Du digital native au digital naive : approche critique de l’étudiant connecté

Capture d’écran 2014-11-24 à 18.58.54

Le mercredi 17 décembre, j’aurai l’occasion d’intervenir en conférence d’ouverture de la Journée d’études du CIDLV qui a pour thème « Enseigner aux natifs numériques : les stéréotypes à l’épreuve des cours de langues ». Sous la forme d’une conférence interactive, je proposerai aux enseignants de langues de déconstruire le mythe du digital native pour mieux comprendre leurs étudiants et répondre de manière optimale à leurs besoins en termes d’apprentissage (avec ou sans technologie). [Le programme de la journée est disponible en ligne]

Dans la même optique, Philippe Emplit présentera, ce jeudi 27 novembre lors 7ème « UNICA scholarly communication seminar: visibility, visibiity, visibility » à Rome, une conférence similaire ayant pour titre « Myths and Realities about Student Learning in Higher Education« . [Le programme est disponible en ligne]

Avant de proposer les diaporamas de ces interventions, vous trouverez ci-dessous l’abstract (FR/EN) qui introduit nos propos sur le sujet. Le débat est ouvert…

Depuis de nombreuses années, les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ont participé à la transformation des processus d’apprentissage (Buckley et al., 2010 ; Karsenti et al., 2012). En effet, d’un point de vue institutionnel, de nouveaux outils sont régulièrement utilisés pour enrichir les pratiques pédagogiques et leur usage connaît un accroissement exponentiel (Buckley, Pitt, Norton et Owens, 2010) – les derniers exemples sont l’arrivée, dans les universités, du podcasting, des réseaux sociaux ainsi que des MOOC. Du côté des étudiants universitaires, de nombreuses recherches – notamment (Sclater, 2008 ; Bonfils et Peraya, 2010 ; Peraya et Bonfils, 2012 ; Roland et Talbot, 2014) – mettent au jour de nouvelles pratiques d’apprentissage développées par ceux-ci en ayant recours à des outils numériques. Ces pratiques visent à concevoir, en marge des espaces virtuels institutionnels, des environnements numériques – sur base d’outils et services du web 2.0 – utilisés au sein et en dehors des campus universitaires. Toutefois, de l’image caricaturale des étudiants «digital natives» à l’amélioration de l’apprentissage par la simple utilisation des outils numériques, de nombreux mythes entourent le recours aux technologies dans l’enseignement universitaire. Par l’intermédiaire de résultats de nos recherches menées depuis trois ans sur les usages et l’appropriation des outils technologiques par les étudiants universitaires, notre contribution aura pour objectif de proposer une réflexion autour des raisons qui amènent ceux-ci à utiliser le numérique dans le cadre de leurs apprentissages, le sens qu’ils lui attribuent ainsi que les besoins auxquels répondent ces outils.

***

Since many years, Information and Communication Technologies (ICTs) have induced major changes in higher education learning process (Buckley et al., 2010 ; Karsenti et al., 2012). From the institutional point of view, on the one hand, new devices and equipment are regularly introduced in the classroom to improve pedagogical practices and, on the other hand, simultaneously, student use of technology grows exponentially with time (Buckley, Pitt, Norton et Owens, 2010). As a consequence, a rapid emergence, at the university, of podcasting, social networking and MOOC production has been recently observed. From the university student perspective, several research papers (Sclater, 2008 ; Bonfils et Peraya, 2010 ; Peraya et Bonfils, 2012 ; Roland et Talbot, 2014) report the emergence of new learning practices, fully compatible with several numerical tools. These student practices strive for developing, besides institutional learning management systems, their own personal learning environments, available on the web everywhere at any time, including web 2.0 tools and services. Nevertheless, many myths exist about technological skills of higher education students, from their natural know-how as « digital natives » to the ubiquitous and permanent use of technologies in their learning process. Based on our observation, during the last 3 years, of the learning activity of students from the Université libre de Bruxelles, our communication will demonstrate that, generally speaking, university students are indeed aware of the existence of some digital tools, but that, at the same time, most of them are definitely not expert users, as they only run basic functions of just a little part of these tools. From this statement, we would like to induce some reflection about the precise place to give to digital technology within the higher education teaching context, in order to improve its efficiency and the quality of student learning environment.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.