Culture numérique face à la culture scolaire : vision des enseignants

IMG_6579

Je vous partage ci-dessous les réflexions ainsi qu’un exercice réalisé avec par les étudiants-enseignants de la 4ème année de spécialisation aux TICE. La première question met en exergue leurs préconceptions à propos des élèves actuels et, les deux suivantes, sont des réponses et réflexions à partir de la lecture de l’article de Dauphin, F. (2012). Culture et pratiques numériques juvéniles: Quels usages pour quelles compétences?. Questions Vives. Recherches en éducation, 7(17). En ligne: http://questionsvives.revues.org/988

Quelles sont les caractéristiques en matière de numérique de vos élèves actuels ?

« Des enfants connectés, parfois déconnectés d’une certaine réalité. Des enfants qui jouent avec une technologie qu’ils maîtrisent mais pour laquelle ils n’envisagent pas toujours les répercussions éventuelles. Des enfants qui savent sans savoir, qui pourraient s’abreuver d’une quantité de données énormes mais pour en faire quoi ? »

« Ils connaissent beaucoup de matériels différents. Ils en manipulent très bien bien certains mais ne comprennent pas toujours ce qu’ils font, ni pourquoi. Pour certains, ce sont des heures entières devant la TV ou le PC avec des films et/ou des jeux vidéos. Ils ont un accès illimité à l’information »

« Les élèves d’aujourd’hui jonglent facilement avec les technologies au niveau de la manipulation mais se satisfont souvent dans leur recherche de la première réponse. Ils ne sont pas critiques. »

« Hyperconnectés. Ils n’ont pas toujours la réflexion, le recul par rapport aux usages, ni les outils pour maîtriser les TIC ».

« Des élèves nés dans un univers virtuel omniprésent. Avec même parfois deux identités, une réelle et l’autre virtuelle. Plus à mon niveau, des enfants qui entreront dans le virtuel de demain (dans les trois prochaines années). »

« Les enfants d’aujourd’hui jonglent plus facilement avec les tablettes, sont attirés par les jeux sur tablettes, s’occupent plus facilement avec ce genre d’outils (alors que les jeux de société, puzzle, etc. sont oubliées »

Culture et pratiques numériques juvéniles : quels usages pour quelles compétences ?

Les caractéristiques en matière de numérique des élèves

Les difficultés dans l’utilisation des outils

  • une sociabilité médiatisée (= faire parler de soi en bien ou en mal) et communautaire

  • équipement technique (PC, tablettes, …) important

  • savoir-faire technico-relationnel

  • appartenance à une communauté (= idéal)

  • construction d’une identité de manière ludique et initiatique

  • construction d’une ou plusieurs identités via le réseau

  • communiquer en permanence et instantanément (= immédiateté)

  • s’affranchir du monde des adultes

  • combler un désir d’extimité (journal intime devient numérique)

  • pratiques pragmatiques et intuitives, rapides (agir pour comprendre)

  • sédentarité

  • compétences relationnelles donc maîtrise d’un savoir-faire et d’un savoir-être des règles sociotechniques

  • prédominance du sensationnel et de l’émotionnel sur l’information raisonnée

  • peuvent s’engager et se désengager sur le web d’un simple clic : l’action immédiate prime sur les conséquences potentielles des actes

  • la forme de la communication prime sur le fond qui est souvent proche de zéro

  • position technophile, exempts d’appréhension face à l’usage d’outils technologiques

  • la culture numérique des jeunes se fonde en marge de l’école

  • importance de l’aspect communicationnel au détriment de l’informationnel

  • peu de raisonnement et peu d’esprit critique

  • instantanéité de l’info (buzz, zapping)

  • peu de méthodologie, pas d’apprentissages à long terme

  • les pratiques extrascolaires ne sont pas en rapport avec le scolaire

  • compétences spécifiques mais pas globale

  • manque de compétences techniques : méconnaissance du fonctionnement du réseau, de la bureautique

  • manque de compétences informationnelles

  • difficulté d’utilisation correcte d’un mail (fond, forme)

  • ont tendance à surévaluer leur maîtrise des outils technologiques dans leur ensemble

  • manque de réflexivité sur leurs pratiques et leurs usages

  • difficulté à verbaliser, à conceptualiser, à mettre des mots sur leurs usages

  • la connaissance des enjeux juridiques des TIC est peu maîtrisée par les jeunes

Sur cette base, comment l’école devrait (ou non) prendre en compte ces outils et les intégrer (ou non) dans ses activités ?

Il faut d’abord bien se rendre compte que les technologies de la communication que l’on peut utiliser dans l’enseignement n’ont pas été conçues spécifiquement pour cela. A ce titre le stylo, le cahier, le livre et la bibliothèque font également partie des TICe (André Tricot – 2009). Il est donc très important de ne pas les mettre de côté et de s’orienter vers un “tout numérique” dans lequel nous risquerions de laisser derrière nous un pan important dans la construction des apprentissages de nos élèves.

Ces nouvelles technologies, pas si nouvelles que cela puisqu’elles fêtent leur 30 ans d’existence en France, doivent être un outil supplémentaire et complémentaire à ce que nous, enseignants, installons déjà depuis longtemps au sein de nos classes primaires et secondaires. Il ne faut pas en avoir peur et penser comme Socrate, qui déjà à son époque, s’en prenait à l’écrit. Seules, elles ne sont pas suffisantes pour qu’un élève apprenne, elles ne sont que des moyens.

Dès lors, il est certain que l’école devrait, à l’aide de situations variées, coopératives et socioconstructivistes les intégrer dans les apprentissages des élèves. Pas comme un cours à part entière mais comme faisant partie de l’ensemble des disciplines vues au long de la scolarité des élèves. Leurs compétences transversales visent toutes les disciplines et à nous titulaires et enseignants d’en faire un usage pertinent et efficient. Il existe déjà une panoplie plus que conséquente dans ce qui est proposé: applications ludo-éducatives (=serious games), exerciseurs, plateforme d’apprentissage collaboratif, documents électroniques, TBI, tablettes,etc..

Comme dit dans l’article, il est préférable d’enseigner des compétences “flexibles”, transférables et actualisables (les TIC étant en perpétuelle évolution) plutôt que des compétences “arrêtées”; de former les jeunes aux configurations requises pour s’auto-former. Mettre l’accent sur le fait d’avoir un esprit critique face à l’information et à son traitement ; développer les compétences nécessaires pour obtenir une réponse pertinente, pour différencier une information exacte d’une information erronée, etc. (=éducation aux TIC, aux médias).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.