Venez au prochain 10>20>TRENTE pour parler de MOOC & de vidéos pédagogiques

Logo-10-20-30

Les soirées 10>20>TRENTE, c’est quoi ? Ce sont des rencontres pédagogiques destinées aux acteurs de l’enseignement supérieur en Belgique. Il s’agit de constituer un carrefour de pratiques pédagogiques grâce à des rencontres bimestrielles. L’AIPU Belgique offre, par l’intermédiaire des soirées 10>20>TRENTE, un format particulier permettant non seulement d’aborder la thématique du jour à l’avance, mais aussi de traiter celle-ci en profondeur lors des séances en présentiel en laissant la place aux questions et aux débats sous-jacents à la problématique du jour.

Format particulier car, effectivement, ces soirées se veulent interactives. Il s’agit donc, en quelque sorte, de « conférences inversées » :

> A distance : 10 minutes de présentation d’un « cas pédagogique ».

> En présentiel : 20 minutes de questions-réponses à propos du cas permettant aux participants d’obtenir des précisions et d’approfondir les aspects de celui-ci qui les intéressent. Ensuite, 30 minutes de débat à partir d’une ou deux question(s) vive(s) sous-jacente(s) au cas.

La prochaine soirée se déroulera le lundi 17 mars à 18:00 à la Haute Ecole Francisco Ferrer. Comme lors de chaque soirée, deux « cas » seront présentés :

> CAS N°1: “Les technologies au service de l’apprentissage de l’anglais : du cours augmenté au MOOC”. Ce cas sera présenté par Marjorie Castermans, enseignante d’anglais à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)

Résumé : Marjorie Castermans présentera un dispositif d’auto-apprentissage de la grammaire anglaise mis en place pour 1200 étudiants. D’un manuel papier, le cours a d’abord été augmenté par des podcasts permettant aux étudiants de diagnostiquer leur niveau et d’approfondir la gammaire. Il a ensuite évolué vers un réel parcours d’auto-apprentissage permettant aux étudiants de s’exercer et se transformera, peut-être, en un cours en ligne massif et ouvert à destination du public de l’Université libre de Bruxelles mais également des apprenants du monde entier. Dans ce contexte, nous poserons la question suivante : « Comment favoriser l’auto-apprentissage et l’autonomie des étudiants dans les cours en ligne et les MOOCs ? »

> CAS N°2: “La vidéo chez de futurs enseignants AESI en éducation physique, un exemple de dispositif lié à l’encadrement des séances de psychomotricité à l’école maternelle”. Le cas sera présenté par Xavier Flamme, Marie Delmarquette, Jean-Philippe Dupont de la Haute Ecole Léonard De Vinci, Parnasse.

Résumé :  Une équipe d’enseignants de la section AESI en éducation physique a mis en place un projet d’utilisation de la vidéo au service de l’apprentissage en éducation physique. En BA2, ils visent à développer l’analyse professionnelle de situations pédagogiques concrètes via une grille d’observation basée sur des principes de base enseignés (psychomotricité, psychologie du développement…). Les étudiants, par groupes de 5 à 7, mènent deux projets intégrateurs. Lors d’un stage d’encadrement en préscolaire, ils filment de nombreuses séquences d’activités (40 possibles). Pour l’évaluation certificative, chaque groupe sélectionne une séquence qui reflète à ses yeux sa maîtrise selon des exigences fixées. Après trois années de fonctionnement, les enseignants ont évalué le processus et l’impact notamment sur l’atteinte des objectifs déclarés en début de projet, sur la cohérence des moyens et des ressources mises à disposition, sur l’efficacité interne du module et sur le coût (rapport investissement / bénéfices).

Plus d’information sur la soirée // Inscription à la soirée du 17 mars.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.