Archives de catégorie : TICE

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (5)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

4298732610_a6ff9b50a6_b

Une recherche par et pour la pratique
La recherche scientifique portant sur les technologies utilisées en éducation se borne à une approche de remplacement et de comparaison entre le nouveau – technologique – et le traditionnel – non technologique. Le nouveau doit démontrer qu’il est meilleur que le traditionnel : la question « La technologie (XXX) a-t-elle un impact significatif sur l’apprentissage des élèves ? » est alors étudiée par la comparaison en un groupe « avec technologie » et un groupe « sans technologie » (Charlier, 2011). Toutefois, il n’existe aucune différence, sur le plan des apprentissages réalisés par des élèves ou étudiants, entre un enseignant qui a recours aux TIC et celui qui ne les intègre pas (Russel, 1999). L’efficacité des technologies est donc à trouver ailleurs. Comme le souligne Loisier (2011, p. 105) : « Il ne faut pas chercher dans les technologies la recette de l’élévation du taux de réussite des apprenants. Les facteurs de réussite sont ailleurs : d’une part, dans la personnalité de l’apprenant et, d’autre part, dans l’art du pédagogue qui le guide et l’accompagne. » Dès lors, une des pistes de solution se trouve dans une approche de recherche pour et par la pratique. Ainsi, il s’agit de pouvoir développer une approche de recherche-action impliquant les enseignants. Dans ce contexte, l’expertise de chercheurs est associée à celle des acteurs de terrain pour aider à intégrer une technologie et améliorer les usages de celle-ci de manière itérative suite à la récolte de données qualitatives et quantitatives. Par l’intermédiaire de l’intégration d’un nouvel outil technologique, les équipes de recherche peuvent aider les enseignants à s’interroger sur leurs besoins pédagogiques, à prendre en compte le point de vue des étudiants, à proposer des dispositifs pertinents et à les réguler (Chênerie, 2011). Cette approche par et pour la pratique vise à accompagner les enseignants pour les aider à développer leurs compétences dans le domaine, leur offrir des outils et ressources technologiques adaptés et les amener à réfléchir sur leurs pratiques pour les faire évoluer.

Conclusion
« Le plus « pédagogique » des TIC est une illusion pour la plupart des enseignants. Au contraire même, à entendre de nombreux témoignages, les TIC gênent la pédagogie et donc ne favorisent pas réellement les apprentissages, sauf lorsque les contenus de ces apprentissages sont liés à ces technologies. » (Devauchelle, 2011). Si ces conceptions sont encore largement présentes chez les enseignants, nous souhaitions montrer que d’autres voies sont possibles et, surtout, à envisager afin que l’école reste en phase avec la société et le public qui la fréquente. Les technologies numériques accélèrent les transformations de cette société, modifient l’organisation des temps et espaces d’apprentissage, agissent sur les modes de pensées des élèves et renouvèlent les modes de production et de diffusion des savoirs. Dans ce contexte, l’école peut-elle résister au changement sans être en porte-à-faux par rapport à ses propres objectifs généraux ?

Bibliographie
Charlier, B. (2011). Évolution des pratiques numériques en enseignement supérieur et recherches : quelles perspectives ? Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 1-2(8), 28-36.
Chênerie, I. (2011). La question des usages pédagogiques du numérique en contexte universitaire : comment accompagner les enseignants ? Revue International des Technologies en Pédagogie Universitaire, 1-2(8). Document accessible à l’adresse : http://www.ritpu.org/IMG/pdf/RITPU_v08_n01-02_22.pdf
Loisier, J. (2011). Les nouveaux outils d’apprentissage encouragent-ils réellement la performance et la réussite des étudiants en FAD ? Document préparé pour le Réseau d’enseignement francophone à distance du Canada. En ligne: http://www.refad.ca/recherche/TIC/TIC_et_reussite_des_etudiants.pdf
Roland, N. (2012). Le podcasting à l’université : pourquoi ? Comment ? Pour quels résultats ? Actes du 27ème Congrès de l’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU), 14 au 18 mai, Trois-Rivières, Canada, 268-274.
Russell, T. L. (1999). No significant difference phenomenon. Raleigh : North Carolina State University.

Autres billets de la série « Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action » :
– Introduction
– Dépasser la dichotomie entre culture numérique et culture scolaire
– Former et accompagner les enseignants
– Des espaces d’apprentissage et un matériel adaptés aux besoins

Crédit photographique : Mike Abney

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (4)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

2806521955_36b87a9c33_o

Des espaces d’apprentissage et un matériel adaptés aux besoins
Les plans « Cyber-classes » et « Cyber-écoles » de la Communauté française ont connu un succès modéré : une à deux classes, au sein des établissements scolaires, transformées en « centres cybermédias » finalement sous utilisés à cause d’une absence de formation des acteurs et d’espaces loin de répondre à leurs besoins pédagogiques. Aujourd’hui, les écoles s’équipent par l’intermédiaire de divers plans de financement, souvent sans consultation avec les enseignants, de tableaux blancs interactifs – avatars numériques du bon vieux tableau noir (ou vert) – ou de tablettes numériques – à la mode. Pourtant, la classe, en tant que lieu d’apprentissage, n’a guère été modifiée suite à l’introduction du numérique. Toutefois, de nombreuses recherches montrent que l’espace, la pédagogie et la technologie sont trois dimensions en interaction (Paquelin, 2015) qui ne peuvent être pensées de manière individuelle (figure 1).

PaquelinFigure 1 – Pédagogie, espace et technologie (Paquelin, 2015)

Dès lors, si ces trois dimensions ne sont pas pensées en interaction, la technologie peut être inadaptée aux pratiques pédagogiques (exemple : l’usage du tableau blanc interactif pour l’individualisation de l’apprentissage), l’espace peut desservir l’usage de la technologie (exemple : une classe au sein de laquelle l’enseignant doit éteindre ou occulter les fenêtre pour voir le contenu d’un tableau blanc interactif) ou empêcher son usage efficient (exemple : un ordinateur difficile d’accès placé au fond de la classe à cause des prises). Afin de répondre aux besoins des enseignants comme des élèves, il convient de considérer les plans d’aménagement et d’équipement des classes dans cette interaction triadique entre espace, pédagogie et technologie.

Bibliographie
Paquelin, D. (2015). Nouveau design pédagogique, nouveau design spatial. In Campus d’avenir : Concevoir des espaces de formation à l’heure du numérique. En ligne : http://goo.gl/NFMyq3

Autres billets de la série « Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action » :
– Introduction
– Dépasser la dichotomie entre culture numérique et culture scolaire
Former et accompagner les enseignants 

Crédit photographique : Kennedy Library

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (3)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

9653285560_349cd6dab2_k

Former et accompagner les enseignants
Actuellement, la formation initiale des enseignants ainsi que formation continue sont peu adaptées avec les besoins du terrain et ne prennent pas en compte les caractéristiques nouvelles des élèves qui fréquentent l’école. L’intégration et l’usage des technologies à des fins pédagogiques sont, à quelques exceptions près, peu présentes dans la formation des futurs enseignants du fondamental et du secondaire. Dans ce contexte, il s’avère d’autant plus crucial de porter une réflexion profonde sur la nature même du métier d’enseignant ainsi que ce qu’il devra être dans les prochaines années afin d’orienter les politiques de formation et d’accompagnement. Aujourd’hui, le métier d’enseignant s’avère de plus en plus complexe : le rôle de détenteur du savoir est remis en question face à Internet et à la profusion de connaissances disponibles sur la toile ; les méthodes pédagogiques traditionnelles sont concurrencées par les techno-pédagogies comme les classes inversées ou encore par les nouveaux dispositifs d’apprentissage en ligne comme les cours en ligne ouverts et massifs ; leurs compétences se doivent d’être décuplées pour maîtriser les aspects didactiques, pédagogiques et technologiques ; leur temps de travail explose car connectés, ils sont sollicités partout et tout le temps. Néanmoins, si l’école souhaite une plus grande prise en compte de la culture juvénile, celle-ci passera, prioritairement, par une adaptation des pratiques des acteurs du monde scolaire et, notamment, des enseignants. Pour atteindre cet objectif, la formation et l’accompagnement des enseignants sont essentiels pour les amener à reconsidérer la posture transmissive pour devenir des « médiateurs de l’accès à la connaissance dans ses nouvelles modalités issues du monde numérique. » (Pérez, 2013, p. 21). En effet, si l’enseignant reste le « chef d’orchestre » de sa classe, il doit apprendre à devenir le médiateur de la construction du savoir car « il demeure l’élément déterminant des processus d’apprentissage » (Pérez, 2013, p. 22). Des projets pilotes existent au sein des hautes écoles : les semaines d’immersion à l’usage des technologies pour les futurs enseignants, des enseignements transversaux entre des cours de didactique et d’usage du numérique, une année de spécialisation à l’enseignement avec les technologies pour les enseignants en fonction à la Haute Ecole de Bruxelles et la Haute Ecole Francisco Ferrer, etc. Il s’agit maintenant d’utiliser ces projets et leurs résultats comme des éléments de réflexion pour une politique plus globale.

Bibliographie
Pérez, M. (2013). L’école au coeur du numérique. In Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information. Scérén Editions.

Autres billets de la série « Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action » :
– Introduction
– Dépasser la dichotomie entre culture numérique et culture scolaire

Crédit photographique : Think Global School

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (2)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

8083508395_90fbcacc84_k

Dépasser la dichotomie entre culture numérique et culture scolaire
Actuellement, les élèves vivent un véritable antagonisme entre leurs pratiques extrascolaires – numériques – et leur vécu scolaire – traditionnel. Par l’intermédiaire du tableau (tableau 1), nous résumons les principaux aspects de ces deux logiques d’usages issus des travaux de Dauphin (2012).

DauphinTableau 1 – Logiques d’usages entre la culture numérique et la culture scolaire

Si ces logiques d’usages ne sont pas nécessairement incompatibles, l’antagonisme est d’autant plus important que la culture numérique juvénile est peu valorisée au sein de l’école (Dauphin, 2012), creusant le fossé entre l’élève et son milieu scolaire. Ainsi, s’il s’avère important de laisser la culture juvénile se développer en autonomie dans une volonté de permettre aux adolescents de s’affranchir du monde des adultes, il ne faut pas oublier que celle-ci se construit conjointement à la culture scolaire. Dans ce contexte, l’école se doit de dépasser la dichotomie entre la culture non numérique – la sienne – et la culture numérique – celle des élèves – afin d’être plus proche et, surtout, plus en adéquation avec le public qui la fréquente. Si le « tout à la sauce technologique » n’est pas la solution, il est devenu indispensable de repenser l’école dite « numérique » sur base d’une compréhension et d’une acceptation des évolutions comportementales induites par les technologies. L’école pourrait choisir de renforcer ses caractéristiques actuelles et résister au changement ; elle ne fera alors que creuser les inégalités entre les élèves, favorisant les enfants qui auront un accès chez eux au numérique et aux personnes ressources pour utiliser de manière efficiente ces outils.

Bibliographie
Dauphin, F. (2012). Culture et pratiques numériques juvéniles : quels usages pour quelles compétences. Questions Vives, 7(17), 1-14.

Autres billets de la série « Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action » :
Introduction

Crédit photographique : Bondesgaarde

Le numérique à l’école : enjeux et pistes d’action (1)

Ce billet fait partie d’une série de cinq visant à proposer, par la déconstruction de quatre enjeux liés au numérique à l’école, une réflexion sur les politiques d’intégration des technologies pour une refondation numérique de l’école.

3596827936_8e5ea8e345_o

Introduction
« La plupart du temps, l’école est à la remorque des grands mouvements technologiques » (Bordeleau, Depover & Pochon, 1999, p.13). Force est de constater que ces propos, vieux de plus de quinze ans, restent d’actualité au regard de la situation actuelle de l’intégration du numérique dans l’enseignement obligatoire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Bien plus que la radio, la télévision ou encore les premiers CD-Rom, le numérique, et surtout Internet, remettent en question les modes de production et de diffusion des savoirs, obligeant l’école à questionner ses fondements pédagogiques, ses différents rapports – au savoir, au temps, à l’espace – ainsi que ses objectifs. Néanmoins, si comme le souligne Tardif (1997, p.9), « conclure consciemment à leur inutilité – celle des technologies de l’information et de la communication en enseignement – constituerait une forme de cécité irresponsable sur le plan professionnel », il s’avère important de ne pas voir en elles le remède – ou poison – à tous les maux. En ce sens, le numérique doit être considéré comme un moyen d’enseignement et d’apprentissage, à l’opposé d’une logique technocentriste dans laquelle les technologies guident l’enseignement et l’organisation du travail pédagogique. Dès lors, l’intégration du numérique à l’école est à envisager dans une perspective fondée sur le couplage entre la technologie et l’activité humaine. De facto, qu’il s’agisse de compréhension des phénomènes ou de mise en œuvre d’actions concrètes, il importe de saisir le sens que les enseignants et élèves accordent aux technologies, la manière dont ils se les approprient et infléchissent certaines de leurs modalités afin qu’elles répondent de manière optimale à leurs besoins en termes de pédagogie et d’apprentissage (Roland, 2012). En adoptant cette approche, nous proposons une lecture de quatre enjeux liés à l’intégration des technologies et offrons des pistes de réflexion visant une refondation numérique de l’école.

Bibliographie
Bordeleau, P., Depover, C. & Pochon, L. (1999). L’école de demain à l’heure des technologies de l’information et de la communication. Neuchâtel et Lausanne : Institut romand de recherches et de documentation pédagogiques (IRDP).
Tardif, J. (1998). Intégrer les nouvelles technologies de l’information. Quel cadre pédagogique ? Paris : ESF.

Crédit photographique : Wesley Fryer

Prise de notes – Conférence S. Vial : « Naî(ê)tre au monde à l’ère numérique : réinventer l’expérience »

Ce lundi 5 octobre, la Haute École Francisco Ferrer​ – qui m’emploie en tant que professeur invité dans le cadre de l’année de spécialisation aux TICE pour les enseignants – s’est penchée sur une mutation anthropologique majeure lors de sa rentrée académique. Elle a invité, pour sa leçon inaugurale, Stéphane Vial​, Docteur en Philosophie de l’Université Paris Descartes et maître de conférences en design et cultures numériques à l’Université de Nîmes.

La conférence avait pour titre : « Naî(ê)tre au monde à l’ère numérique : réinventer l’expérience »

Mes notes prises à cette conférence sont disponibles en ligne.

Histoire de découvrir un peu mieux la pensée de Stéphane Vial, je vous conseille de regarder la vidéo ci-dessous.

Le « Plan du numérique » de la Wallonie

Durant cette année 2015, j’ai eu l’occasion de faire partie d’un panel d’experts invités à élaborer des propositions pour le « Plan du numérique » pour la Wallonie.

Capture d’écran 2015-09-23 à 08.38.40

Ce vendredi 18 septembre 2015, Pierre Rion, Président du Conseil du Numérique, a remis à Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de l’Innovation et du Numérique, le rapport “Digital Wallonia. Proposition pour un Plan du Numérique”. Le plan traduit l’ambition du Conseil du Numérique : faire de la Wallonie un territoire connecté et intelligent, où les entreprises technologiques sont des leaders reconnus au niveau mondial et les moteurs d’une mutation industrielle réussie et où l’innovation numérique est soutenue au service de la qualité de l’éducation, de l’ouverture des services publics et du bien-être des citoyens.

– Une méthodologie participative
Le plan du numérique marque une rupture avec les méthodes traditionnelles de l’action publique et intègre les codes de l’économie numérique : collaboration, co-création et approche bottom-up. La dynamique des Assises du Numérique a impliqué plus de 200 experts issus de 140 organismes, associations et entreprises, privés et publics, au sein de 13 groupes de travail thématiques. Ce processus a été encadré et orienté par le Conseil du Numérique, instance indépendante mise en place par le Ministre du Numérique, présidée par Pierre Rion.

– Un plan fédérateur
Le Conseil du Numérique a souhaité que le plan réponde aux caractéristiques suivantes :
– Chaque ministre du gouvernement doit pouvoir greffer ses initiatives au plan. Celui-ci ne produira ses effets que s’il sert de base aux initiatives dans tous les domaines d’activité de la société.
– Agilité. Le plan permet d’intégrer de nouvelles mesures ou ajuster des mesures existantes, tout en maintenant sa pertinence par rapport aux évolutions du numérique.
– Cohérence. Le Plan du Numérique est aligné avec le Plan Marshall 4.0, et cohérent avec les autres initiatives numériques, en Wallonie, en Belgique (Digital Belgium) et au niveau européen (Digital Agenda).
– Le plan sera la feuille de route de la Wallonie en matière de numérique. Il doit dès lors faire l’objet d’une large diffusion et d’un reporting régulier.

– 5 thèmes ont été identifiés pour structurer le plan.
1. Territoire connecté et intelligent – Connecté au très haut débit et intelligent, le territoire offre un accès illimité aux usages numériques et agit comme catalyseur du développement industriel et économique.
2. Secteur du numérique – Développer les usages numériques implique un secteur du numérique fort et une recherche pointue.
3. Economie par le numérique (industrie et services) – Le redéploiement de l’économie wallonne passe par une augmentation forte et rapide de l’intensité numérique des entreprises.
4. Services publics – Le numérique permet d’envisager une génération nouvelles de services publics, ouverts et transparents.
5. Compétences numériques et emplis – Les Wallons doivent devenir les acteurs de la transformation numérique par l’acquisition des compétences et le développement des usages du numérique.

Le cinquième volet du plan laisse une part belle au numérique en souhaitant former les wallons aux technologies numériques, à leurs usages et aux nouveaux métiers du numérique à l’école, dans les entreprises et les organisations :
– Doter les écoles en équipements et infrastructures de pointe en établissant un plan ambitieux de déploiement d’infrastructure numérique dans les écoles.
– Assurer l’acquisition de compétences numériques chez tous les wallons, à chaque étape de leur vie et de leur parcours
– Développer les compétences numériques afin de former la nouvelle génération de talents.
– Former et accompagner les enseignants pour accélérer la transition numérique des processus d’apprentissage.
– Faciliter la création, l’échange et l’utilisation des ressources numériques pour l’éducation et la formation professionnelle.
– Promouvoir les métiers du numérique & intégrer la transformation numérique des métiers dans la formation.
– Renforcer l’accompagnement à l’usage du numérique, surtout pour les personnes les plus éloignées de celui-ci.

Chaque proposition est plutôt bien décrite en mentionnant les acteurs clés, le timing prévu, les coûts estimés ainsi que des propositions d’indicateurs opérationnels. Si je n’ai eu l’occasion que de parcourir le plan, j’essaierai de vous en faire une lecture plus approfondie dans les prochains jours et, surtout, suivrai sa mise en oeuvre opérationnelle dans le domaine de l’éducation numérique.

Le plan est téléchargeable à cette adresse : https://www.digitalwallonia.be/wp-content/uploads/2015/09/Plan-du-Num%C3%A9rique_Rapport-du-Conseil-du-Num%C3%A9rique_VF.pdf

Mon environnement personnel de travail

2014-02-02 09.59.05

En février dernier, j’ai eu l’occasion d’intervenir pour le Centre de formation des doctorants à l’insertion professionnelle (COMUE Sorbonne Paris Cité) dans le Certificat de compétences numériques (CCN) pour le doctorat, et l’insertion et la mobilité professionnelle. J’y ai présenté mon « environnement personnel de travail » ou, plutôt, l’ensemble des outils et des processus journaliers attachés à ces outils.

J’ai élaboré cette intervention à l’aide d’une carte conceptuelle qui m’a permis de présenter l’ensemble des outils et de les partager aux participants. Depuis, j’enrichis cette carte au fur et à mesure, car de temps en temps, on me pose des questions du type : « Tu utilises quels outils pour écrire ? », « C’est quoi ton processus de travail ? », « Tu utilises des outils numériques dans le cadre de tes recherches ? », etc.

Je vous partage donc cette carte conceptuelle qui aura, dans les prochains jours, une page à part entière au sein de ce carnet. Je vais m’attacher à la rendre plus auto-suffisante (elle reste normalement accompagnée d’un commentaire oral) et à la compléter (je pense à de nouveaux outils chaque jour en comparant mes pratiques à ce qui se trouve au sein de la carte).

N’hésitez pas, si vous avec des questions ou commentaires, à relayer cela ci-dessous ou par email !