Vie intérieure des individus connectés

franceculture

Je suis un fidèle auditeur de Place de la toile, l’émission qui aborde les différents aspects de la “révolution” numérique, du côté des conséquences qu’elle induit sur l’information, les médias, la communication, les liens sociaux entre les individus ainsi que l’organisation de notre vie.

Cette semaine, l’émission avait pour titre “Vie intérieure des individus connectés” et Xavier de la Porte recevait Laurence Allard, Maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille 3 (Paris 3/IRCAV), pour parler d’une étude conduite avec trois autres chercheurs (Joëlle Menrath, Olivier Aïm et Hécate Vergopoulos) ; étude commandée par la Fédération Française des Télécoms sur les usages de outils de communication

Résumé de l’émission : Il est parfois bon d’en revenir à des choses simples et de poser les questions que nous nous posons tous, les questions que nous nous posons entre nous et que nous nous posons à nous-mêmes. Le monde numérique est-il un autre monde ou s’entremêle-t-il à mon quotidien ? Quel usage fais-je de mes outils numériques ? A quel moment ? Où et dans quelle situation ? Quand et pourquoi je me déconnecte ? Pourquoi ai-je besoin parfois de prendre une photo ? Pourquoi est-ce que je la garde dans mon téléphone? Pourquoi je l’envoie ? Et à qui ? Mes pratiques sont-elles fixées ou en constante évolution ? Pourquoi est-ce que, pour le même usage, j’utilise parfois mon téléphone, parfois mon ordinateur, parfois mon iPad ? Ces questions, et mille autres, font l’objet de constantes négociations, plus ou plus explicites, plus ou moins conscientes. Ces questions, 4 chercheurs les ont posées à un corpus d’usagers et d’usagères d’âge variés, de Paris et de sa région, mais aussi de Lisieux, Strasbourg, et leurs alentours. Des entretiens en longueur, ou à la volée, dont ces chercheurs ont tiré des conclusions qui parfois formulent des évidences qu’on ne s’était pas formulé, parfois sont étonnantes, contradictoires, mais qui donnent toujours à penser nos propres pratiques et celles de contemporains. Des conclusions qui convergent néanmoins vers point : notre vie intérieure, c’est là où se joue aujourd’hui notre relation à nos outils numériques.

Si vous connaissez un peu les thématiques qui me préoccupent, les questions abordées et la manière de les traiter sont assez proches de mes travaux, même si mes interrogations portent surtout sur les interactions par des étudiants dans des buts d’apprentissage. Toutefois, les conclusions apportées ici relèvent d’une posture que je défends : comprendre ces interactions, non pas en questionnant les outils numériques eux-mêmes, mais bien en adoptant une approche systémique et qualitative centrée sur les utilisateurs. L’importance est alors, par différentes méthodologies qualitatives (observation participante, entretiens, carnets de bord, etc.), de donner à l’individu « les moyens d’exprimer – et de découvrir peut-être pour la première fois – une partie d’elle-même jusque-là plus ou moins ignorée, parce qu’enfouie sous l’épaisseur des habitudes et des contraintes de la vie sociale » (Paugam, 2008, p. 95).

L’émission est à réécouter et, si vous avez 45 minutes, je vous la conseille vivement.

 

Paugam, S. (2008). La pratique de la sociologie. Paris : Presses universitaires de France.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.