La méthodologie derrière « Le web des troubles alimentaires »

Samedi, 24479Antonio A. Casilli (Télécom ParisTech/EHESS) et Paola Tubaro (University of Greenwich/CNRS) étaient les invités de Xavier de la Porte dans « Place de la Toile ».

« Avec d’autres chercheurs, ils ont mené une étude intitulée « Anamia », sur la manière dont les troubles alimentaires sont socialisés en ligne et hors ligne. Parmi ces troubles alimentaires, les deux plus identifiés sont l’anorexie et la boulimie et ils donnent lieu depuis longtemps à des échanges en ligne qui peuvent prendre des formes variées (blogs, forums etc.), des échanges qui, pour une part d’entre eux, inquiète les pouvoirs publics, qui leur reproche de faire l’apologie de pratiques dangereuses (on parle alors de pro-ana). Leur étude a pour mérite d’affiner les choses et de montrer que c’est plus compliqué, que cette sociabilité a des usages qui peuvent être vertueux. Pour nous, qui nous intéressons aux pratiques numériques, elle est l’occasion de parler d’une communauté, ce qu’elle échange, comment, dans quels buts. Mais c’est aussi l’occasion de nous interroger, à partir de cet exemple, sur des questions plus larges : la question de ce qui fait communauté, de la perception extérieure de ces communautés, de l’articulation entre la sociabilité physique et la sociabilité numérique, de la place du corps.« 

Au-delà de l’intérêt de cette recherche, j’ai particulièrement été impressionné par la méthodologie mise en place par l’équipe pour aborder le sujet. Comme l’indique les auteurs dans leur rapport, « Notre parti pris consiste à adopter des  méthodologies mixtes quantitatives (questionnaires auto-administrés, collecte et analyse de données natives du web, analyse des réseaux sociaux, modélisations statistiques, simulations informatiques à base d’agents) et qualitatives (entretiens semi-directifs, analyse des contenus des sites web).« 

Ils ont notamment réalisé une cartographie du web anorexique et boulimique par une méthode de fouille (data mining) combinée avec une démarche ethnographique. Comme ils l’indiquent, « Elle a été réalisée avec NaviCrawler (un outil de collecte de données en ligne) et Gephi (un logiciel spécialisé dans les analyses exploratoires et la visualisation de données). Bien que ces instruments ne puissent pas fournir une représentation exhaustive du phénomène étudié, ils rendent tout de même perceptibles des caractéristiques importantes de ce « web invisible », et accompagnent nos efforts pour le documenter. » Au-delà de ces aspects de data mining, les chercheurs ont également amené les participants à décrire, voire dessiner leur réseau sur base d’une application graphique interactive (Figure 5) spécialement conçue pour recueillir des données relatives aux réseaux personnels « egocentrés ». Ainsi, « Le participant voyait à l’écran une cible avec lui-même (ego) en son centre, et était invité à positionner ses contacts (alter) de manière concentrique autour de lui. La distance entre ego et alter était directement proportionnelle à la force des liens interpersonnels. Cette solution logicielle a renouvelé l’usage d’outils connus en sciences sociales depuis les années 1930 sous le nom de « sociogrammes » (Hogan et al. 2007) et qui avaient été relativement peu utilisés dans leur ancienne version sur papier, à cause de l’important effort mnémonique et du temps qu’ils demandaient aux enquêtés.« 

Je vous invite donc à lire le Rapport du projet de recherche ANAMIA « Les jeunes et le web des troubles alimentaires : dépasser la notion de ‘pro-ana’ » pour plus d’informations.

Ainsi que d’autres informations complémentaires :

– L’article « Eliciting personal network data in web surveys through participant-generated sociograms » (Tubaro, Casilli et Mounier, 2012).

– Les logiciels sont disponibles sur le compte GitHub d’Antonio Casilli.

– Il a même réalisé des tutoriels disponible sur YouTube.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.