Les formateurs d’enseignants face aux environnements d’apprentissage de leurs étudiants

bandeau2

Lors du “Colloque francophone international sur la formation supérieure à l’ère du numérique“, j’animerai, avec Sophie Vanmeerhaege (étudiante en deuxième année du Master en Sciences de l’éducation à l’Université libre de Bruxelles), un atelier scientifique à propos de notre recherche sur les représentations enseignantes et méthodes d’accompagnement par rapport aux environnements personnels d’apprentissage d’étudiants en formation initiale à l’enseignement. L’atelier présentera le premier volet – quantitatif – de notre recherche (dont une partie a déjà été présentée en mai lors du Congrès de l’AIPU 2014) ainsi que les premiers résultats du second volet – qualitatif.

Objectifs

Nous tenterons, en deux heures, d’atteindre 5 objectifs :
1. Définir la notion d’environnement personnel d’apprentissage au regard de ses différentes conceptualisations.
2. Discuter et débattre des résultats obtenus au regard des positionnements et contextes des participants.
3. Définir les compétences nécessaires à l’élaboration des environnements personnels d’apprentissage par les étudiants.
4. Elaborer des pistes d’accompagnement des étudiants dans l’élaboration de leur environnement personnel d’apprentissage.
5. Elaborer des pistes de recherche et approches méthodologiques pour, d’une part, comprendre les pratiques d’élaboration des EPA par les étudiants et, d’autre part, étudiants les modalités d’accompagnement mises en place par les enseignants ainsi que leur efficience.

Résumé

À l’heure du Web 2.0, social et collaboratif, d’une informatique personnelle et nomade – smartphone, tablette, cloud computing –, de nombreuses recherches (notamment Bonfils et Peraya, 2010 ; Peraya et Bonfils, 2012) montrent que les étudiants de l’enseignement supérieur recourent à ces outils et services dans le but de créer, voire d’organiser, leur environnement personnel d’apprentissage (EPA). Toutefois, si un EPA peut entièrement être élaboré, contrôlé et adapté par l’apprenant en fonction de ses besoins d’apprentissage – formels ou informels –, tous les étudiants ne possèdent pas les compétences nécessaires à une gestion optimale de cet environnement (Dabbagh et Kitsantas, 2012). Sur un plan plus technique, ils connaissent mal les outils à leur disposition (Poellhuber, 2013), s’avèrent uniquement “experts” de certains outils – principalement de communication – et leurs compétences ne sont pas transférables à d’autres logiciels (Fluckiger, 2008). Ainsi, Dauphin (2012) invite à distinguer les compétences dites relationnelles, que les jeunes maîtrisent, et les compétences techniques, le savoir-faire technique et conceptuel, manquant souvent cruellement aux adolescents. De facto, les apprenants, à leur entrée dans le supérieur, nécessitent aide et intervention pédagogique afin de choisir les outils adéquats en vue d’atteindre leurs objectifs d’apprentissage (Cigognini et al., 2011), d’autant plus que les pratiques pédagogiques des enseignants influencent les stratégies d’apprentissage de leurs étudiants (Prosser et Trigwell, 1999 ; Entwistle et Peterson, 2004). Si de nombreuses recherches s’attachent à comprendre comment les étudiants conçoivent leurs EPA, nous poursuivons deux objectifs exploratoires complémentaires – dans le contexte particulier de la formation initiale des enseignants – au regard de la problématique susmentionnée : d’une part, appréhender les conceptions et connaissances des formateurs sur les EPA de leurs étudiants et, d’autre part, modéliser les approches pédagogiques mises en œuvre par ceux-ci pour accompagner leurs étudiants dans la création d’EPA.
Notre atelier prendra appui sur une recherche menée auprès de formateurs d’enseignants issus de l’enseignement supérieur de type court – les Hautes Écoles en Fédération Wallonie-Bruxelles – sur base de questionnaires dont les résultats offrent un premier état des lieux permettant de saisir le sens que les enseignants accordent aux EPA de leurs étudiants et la manière dont ils aident ceux-ci à les élaborer. L’atelier visera à dépasser cette première étape et, sur base des résultats – notamment les compétences médiatiques travaillées par les enseignants (Fastrez et De Smedt, 2012) –, à élaborer avec les participants les perspectives de ce travail. Il s’agira ainsi d’établir des pistes pratiques d’accompagnement des étudiants dans l’élaboration de leur environnement personnel d’apprentissage au regard des actions déjà mises en œuvre. Nous souhaitons également déconstruire cet état des lieux pour envisager, avec les participants, les recherches futures à mener en terme d’engagement des enseignants par rapport aux EPA de leurs étudiants, de médiatisation progressive de leurs enseignements ainsi que de l’hybridation, peut-être nécessaire, que doivent subir ceux-ci. L’atelier cible un public large allant des enseignants(-chercheurs) de toute discipline aux chercheurs du domaine de l’éducation ou encore les conseillers pédagogiques assurant l’accompagnement des enseignants ; cette interdisciplinarité viendra renforcer l’analyse des résultats, leur interprétation comme l’élaboration des pistes scientifiques et pratiques.

Bibliographie 

BONFILS, P., & PERAYA, D. (2010). Environnements de travail personnels ou institutionnels? Les choix d’étudiants en ingénierie multimédia à Toulon.  Le numérique au coeur des partenariats. “Enjeux et usages des technologies de l’information et de la communication”, Presses Universitaires de Dakar, collection Eutic n°6.
CIGOGNINI, M. E., PETTENATI, M. C. & EDIRISINGHA, P. (2011). Personal knowledge management skills in Web 2.0-based learning. In M. J. W. Lee et C. McLoughlin (Eds.). Web 2.0-based e-learning : Applying social informatics for tertiary teaching. Hershey, PA: IGI Global.
DABBAGH, N., & KITSANTAS, A. (2012). Personal Learning Environments, social media, and self-regulated learning: A natural formula for connecting formal and informal learning.The Internet and Higher Education, 15(1), pp. 3-8.
DAUPHIN, F. (2012). Culture et pratiques numériques juvéniles: Quels usages pour quelles compétences?. Questions Vives. Recherches en éducation, 7(17). En ligne: http://questionsvives.revues.org/988
ENTWISTLE, N. J., & PETERSON, E. R. (2004). Conceptions of learning and knowledge in higher education: Relationships with study behaviour and influences of learning environments. International Journal of Educational Research, 41(6), 407-428.
FASTREZ, P., & DE SMEDT, T. (2012). Une description matricielle des compétences en littératie médiatique. In M. Lebrun-Brossard, N. Lacelle, & J.-F. Boutin (Eds.), La littératie médiatique multimodale. De nouvelles approches en lecture-écriture à l’école et hors de l’école. Québec : Presses de l’Université du Québec.
FLUCKIGER, C. (2008). L’école à l’épreuve de la culture numérique des élèves. Revue française de pédagogie, 163(2), 51-61.
PERAYA, D., & BONFILS, P. (2012). Nouveaux dispositifs médiatiques, comportements et usages émergents: Le cas d’étudiants toulonnais en formation à l’Ufr Ingémédia », in Distance & Médiations des Savoirs. En ligne : http://dms.revues.org/126
POELLHUBER, B. (2013). Génération Y, réseaux sociaux et enseignement : entre fascination et rejet. Actes du Colloque Colloque Génération Y, réseaux (anti) sociaux et enseignement ? Entre fascination et rejet. Bruxelles : Académie Wallonie-Bruxelles.
PROSSER, M., & TRIGWELL, K. (1999). Understanding learning and teaching: The experience of higher education. Buckingham: SRHE and Open University Press.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.