De la diffusion de la « science fraîche »

Un peu moins d’une semaine après le “Colloque scientifique international sur les TIC en éducation”, je prends le temps d’écrire mes quelques réflexions dans ce carnet.

Si je ne commenterai pas l’organisation – parfaite ! –, ni la qualité des communications – variable, comme dans tous les colloques – ou encore les rencontres – un lot de personnes passionnées et intéressantes –, je préfère m’attarder sur la question de la conservation et du partage des informations communiquées lors de ces événements. Comme mentionné dans le billet précédent, j’ai essayé de capter au mieux l’activité du hashtag #ticeducation grâce à Storify. Au final, les informations diffusées sur Twitter manquent souvent de contextualisation et, hormis quelques citations clés et débats sur le moment, il est difficile pour une personne ne participant pas au colloque de le suivre à distance par l’intermédiaire de cet outil.

A mon sens, les colloques sont les lieux de diffusion de la « science la plus fraîche » : s’il faut souvent plusieurs années pour publier ses résultats de recherche dans un ouvrage ou plusieurs mois pour diffuser ceux-ci par l’intermédiaire d’un article, les colloques permettent de partager des résultats issus des recherches les plus récentes dont les analyses ont parfois été terminées quelques semaines avant le début de l’événement. Toutefois, cette « science fraîche » est-elle réellement diffusée ? En participant au colloque, la sélection est déjà difficile entre des dizaines de communications parallèles… Il faut choisir et « Choisir c’est renoncer. Qu’il est difficile et terrifiant de renoncer » (D. Levy-Chédeville). Qui plus est, participer à un colloque demande un investissement qu’il est parfois difficile de renouveler plusieurs fois par an. Le chercheur passe alors à côté d’une masse d’information importante et, parfois, essentielle.

Les actes de colloque me direz-vous ? Oui mais… Sont-ils réellement diffusés à toute la communauté ? Autre question, sont-ils diffusés dans les temps ?

Les enregistrements vidéo ? Oui mais… La production est lourde, souvent impossible pour toutes les sessions et le référencement lors de la diffusion est un casse-tête.

Parfois, la presse s’en mêle et cela peut aider : http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/05/08/tableau-blanc-interactif-impact-reussite_n_1499064.html

A mon sens, les productions scientifiques présentées lors de ces événements manquent cruellement de diffusion alors qu’au regard de leurs qualités intrinsèques, ce sont celles-ci qui mériteraient une visibilité accrue.

D’autres outils peuvent-ils permettre cette diffusion ?

Si vous avez des pistes de solution, n’hésitez pas !

[Photo : Archive par Capelle.R ]


6 réflexions sur « De la diffusion de la « science fraîche » »

  1. Nicolas Roland Auteur de l’article

    Résolution n°1 : je vais (tenter d’) enregistrer toutes mes communications (lorsqu’elle ne le sont pas par l’organisation) au format audio-diaporama (au moins).

    Une idée de plateforme scientifique pour partager cela ? (Et ne me répondez pas iTunesU)

    Répondre
  2. Lionel Meinertzhagen

    La question que tu poses me semble être un vrai problème. On se complait à critiquer le manque de phase entre le papier et l’actualité, ce décalage qui est aussi un retard. Il se fait que le monde scientifique, qui devrait donner l’exemple, reproduit ce schéma. À l’heure actuelle où chacun se peut éditeur, la non-coïncidence recherche/savoir/actualité et diffusion ne devrait plus être. En effet, suivons le modèle de la presse, qui, elle, a réussi, partiellement du moins, à se renouveler.
    À mon sens, il manque un maillon, ou une fonction. Il devrait revenir à tout chercheur ou, lors d’un colloque, à l’organisateur et à l’intervenant – voire à un intermédiaire entre eux – de rendre accessible, simultanément à la recherche/prise de parole, non pas le texte ou le diaporama mais une synthèse claire de sa pensée/présentation, ce qui demande un travail de didactique/vulgarisation supplémentaire.
    Mais c’est pas gagné…

    Répondre
  3. Nicolas Roland Auteur de l’article

    Oui. Tout est sur Slideshare dans mon cas : http://www.slideshare.net/niroland/

    Toutefois, comme tu pourras le voir, mes présentations ne sont pas « auto-suffisantes ». Je travaille beaucoup à partir d’images, de pictogrames et de phrases courtes. Je parle beaucoup sur le texte. Ce n’est pas très explicite avec le diaporama uniquement.

    Répondre
    1. Benoit Majerus

      ça a l’air déjà très clair et puis comme c’est de la science fraîche tout ne doit pas déjà être complètement compréhensible

      Répondre
      1. Nicolas Roland Auteur de l’article

        On en revient au problème de base… La diffusion… « Si tout le monde faisait cela » 🙂

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.