Qui sont réellement nos/vos étudiants (universitaires) ?

Le mardi 10 juin 2014, j’ai eu l’occasion de donner une conférence intitulée “Mythes et réalités sur les étudiants universitaires et leurs manières d’apprendre” dans le cadre d’un séminaire interne du Département de Support aux Activités Académiques de l’Université libre de Bruxelles. Cette présentation fait le point sur trois ans de recherches menées au sein d’ULB Podcast, tant au niveau de l’usage du podcasting que, plus globalement, sur les environnements personnels d’apprentissage mais toujours en nous focalisant sur les étudiants dans une approche qualitative (quasi ethnographique), socio-technique (analysant les interactions entre eux et la technologie) et socio-cognitive (prenant en compte leurs facteurs personnels, comportementaux et environnementaux).

http://niroland.hypotheses.org/files/2014/07/3_10062014_Roland-1.mp3

Cette conférence a suscité beaucoup d’intérêt ainsi que de nombreuses interactions et discussions. Suite à celle-ci, j’ai également été invité à communiquer ces résultats au-delà des “frontières” de l’ULB avec une volonté toujours marquée, de la part des commanditaires, de mieux comprendre la “génération actuelle d’étudiants”. Une génération que beaucoup, et en premier lieu les enseignants, considèrent comme possédant des compétences plus développées en matière d’outils numériques que d’outils analogiques (Roland, 2014). Pourtant, une rapide observation de leurs comportements numériques tend à démontrer le contraire : pour exemple, l’utilisation massive de Facebook pour créer des groupes dans le cadre de leurs études. Le site de réseau social n’est pas l’outil le plus adapté à cette situation – ils sont d’ailleurs nombreux à le reconnaitre – mais le plus pertinent au regard de leur réalité – et de leurs compétences – technologique. En effet, loin de confirmer la thèse des digital natives (Prensky, 2001), les dernières enquêtes (notamment Poellhuber, 2013) démontrent que, nonobstant une utilisation régulière de Facebook, les étudiants ne connaissent pas les autres médias socionumériques – blogues, Wikis, signets, etc. – ou les logiciels à potentiel pédagogique intéressant – outils de carte conceptuelle, outils d’écriture collaborative, etc.

Un travail de sensibilisation, de compréhension et de déconstruction qui reste à poursuivre.

Bibliographie

Poellhuber, B. (2013). Génération Y, réseaux sociaux et enseignement : entre fascination et rejet. Actes du Colloque Colloque Génération Y, réseaux (anti) sociaux et enseignement ? Entre fascination et rejet. Bruxelles : Académie Wallonie-Bruxelles.
Prensky, M. (2001). Digital natives, digital immigrants. On the Horizon, 9(5), 1-6.
Roland, N. (2014). Approche exploratoire de la prise en compte des environnements personnels d’apprentissage d’étudiants en formation initiale à l’enseignement. Dans le symposium « Quand la recherche est au service des pratiques de formation à l’enseignement faisant usage du numérique, et vice-versa. » Congrès de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire, Université de Mons, Mons, 18 au 22 mai.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.