EPA : système ou écosystème ?

Afin de revenir à une des vocations premières de ce carnet de recherche, je propose ci-dessous une réflexion quant à la définition d’environnement personnel d’apprentissage (ou personal learning environment en anglais). Je travaille actuellement sur ce concept dans le cadre d’un article pour le symposium « Les environnements personnels d’apprentissage. Entre description et modélisation : quelles approches, quels modèles ? » proposé aux 13ème Rencontres internationales du réseau de Recherche en Education et en Formation (REF) qui auront lieu en septembre 2013 à Genève. L’objectif de ce billet – comme d’autres qui le suivront – est de poser mes idées à un temps t pour ensuite permettre une meilleure prise de recul. L’idée est aussi de partager ces réflexions avec les lecteurs pour qu’ils puissent, eux-mêmes, les alimenter en participant au débat.

A l’heure du Web2.0, social et collaboratif, d’une informatique personnelle et de plus en plus nomade (grâce aux smartphones, tablettes ou au cloud computing), de nombreuses recherches (notamment Sclater, 2008 ou Bonfils & Peraya, 2010)  mettent au jour de nouvelles pratiques d’apprentissage développées par les étudiants de l’enseignement universitaire. Ces enquêtes indiquent qu’ils recourent à ces outils et services dans le but de créer, voire d’organiser leur « environnement personnel d’apprentissage » (EPA).
Cette notion d’environnement personnel d’apprentissage n’a toujours pas de définition qui fasse consensus même si tous lui confèrent une vocation à dépasser les limites des LMS traditionnels comme l’indique Downes (2007), « The PLE is a recognition that the ‘one size fits all’ approach characteristic of the LMS (Learning Management System) will not be sufficient to meet the varied needs of students. »

Ainsi, deux manières de conceptualiser l’EPA ont émergé : d’une part, considérer l’EPA comme un « système », c’est-à-dire un (ensemble) (d’)outil(s) technologique(s) centré(s) sur les besoins des apprenants et modulable(s) à souhait par ceux-ci (GRSShopper, PLEX, etc.). Cette notion est très explicite chez van Harmelen (2006) : « As such, a PLE is a single user’s e-learning system that allows collaboration with other users and teachers who use other PLEs and/or VLEs. In some sense a PLE must contain ‘productivity’ applications that facilitate the owner’s learning activities. PLEs should be generally under the user’s control as to use and personalisation. Some varieties of PLEs allow for offline work to be performed. » Par ailleurs, pour Wilson (2005), « A PLE is a type of e-learning system that is structured on a model of e-learning itself rather than a model of the institution. PLEs are concerned with the coordination of the connections made by the learner with units and agents across a wide range of systems. PLEs are envisaged primarily as open systems. » Cette notion d’un système avec des outils particuliers revient également chez d’autres auteurs comme Milligan, Johnson, Sharples, Wilson & Liber (2006)  « In a Personal Learning Environment (PLE), the learner would utilise a single set of tools, customised to their needs and preferences inside a single learning Environment » ou même dans la définition proposée par Wikipedia : « Les Environnement d’Apprentissage Personnel (PLE – Personal Learning Environment) sont des logiciels qui aident les élèves à organiser eux-mêmes leur apprentissage. Ceci implique de fournir aux élèves un support pour: fixer leur propre objectif d’apprentissage ; gérer leur propre auto formation au niveau du contenu et de la manière ; communiquer avec d’autres apprenants. » A l’opposé, d’autres auteurs voient plutôt l’environnement personnel d’apprentissage comme un concept ou une approche de « l’environnement d’apprentissage » : « Personal Learning environments are not an application but rather a new approach to the use of new technologies for learning. […] In the introduction I said that a Personal Learning environment was not an application. A PLE is comprised of all the different tools we use in our everyday life for learning. » (Attwell, 2007).

Par une importante revue de la littérature, Fiedler & Väljataga (2010) résument ces deux visions : « In principle there are two, fundamentally different, ways one can conceptually “slice” the term “personal learning environment”. These two, fundamentally different, conceptions are reflected in the current state of the discourse and continuously surface in the literature on PLEs. There is a large group of proponents who basically think and write about “(personal) learning environments”. Their notion or understanding of the term focuses almost exclusively on issues of (re-)instrumentation of teaching and studying activity. They treat issues of personalization, selection, maybe adaptation, the separation of form and function, and so forth. All these issues tend to be discussed almost exclusively in relation to the existing (or emerging) state of the leading medium: Web standards, services, applications and so forth (for some recent examples see Godwin-Jones, 2009; Taraghi, Ebner, Till, & Mühlburger, 2009; Zubrinic & Kalpic, 2008). In many cases, fundamental contradictions within the overall activity system are completely ignored or remain untouched. In contrast to this former, rather technologically oriented, conceptualisation of the term it is equally possible to explore the notion of “(personal learning) environments”, or to rephrase slightly, “environments for/of personal learning”. Researchers and practitioners, who process the concept accordingly, tend to be more concerned with individuals (or groups) gaining control over their (intentional) learning activities (formal and non-formal) and their instrumentation (see for example Attwell, 2007b; Downes, 2007; Johnson & Liber, 2008). For educational theorising and research this second reading of the term seems to be far more appropriate and fruitful. First, it appears to be rather short sighted to base the further development of “personal learning environments” as a concept on the current, and certainly transient, state of the Web, as an emerging leading medium. » [Article à lire ici en entier]

A l’heure actuelle, aucune définition proposée ne me satisfait pleinement. Selon moi, l’environnement personnel d’apprentissage est en quelque sorte un écosystème de personnes et d’outils que l’individu mobilise et agence dans le cadre d’activités de construction de connaissances. Qui plus est, comme j’en avais discuté avec Jean-Marie Gilliot au Colloque TICE 2012 à Lyon [Lire son billet à ce sujet], je défends l’idée d’un environnement personnel d’apprentissage constitué d’outils « analogiques » et « numériques ». Comme susmentioné, « A PLE is comprised of all the different tools we use in our everyday life for learning. » (Attwell, 2007). Dans cette optique, ces outils peuvent être les ouvrages consultés un étudiant, les relations sociales qu’il noue au sein de l’amphithéâtre, les notes qu’il se constitue durant les cours, etc. L’utilisation de ces outils « analogiques » aura également des répercussions sur le recours aux outils « numériques » : certains utiliseront le résumé d’un condisciple, leurs propres notes ainsi que le diaporama de l’enseignant alors que d’autres préfèreront collaborer à un polycopié collaboratif sur Google Docs. Le mashup n’est pas uniquement une activité numérique, même si celle-ci est plus simple à réaliser avec des outils technologiques. Dans cette optique, l’étude des environnements personnels d’apprentissage se doit être « macroscopique », intégrant à la fois les outils analogiques et numériques, ainsi que « systémique », prenant notamment en compte le dispositif pédagogique proposé à l’étudiant.

Ceci est à discuter, à débatre…

Bibliographie

Attwell G. (2007) Personal Learning Environments-the future of eLearning?  eLearning Papers, 2(1) En ligne : http://www.elearningeuropa.info/files/media/media11561.pdf

Bonfils, P., & Peraya, D. (2010). Environnements de travail personnels ou institutionnels? Les choix d’étudiants en ingénierie multimédia à Toulon.  Le numérique au coeur des partenariats, « Enjeux et usages des technologies de ‘linformation et de la communication », Presses Universitaires de Dakar, collection Eutic n°6.

Downes, S. (2007). Learning networks in practice. En ligne : http://partners.becta.org.uk/page_documents/research/emerging_technologies07_chapter2.pdf

Fiedler, S. (2010). Personal learning environments : concept or technology ? The PLE Conference, En ligne : http://pleconference.citilab.eu/wp-content/uploads/2010/07/ple2010_submission_45.pdf

Milligan, C., Johnson, M., Sharples, P., Wilson, S., & Liber, O. (2006). Developing a reference model to describe the personal learning environment. Dans W. Nejdl & K. Tochtermann (Eds.), Innovative Approaches for Learning and Knowledge  Sharing – First European Conference on Technology Enhanced Learning, ECTEL 2006 (pp. 506-511). Berlin Heidelberg: Springer.

Sclater, N. (2008). Web 2.0 Personal Learning Environments, and the Future of Learning Management Systems (Research Bulletin. Issue 13). Boulder. CO: EDUCAUSE Center for Applied Research. En ligne  : http://pages.uoregon.edu/not/LMS/future%20of%20LMSs.pdf

van Harmelen, M. (2008). Design trajectories: four experiments in PLE implementation. Interactive Learning Environments, 16(1), 35-46.

Wilson, S. (2005). Future VLE – The visual version. En ligne : http://zope.cetis.ac.uk/members/scott/blogview?entry=20050125170206


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.