Usages du podcasting par les étudiants

Dans une optique de partage, de réflexion et de pré-requis pour un futur article, je vous propose ci-dessous un extrait d’un article (1) à paraître pour le prochain Colloque “Questions de pédagogies dans l’enseignement supérieur” qui aura lieu en juin prochain à Sherbrooke. Le texte ci-dessous s’axe sur les profils d’étudiants utilisateurs du podcasting ainsi que sur la manière dont ils ont recours à cet outil.

 

De la manière d’utiliser les podcasts

Les interviews soulignent que les usages du podcasting sont diversifiés, même au sein d’un même dispositif pédagogique. Notre analyse de contenu nous permet de dégager trois profils – ou idéaux-types – d’étudiants utilisateurs du podcasting.

Le premier profil est celui des étudiants qui continuent à aller aux séances en présentiel mais n’y prennent plus aucune note. Pour ceux-ci, le cours est important car il possède un aspect structurant ; il offre une première occasion de voir la matière, de la comprendre et de poser des questions si nécessaire. Ensuite, le podcast permet de prendre des notes pour élaborer un support d’étude. « Je vais au cours et je fais tout par podcast. Et ça me prend un temps de fou… Mais les podcasts sont vraiment utiles. Le cours permet de voir la matière une première fois et, grâce au podcast, on peut prendre note, repérer les passages importants et faire des liens dans la matière » (T., étudiante du C10). « Dès que le podcast est disponible, je travaille le cours. Ca me permet d’avoir une plus grande régularité pour ce cours-là que pour les autres au final… Quand je regarde là où j’en suis. Mais s’il y avait 10 cours en podcast, je changerais probablement de technique. » (L., étudiant du C1).

Le deuxième profil est celui des étudiants qui ont recours aux podcasts comme complément à leur prise de notes lors du cours en présentiel. « En cours, je note beaucoup, c’est important pour moi. Ça m’aide à comprendre… Donc, je préfère aller en cours mais si je ne comprends pas, je retourne voir sur le podcast. » (M., étudiante du C11). « Parfois, j’allais en cours et j’écoutais juste pas car j’étais vraiment fatiguée ou je n’arrivais plus à me concentrer… J’utilisais le podcast pour ces moments-là. » (A., étudiante du C4). La stratégie de prise de notes lors du cours en présentiel s’adapte à ces nouvelles possibilités : « Je fais ça deux fois sur le quadrimestre : je prends mes cours et je reprends tous les endroits où j’ai un “attention” et je complète avec les podcasts. » (L., étudiante du C1). Comme pour le premier profil, le cours en présentiel offre un aspect structurant à la matière ; plusieurs étudiants déclarent qu’il serait difficile de participer à un cours sans prendre aucune note. Ils continuent, dès lors, à adopter une stratégie similaire aux autres cours : une prise de notes quasi complète mais en usant tout de même de l’outil pour compléter celles-ci, revenir sur certains passages, retravailler leur support de cours, etc. Ce sont également ces étudiants qui utilisent le plus le podcasting pour revoir un passage mal compris. « C’est la partie qui n’est réservée qu’aux biologistes, il n y a pas cette partie dans le polycopié. Je n’ai que mes notes et je ne pige rien à cette matière là donc j’ai réécouté les explications pour retravailler mes notes. » (M., étudiante du C11).

Enfin, le troisième profil est celui des étudiants qui ne participent plus aux cours mais qui utilisent tout de même les podcasts. Cette absence aux cours en présentiel se justifie, notamment, par un horaire chargé : « Je vais à tous les cours mais, si j’ai un rendez-vous qui doit se mettre quelque part, pour un stage par exemple et que j’ai l’obligation de rater un cours… Ce sera pour ce cours-là. Mais ça ne sera jamais régulier. Si j’avais beaucoup de boulot, ce serait également ce cours-là qui sauterait. Mais comme je trouve que ce n’est pas agréable à regarder… » (F., étudiante du C1). De nombreux étudiants mentionnent également que les podcasts sont plus adaptés à la prise de notes et à l’apprentissage que les cours en présentiel. « Après être allé au premier cours, j’ai regardé les podcasts… Et j’ai compris que soit on va au cours, soit on regarde les podcasts. Mais les deux, impossible ! » (Et-19, C9). « Une fois qu’on a fait les podcasts et qu’on va au cours… Podcasts quoi ! Je suis allée aux deux premiers cours mais le podcast… Je préfère. » (Et-12, C9). « Je suis allé au premier cours. Ensuite j’ai écouté le podcast, et je trouvais que c’était vraiment bien fait. J’avais l’impression d’être au cours, le son était parfait et l’image aussi. Si le prof faisait avec sa souris, on suivait tout. » De plus, les podcasts permettent une meilleure concentration car ils éliminent les distractions potentielles comme les discussions avec les condisciples, les comportements d’autres étudiants, voire la distance importante entre l’étudiant et la projection du diaporama : « J’ai l’impression d’être beaucoup plus concentré en regardant un podcast, de beaucoup mieux travailler. C’est plus pratique que le cours… Bizarrement, chez soi, visuellement, ça va mieux. Il y a moins de distracteurs visuels entre moi et l’écran. » (M., étudiant du C2). « Au premier cours, j’ai bien pris note mais je me suis dit que j’allais réécouter pour améliorer mes notes car, parfois, l’enseignant parle trop vite. Et là, j’ai remarqué que quand je vais au cours, je rate plein de choses importantes alors qu’avec le podcast je peux faire pause ou aller en arrière. Je me suis dit: “Au final, je vais perdre plus de temps à aller en cours et à écouter les podcasts à la maison que d’écouter les podcasts et d’avoir toutes mes notes bien complètes.” Et les deux heures du cours, je les occupe à travailler une autre matière ou à étudier. » (P., étudiante du C10).

 

Le podcast : outil pour se réapproprier le savoir

Certains étudiants s’avèrent de bons « moines copistes », recopiant mot à mot toutes les paroles de l’enseignant. « Pour ce cours, j’avais le podcast qui se jouait sur la moitié de mon écran. Sur l’autre moitié de mon écran j’avais mon fichier Word sur lequel je retranscrivais tout ce que l’enseignant disait. » (N., étudiante du C10). « Honnêtement, je préfère noter tout mot à mot. » (A., étudiante du C4). « Avec le podcast, je mets pause, je note tout ce qu’il dit. » (M., étudiante du C11).

Toutefois, pour une majorité d’étudiants utilisant les podcasts à leur disposition – quel que soit leur profil –, les propriétés de ces outils, comme le « play-pause-rewind », leur permettent d’adopter de nouvelles stratégies en termes de prise de notes et de construction d’un support d’apprentissage. « En cours, on ne peut pas arrêter le prof, puis [avec le podcast] on fait nos pauses quand on veut, ça dépend vraiment… On est tous différents par rapport au travail mais il y a des moments où je n’arrivais plus à réfléchir donc j’arrêtais à ces moments-là, mais en cours je peux pas arrêter le cours. Je réfléchissais ailleurs et je perdais 5 à 10 minutes… Là je ne perds aucune minute. » (A., étudiante du C3). Si, lors du cours, les étudiants se disent « passifs » face à l’enseignant qui donne cours « Au mieux, on prend des notes… Mais on ne reste pas concentré deux heures. » (J., étudiant du C2), ils avouent être plus « actifs » lorsqu’ils utilisent les podcasts : assis à leur poste de travail, ils font usage de cet outil en même temps que d’autres supports de cours tels que le polycopié, le diaporama imprimé, le(s) manuel(s) de référence, etc. Contrairement au cours en présentiel lors duquel tout étudiant s’avère obligé de prendre des notes à la volée afin de créer un support de cours, ce « play-pause-rewind » évoqué supra leur permet de mettre le cours sur pause afin d’aller chercher des informations dans les supports susmentionnés ou sur Internet, voire  de faire des liens avec d’autres parties du cours, de revenir sur un exemple, etc. Ils expriment ainsi une « réappropriation du savoir » : lorsqu’ils prennent des notes durant le cours en présentiel, ils retranscrivent uniquement la parole de l’enseignant et sa vision du savoir. Les podcasts leur permettent d’interagir avec le savoir délivré, de le confronter à d’autres sources d’information et, au final, de produire un support d’étude en adéquation avec leurs stratégies d’apprentissage : certains écrivent des textes « monoblocs » présentés sous forme de chapitres, d’autres élaborent des résumés grâce à des cartes conceptuelles, d’autres encore réalise un support d’étude composé de mots clés, etc. En outre, les étudiants qui adoptent ces stratégies évaluent celles-ci positivement : « Avec le podcast, on est plus concentré, on n’a pas ce stress de passer son temps à noter, etc. J’avais l’impression de plus retenir. » (M., étudiante du C1). « En cours… Je ne fais que prendre note et, souvent, je ne comprends plus par la suite. Là, c’est “LE” cours où j’ai l’impression qu’il est resté dans ma tête ; alors que d’autres cours, je les ai bossés peut-être aussi pendant une semaine mais c’est pas rentré comme avec les podcasts. Je ne sais pas. » (C., étudiante du C3).

1 Roland, N., Nauyens, V. (2013). Enseignement transmissif, apprentissage actif : usages du podcasting par les étudiants. Actes du 7ème Colloque Questions de Pédagogies dans l’Enseignement Supérieur, Sherbrooke.


2 réflexions sur « Usages du podcasting par les étudiants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.