Lyon 2)
–  15h30-15h45 : Conclusion de la journée par Simon Collin et Nicolas Guichon

Informations :
Le programme de la journée
– La participation est gratuite, mais l’inscription en ligne demandée.

Prise de notes – Conférence S. Vial : « Naî(ê)tre au monde à l’ère numérique : réinventer l’expérience »

Ce lundi 5 octobre, la Haute École Francisco Ferrer​ – qui m’emploie en tant que professeur invité dans le cadre de l’année de spécialisation aux TICE pour les enseignants – s’est penchée sur une mutation anthropologique majeure lors de sa rentrée académique. Elle a invité, pour sa leçon inaugurale, Stéphane Vial​, Docteur en Philosophie de l’Université Paris Descartes et maître de conférences en design et cultures numériques à l’Université de Nîmes.

La conférence avait pour titre : « Naî(ê)tre au monde à l’ère numérique : réinventer l’expérience »

Mes notes prises à cette conférence sont disponibles en ligne.

Histoire de découvrir un peu mieux la pensée de Stéphane Vial, je vous conseille de regarder la vidéo ci-dessous.

AREF 2016 – A quelles questions cherchons-nous réponse ?

Tous les trois ans, les associations française, belge et suisse de recherche en éducation (AECSE, ABC-Educ et SSRE) organisent un congrès international d’Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation (AREF). La quatrième édition de ce congrès se tiendra à Mons (Belgique) du 4 au 7 juillet 2016.

Capture d’écran 2015-09-22 à 08.31.09

Le congrès AREF est d’abord l’occasion de présenter les travaux de recherche récents et en cours au sein de multiples symposiums abordant des thèmes variés. Mais il est aussi l’occasion d’approfondir un thème transversal à l’occasion des conférences et tables-rondes mais aussi dans chacun des symposiums, en complément des échanges sur les travaux de recherche. Le thème de cette édition est : « À quelles questions cherchons-nous réponse ?« . L’objectif, sera, pour les participant-e-s de compléter la présentation et la discussion de leurs recherche par une démarche réflexive à propos de leurs questions de recherche : quels processus et facteurs les ont conduits à se poser les questions qu’ils/elles se posent ? Pour qui ces questions sont-elles pertinentes ? A quels enjeux sont-elles liées ? Le congrès AREF 2016 invite donc les acteurs à se poser des questions sur leurs questions de recherche, dans une triple démarche de compréhension, d’évaluation et de proposition.

Vous pouvez, dès aujourd’hui, répondre à l’appel à communication.

A noter que le congrès est principalement structuré en symposiums thématiques (même si des communications individuelles peuvent également être soumises). Chaque symposium comporte un minimum de deux séances et un maximum de quatre séances de 1h30 chacune. Il est cependant prévu d’organiser des symposiums courts de 2 h. Une plage de 30′ est attribuée à chacune des communications, discussion comprise (20′ de présentation et 10′ de discussion). Le nombre de communications par symposium est fixé de la manière suivante :
– 3 communications dans un symposium court de 2h ;
– 5 communications dans un symposium de deux séances de 1h30 ;
– 7 communications dans un symposium de trois séances de 1h30 ;
– 10 communications dans un symposium de quatre séances de 1h30.

Deux dates à retenir pour soumettre une communication ou un symposium :
– 15 novembre  avec réponse pour le 1er février.
– 10 janvier avec réponse pour le  15 mars.

Pour plus d’information sur le congrès ou l’appel à communication : http://aref2016.be

Publication – Génération Y au conservatoire ? Regard sur les pratiques numériques des étudiants dans le cadre de leurs apprentissages

2015-09-23 20.11.46-2

En 2014, j’ai eu l’occasion de donner une des conférences d’ouverture de Journées du GRIAM organisées le 20 et 21 février.

Résumé de la communication : Depuis de nombreuses années, les technologies transforment continuellement le processus d’apprentissage. A l’heure du Web 2.0, social et collaboratif, d’une informatique personnelle et nomade – smartphone, tablette, cloud computing –, de nombreuses recherches montrent que les étudiants de l’enseignement supérieur recourent à ces outils et services dans le but de créer, voire d’organiser, leur « environnement personnel d’apprentissage » (EPA) en dehors de la sphère institutionnelle. Certains d’entre elles mettent également au jour que la conception de ces EPA débute bien avant l’entrée à l’université interrogeant, dès lors, les pratiques des enseignants et le rapport à la scolarité de ces « nouveaux élèves ».
Notre contribution présentera différents regards sur ce sujet à travers les résultats de plusieurs de nos recherches : une première se focalise sur l’élaboration de ces EPA par les étudiants de l’enseignement universitaire, l’appropriation des outils qui les composent et les stratégies d’apprentissage mises en œuvre dans ce cadre. Une deuxième aborde la manière dont les formateurs d’enseignants issus de l’enseignement supérieur de type court prennent en compte les EPA de leurs étudiants et accompagnent ceux-ci dans l’élaboration de tels environnements. Enfin, par l’intermédiaire d’une enquête menée dans plusieurs conservatoires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous apporterons un éclairage sur les environnements personnels d’apprentissage d’étudiants du domaine musical.

Dans le cadre de cette conférence et à la demande des organisateurs, j’ai mené une (petite) recherche qui avait pour but de connaître les habitudes technologiques de ces étudiants, de recueillir leur perceptions par rapport à différents outils ainsi que d’investiguer leurs usages des médias socionumériques dans des activités d’apprentissages. Pour ce faire, j’ai interrogé 52 étudiants (23 hommes et 29 femmes) issus des conservatoires de Bruxelles, de Mons et de Liège ; tous étudiants en Master et/ou en agrégation.

La recherche vient d’être publiée dans le 5ème numéro de la revue Orphée Apprenti. Vous pouvez retrouver l’article en ligne.