Nouvelle génération & médias socio-numériques

Hier, lors d’un entretien de recherche, un étudiant m’a indiqué qu’il utilisait “Unishared” avec plusieurs autres étudiants de sa classe. Si le phénomène de l’écriture de supports de cours en collaboration n’est pas nouveau, c’était la première fois que j’entendais parler de cette plate-forme (les étudiants mentionnent habituellement Google Docs).

Après l’entretien, je mène quelques recherches à propos de l’outil et tombe sur cette présentation de son fondateur, Clément Delangue (@clementdelangue)

L’excellente intervention de Clément entre en écho parfait avec la photo ci-dessous, prise à l’Université libre de Bruxelles, que j’ai vu passer hier sur le groupe “Typique ULB” avec pour sous-titre : “Facebook addict”

479779_496899177034486_2053030425_n

 “Si certains étudiants passent leurs cours sur Facebook, ce n’est pas la faute de Facebook, ce n’est pas la faute d’Internet, ce n’est pas la faute de l’étudiant. C’est tout simplement que le système n’est plus adapté, que la pédagogie, que le format des cours n’est plus adapté.

Son discours est également une parfaite illustration de cette génération actuelle d’étudiants sur laquelle portent mes recherches. Ces étudiants qui s’aident mutuellement sur Facebook, créent des supports de cours collaboratifs sur Google Docs ou centralisent leurs documents sur Dropbox. Dans le cadre de mes travaux actuels, j’ai brièvement décrit ces usages dans la vidéo ci-dessous ou dans un article disponible ici.

Pourtant, le chemin à parcourir est encore (très) long… Peu d’enseignants (et de dirigeants) sont prêts à voir cette nouvelle génération d’étudiants, à comprendre leur besoin d’un renouveau pédagogique et d’un accompagnement adapté à l’utilisation des nouvelles technologies. Pour preuve, le Colloque “Generation Y : Réseaux (anti)sociaux et enseignement, entre fascination et rejet” qui a eu lieu le 26 février à la Haute École de Bruxelles (ISTI). Je m’étais promis, sur Twitter, d’en faire un compte-rendu mais je n’ai pas trouvé les mots justes pour exprimer mon désarroi quant à cette journée. Qui plus est, @pinkillaarticle ici – et @marginal article ici – l’ont très bien fait avant moi. Lors de ce colloque, la description de cette nouvelle génération d’étudiants (que je n’appelle pas nécessairement “Génération Y”) était faite de préjugés, de stéréotypes, d’amalgames et de mécompréhension. Je n’avais jamais réellement ressenti le “fossé des générations” comme on l’appelle ; ce fut la première fois. Se faire traiter d’utopistes ou de défendeurs du “tout gratuit” (j’insiste sur le terme, l’oratrice n’a pas parlé de “libre” ou “d’ouvert” mais bien de “gratuit”) sans pouvoir répondre était assez difficile. En effet, sur scène, il n’y avait aucun intervenant issu de cette “Génération Y”… Nous avons donc utilisé “nos outils” pour réfléchir, débattre et ouvrir nos discussions : un pad d’écriture collaborative & Twitter. Ce compte-rendu devait s’inscrire dans cette mouvance mais il n’apportait pas une pierre significative à l’édifice.

Toutefois, dans l’optique de contribuer rapidement à une meilleure compréhension de cette nouvelle génération, je proposerai ici des extraits d’entretiens d’étudiants, voire les premières résultats de mes travaux de recherche qui portent, actuellement, sur la manière dont les étudiants se représentent et organisent leur environnement personnel d’apprentissage ; un environnement fait d’outils numériques mais également analogiques.

A suivre…


9 réflexions sur « Nouvelle génération & médias socio-numériques »

  1. Ping : Apprendre ensemble, évidemment | Portfolio d'articles

  2. Pinkilla

    La note sous la photo (et la conclusion de la vidéo) interpelle(nt) … et hasard sans doute, nous avons eu une petite discussion à la salle des profs récemment sur l’usage des laptops en cours. En résumé, la conclusion est du type. «C’est inutile ! Ils jouent».

    Mon attitude actuelle est la suivante
    1 – Si les voisins regardent trop l’écran, c’est que ça les distrait … et ça ne me convient pas car certains ont besoin d’écouter.
    2 – Il faut (comprendre j’ai besoin) que quelques étudiants me regardent, haussent ou froncent les sourcils, … me montrent qu’ils m’écoutent … sans ça, je m’éteint !
    3 – J’essaie d’éduquer (puisque c’est mon rôle) au bon usage (en tout cas un usage que je trouve bon) d’un laptop en cours (Je ne développe pas ici car ce n’est pas encore bien clair dans ma tête).

    Merci pour le compte rendu …

    Répondre
    1. Nicolas Roland Auteur de l’article

      “C’est inutile ! Ils jouent” est un peu réducteur, et probablement très faux.

      Comme toujours, cela dépend de l’enseignant : si vous n’offrez aucun support de cours et qu’ils doivent “gratter” pour faire leur propre support ; ils utiliseront l’outil le plus adapté. Dès lors, que ce soit avec une feuille ou un laptop, ils ne vous regarderont pas. Qui plus est, le point 1 est identique avec la feuille de papier (cela pouvait me distraire de voir un étudiants dessiner).

      Si le cours est interactif et intéressant, je pense que les étudiants auront bien d’autres choses à faire que de jouer sur leurs ordinateurs ou de dessiner sur leurs feuilles. Feuilles ou laptop, selon moi, ce ne sont que des supports… Après, l’usage…

      Répondre
      1. Pinkilla

        Mmh dans des petites classes, on peut voir la feuille et le [Alt-TAB] n’existe pas … ce qui fait qd même une petite différence 😉

        Mais il est clair que tout ça dépend de bcp de facteurs (taille de la classe, nombre d’étudiants, support utilisé par le prof et disponibilité de celui-ci, partie de la matière enseignée, … )

        Répondre
  3. Gastlag

    L’idée de prendre des notes en même temps en cours est assez intéressante.

    Mais Unishared semble bien éloigné des valeur des universités et d’Internet : le partage.

    En regardant le projet on voit que c’est une entreprise lancée par 2 étudiant d’une école de commerce parisienne, l’objectif ? Fournir un service en ligne avec le même business plan que Google et Facebook : récolter des données personnelles et les vendre.

    Pour utiliser Unishare il faut _obligatoirement_ :

    – leur donner accès à de nombreuses informations personnelles de notre compte Facebook ainsi que l’autoriser à publier dessus. Vous n’avez pas de compte Facebook parce que leur politique de censure et de non respect des informations personnelles vous est intolérable ? Vous ne pourrez pas utiliser Unishared.

    – leur donner accès à votre compte Gmail. Vous n’avez pas de compte Gmail/Google parce que la politique de censure et de non respect des informations personnelles vous est intolérable ? Vous ne pourrez pas utiliser Unishared.

    Tout ça pour quoi ? Pour un logiciel web d’écriture collaborative qui n’est même pas libre.

    Et pourtant, il en existe au moins déjà : Etherpad. Avec déjà une association, Framasoft, qui fourni un service de mise à disposition de cet outil via Framapad.

    Bref au final Unishared est juste un exercice d’étudiants en école de commerce qui se demandent comment faire fructifier du capital sur le dos des autres. Ce n’est pas le fruit de personnes qui se demandent comment améliorer l’enseignement universitaire. Et ça se ressent dans les services qu’ils proposent.

    Répondre
    1. Nicolas Roland Auteur de l’article

      Merci pour vos remarques & commentaires.

      Je partage certains de ceux-ci. J’aurai un entretien Skype avec Clément Delangue demain soir. Je n’hésiterai pas à poser les questions et à vous transmettre les réponses.

      Répondre
    2. Delangue

      Merci pour ce retour. N’hésitez pas à voter pour un mode différent d’identification sur http://unishared.uservoice.com.

      Par ailleurs, je suis en total désaccord avec votre vision selon laquelle il faudrait choisir entre avoir une activité soutenable économiquement et vouloir améliorer l’enseignement. Par exemple, le fait que les professeurs soient rémunérés n’empêche pas que la plupart d’entres eux enseignent par vocation et pour aider les élèves.

      Qu’en pensez-vous ? Je serais ravi de pouvoir continuer la discussion.

      Répondre
      1. Brasseur

        Petite différence notoire: les professeurs s’engagent dans le métier par vocation et certainement par quelconque profit. S’il y avait moyen de s’enrichir en professant comme enseignant tous secteurs confondus, cela se saurait!
        Si vous observez la qualité de l’enseignement dans les écoles, vous verrez que les pédagogies ne sont pas développées par une majorité de pédagogues, alors donner ça dans les mains de jeunes commerciaux qui cherchent l’angle lucratif en adaptant un concept dans leur coin ?? Laissez-moi m’étonner!

        Répondre
  4. Aurélie

    Merci pour cette synthèse, ces réflexions et questions pertinentes. Le monde de l’enseignement supérieur va devoir s’adapter, pas vraiment le choix… Mais ça commencera quand? Ça a déjà commencé? On retrousse nos manches et on y va!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.