Archives de catégorie : Recherches

Publication – Génération Y au conservatoire ? Regard sur les pratiques numériques des étudiants dans le cadre de leurs apprentissages

2015-09-23 20.11.46-2

En 2014, j’ai eu l’occasion de donner une des conférences d’ouverture de Journées du GRIAM organisées le 20 et 21 février.

Résumé de la communication : Depuis de nombreuses années, les technologies transforment continuellement le processus d’apprentissage. A l’heure du Web 2.0, social et collaboratif, d’une informatique personnelle et nomade – smartphone, tablette, cloud computing –, de nombreuses recherches montrent que les étudiants de l’enseignement supérieur recourent à ces outils et services dans le but de créer, voire d’organiser, leur « environnement personnel d’apprentissage » (EPA) en dehors de la sphère institutionnelle. Certains d’entre elles mettent également au jour que la conception de ces EPA débute bien avant l’entrée à l’université interrogeant, dès lors, les pratiques des enseignants et le rapport à la scolarité de ces « nouveaux élèves ».
Notre contribution présentera différents regards sur ce sujet à travers les résultats de plusieurs de nos recherches : une première se focalise sur l’élaboration de ces EPA par les étudiants de l’enseignement universitaire, l’appropriation des outils qui les composent et les stratégies d’apprentissage mises en œuvre dans ce cadre. Une deuxième aborde la manière dont les formateurs d’enseignants issus de l’enseignement supérieur de type court prennent en compte les EPA de leurs étudiants et accompagnent ceux-ci dans l’élaboration de tels environnements. Enfin, par l’intermédiaire d’une enquête menée dans plusieurs conservatoires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous apporterons un éclairage sur les environnements personnels d’apprentissage d’étudiants du domaine musical.

Dans le cadre de cette conférence et à la demande des organisateurs, j’ai mené une (petite) recherche qui avait pour but de connaître les habitudes technologiques de ces étudiants, de recueillir leur perceptions par rapport à différents outils ainsi que d’investiguer leurs usages des médias socionumériques dans des activités d’apprentissages. Pour ce faire, j’ai interrogé 52 étudiants (23 hommes et 29 femmes) issus des conservatoires de Bruxelles, de Mons et de Liège ; tous étudiants en Master et/ou en agrégation.

La recherche vient d’être publiée dans le 5ème numéro de la revue Orphée Apprenti. Vous pouvez retrouver l’article en ligne.

 

Publication – Critique de l’innovation technopédagogique dans l’enseignement supérieur : le cas des MOOCs

Comme le montre la récente revue de la littérature de Maureen Ebben & Julien S. Murphy (2014), on peut observer deux phases dans les recherches et travaux à propos des MOOCs, chacune avec des impératifs et des thèmes de recherche associés. La première phase, 2009-2011/2012, est celle des MOOCs connectivistes, de la créativité et de l’engagement dans le processus de production. Durant cette phase, les recherches portent sur le connectivisme comme une théorie de l’apprentissage, et l’expérimentation des innovations technologiques dans les premiers cMOOCs. La deuxième phase, entamée dès 2012, voit la montée de xMOOCs, la poursuite du développement des plates-formes de MOOCs, la croissance de l’analyse et de l’évaluation de l’apprentissage (learning analytics), et l’émergence d’un discours critique sur MOOCs.

Capture d’écran 2015-09-15 à 11.18.54

Avec Eric Uyttebrouck (Cellule PRA-CTICE, Université libre de Bruxelles), nous nous sommes inscrits dans ce dernier courant, celui d’une approche critique des cours en ligne ouverts et massifs. Publié dans les actes du 8ème Colloque Questions de Pédagogies dans l’Enseignement Supérieur, nous avons écrit un article (« Critique de l’innovation technopédagogique dans l’enseignement supérieur : le cas des MOOCs ») ayant pour objectif de poser un regard critique sur les innovations technopédagogiques qui traversent l’enseignement supérieur et, plus particulièrement, sur les MOOCs.

Si ces dispositifs portaient – et portent encore pour certains – des espoirs de révolution des méthodes  d’enseignement et d’apprentissage, de démocratisation de l’accès au savoir et de nouvelles perspectives de recherche, même les plus fervents « MOOC-aholic » perdent leurs illusions. C’est le cas de Sebastian Thrun qui déclarait, il y a un an, « MOOCs are a lousy product » alors qu’il est lui-même l’un des piliers fondateurs de ce type de dispositif avec son cours d’intelligence artificielle qui avait attiré 160.000 personnes.

Dès lors, nous posons la question suivante : comment se fait-il que, malgré les investissements – matériels et humains – importants réalisés par les institutions universitaires, ces dispositifs numériques restent pédagogiquement pauvres, loin d’être l’innovation tant attendue pour l’apprentissage ? Afin de répondre à cette question, notre contribution aura pour objectif premier de poser un regard critique sur l’innovation numérique en pédagogie universitaire par l’intermédiaire des concepts d’intéressement (Akrich, Callon & Latour, 1988) et d’espace d’intéressement (Akrich, Callon & Latour, 1991). L’hypothèse qui sous-tend cet article veut que, derrière l’innovation prétendue des outils en pédagogie universitaire numérique, se cachent des intérêts divergents d’acteurs différents pour lesquels les points de convergence sont rarement de l’ordre de la pédagogie ou de l’apprentissage. Dans un second temps, notre objectif sera d’illustrer notre propos par l’intermédiaire d’une analyse critique des Massive Open Online Courses.

L’article est disponible en téléchargement sur le réseau ResearchGate.

Bibliographie
– Akrich, M., Callon, M. et Latour, B. (1988) A quoi tient le succès des innovations? 1 : L’art de l’intéressement. Gérer et comprendre, Annales des Mines, 11, 4-17.
– Akrich, M., Callon, M. et Latour, B. (1991). L’art de l’intéressement. In D. Vinck (coord.), Gestion de la recherche. Nouveaux problèmes, nouveaux outils, Bruxelles : De Boeck Université, p. 27-52.

Appel à communication – Cirt@ 2015 : «Innovation technopédagogique à l’ère numérique»

AfficheCirt@2015

La Cirt@ (Communauté pour l’Innovation et la Recherche sur les Technologies dans l’Enseignement/Apprentissage) vous invite à son colloque annuel qui aura lieu à l’Université de Sherbrooke le 13 octobre 2015 en collaboration avec PeDTICE. Ce colloque aura pour thème «Innovation technopédagogique à l’ère numérique». 

Que vous soyez étudiant, enseignant, formateur, chercheur ou autre professionnel de l’éducation, vos propositions de communication sont les bienvenues. Diverses possibilités et catégories de communication sont offertes. Nous vous invitons à soumettre une proposition de communication sans hésiter. La nouvelle date limite d’envoi des propositions est maintenant le 2 SEPTEMBRE 2015. (La confirmation d’acceptation vous sera envoyée avant la mi-septembre après évaluation du comité scientifique).

Le lien suivant vous mènera vers la page renfermant tous les détails sur le colloque et les modalités de soumission d’une proposition : http://www.pedtice.org/colloquecirta2015/ 

Appel à communication – Colloque Didapro / Didastic

Le colloque Didapro – DidaSTIC se tient régulièrement depuis une douzaine d’années en s’intéressant spécifiquement aux questions liées à l’enseignement et à l’apprentissage de l’informatique sous ses différentes formes.

Capture d’écran 2015-03-29 à 18.11.00

Au cours du temps, un large spectre de problématiques a été abordé, depuis la question de la production de documents jusqu’à celle de l’enseignement de l’informatique dans les classes terminales, en passant par les nouveaux défis de la conception de curricula ou les questions spécifiques de conception d’objets et de services et les problèmes de la formation des enseignants.

La prochaine édition, s’intéressera à un thème général qui prend de l’ampleur dans différents pays : Quelles éducations au numérique, en classe et pour la vie ?
Ce thème est d’une grande actualité. La multiplication des instruments connectés (matériels et logiciels) et leur accessibilité dès le plus jeune âge renforcent l’idée qu’une éducation au numérique est nécessaire tout au long du cursus scolaire des apprenants et, au-­delà, pendant toute la vie. Mais comment procéder pour accompagner des personnes ayant des intérêts et des spécialisations très différentes au sein de dispositifs de types très divers ? Quel angle choisir à chaque niveau ? Comment transmettre les éléments d’une culture et les fondements d’une science, ainsi que les savoirs indispensables à l’exercice de métiers ? À quels enseignants faire appel, pour installer quelles modalités pédagogiques ?

Vous êtes invités à communiquer autour des thématiques proposées sous forme :

  • d’un article long (entre 8 et 12 pages)
  • d’un article court (4 pages)

Les communications sont à déposer par l’intermédiaire de ce site avant le 30 juin 2015. Le format et la feuille de style incluant les consignes de mise en page seront fournis plus tard.

Pour plus d’information : http://didapro6.sciencesconf.org/

Genèse instrumentale des environnements personnels d’apprentissage et stratégies d’apprentissage au sein d’un cours en ligne ouvert et massif

Ce jeudi 4 juin 2015, je participerai au colloque International CIREL : « E-Formation des adultes et des jeunes adultes ». Lors du symposium 3 intitulé « MOOC, regards croisés sur les apprenants; écho vers les concepteurs » dans lequel interviendront également Bruno Poellhuber (Université de Montréal), Annie Jézégou (Lille 1) et Pierre-André Caron (Lille 1), je présenterai les premiers résultats d’une des premières recherches menée à propos du MOOC « Spice up Your English« . Le cadre théorique élaboré pour investiguer cet objet de recherche sera présenté et il sera utilisé, de manière exploratoire, pour analyser plusieurs études de cas. L’intérêt est que ce premier volet s’avère principalement qualitatif et que les résultats apportent un meilleure compréhension de l’environnement d’apprentissage que les apprenants élaborent en suivant un MOOC, environnement d’apprentissage qui se révèle bien invisible au learning analytics tant utilisés dans les recherches actuelles.

Résumé

Les Massive Open Online Courses (MOOC), de par leur ouverture et leur accessibilité, attirent un public aux prérequis et compétences hétérogènes. Dans cette contribution, nous allons principalement nous intéresser aux compétences en littératie médiatique, c’est-à-dire les compétences liées aux usages d’objets médiatiques permettant à l’apprenant d’évoluer dans l’environnement médiatique contemporain de façon critique, responsable et créative ainsi que de manière autonome et socialisée (Fastrez et De Smedt, 2012). Notre intérêt se porte sur ces compétences car, en marge du dispositif élaboré par l’enseignant, les apprenants au sein des MOOCs recourent à des outils, services et personnes dans le but de créer, voire d’organiser, leur environnement personnel d’apprentissage (EPA). Selon nous, l’EPA est un environnement élaboré par l’apprenant lui-même dans le cadre d’activités d’apprentissage en mobilisant des outils, dispositifs et ressources numériques, non numériques ainsi que d’autres individus – leurs condisciples, les parents, l’enseignant, etc. (Roland et Talbot, 2014). Ainsi, au sein d’un MOOC, l’apprenant ne se contente pas des vidéos et activités proposées par l’enseignant mais va, selon les cas, effectuer des recherches liées à la thématique, consigner les informations dans un carnet, partager son intérêt sur un blogue, travailler de manière collaborative sans consigne particulière de l’enseignant, etc. Toutefois, si un EPA peut entièrement être élaboré, contrôlé et adapté par l’apprenant en fonction de ses besoins d’apprentissage – formels ou informels –, tous les apprenants ne possèdent pas les compétences nécessaires à une gestion optimale de cet environnement (Dabbagh et Kitsantas, 2012 ; Roland, 2013). Cette conclusion, tirée à partir d’un public d’étudiants universitaires souvent qualifié – hâtivement – de digital native, s’avère encore plus interpellante au regard des MOOCs qui drainent un public dont l’âge varie de 15 à 65 ans[1].

Partant de ce constat, l’objectif de notre contribution est de présenter les résultats d’une recherche exploratoire analysant, dans une approche sociocognitive (Bandura, 1986, 2003), l’élaboration d’environnements personnels d’apprentissage au sein du MOOC « Anglais pour tous – Spice Up Your English » de l’Université libre de Bruxelles. Plus précisément, il s’agit d’étudier l’impact des caractéristiques personnelles de l’apprenant (le profil sociodémographique, le sentiment d’efficacité personnelle, les conceptions de l’apprentissage et, surtout, les compétences en littératie médiatique) ainsi que des caractéristiques environnementales (l’environnement artefactuel et le dispositif pédagogique dans lequel il évolue) sur l’élaboration de l’environnement personnel d’apprentissage – en termes de genèse instrumentale (Rabardel, 1995) et de stratégies d’apprentissage (Bégin, 2008).

Sur base de questionnaires, d’entretiens compréhensifs répétés et de carnets de bord, nous saisissons les processus d’instrumentation et d’instrumentalisation d’outils numériques et non numériques qui forment l’environnement personnel d’apprentissage de l’apprenant ainsi que les stratégies d’apprentissage associées en examinant, en détail, la manière dont les compétences en littératie médiatique impactent les schèmes d’utilisation, entraînent des adaptations, voire créent de nouvelles fonctions pour l’élaboration de l’EPA. L’analyse de ces données permet de mieux saisir le sens que ces apprenants accordent aux outils qui constituent leur EPA, la manière dont ils se les approprient et infléchissent certaines de leurs modalités en fonction de leurs compétences.

Au-delà de la présentation des résultats de cette recherche, notre communication vise également à élargir le débat à deux thématiques connexes. D’une part, d’un point de vue technopédagogique, nous montrerons comment de tels résultats visent à documenter les pratiques de conception des MOOCs de l’Université libre de Bruxelles dans une approche de design-based research. D’autre part, sur le plan scientifique, nous discuterons des difficultés méthodologiques rencontrées dans le cadre de telles approches qualitatives au sein des MOOCs ainsi que des perspectives en termes d’instruments de récolte et d’analyse de données qualitatives dans ces dispositifs.

Bibliographie

Bandura, A. (1986). Social Foundations of Tought and Action. Englewood Cliffs, NJ : Prentice Hall.
Bandura, A. (2003). Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle. Bruxelles : De Boeck.
Bégin, C. (2008). Les strategies d’apprentissage : un cadre de référence simplifié. Revue des sciences de l’éducation. 34(1), 47-67.
Dabbagh, N. & Kitsantas, A. (2012). Personal Learning Environments, social media, and self-regulated learning: A natural formula for connecting formal and informal learning. The Internet and Higher Education, 15(1), 3-8.
Fastrez, P. & De Smedt, T. (2012). Une description matricielle des compétences en littératie médiatique. In M. Lebrun-Brossard, N. Lacelle, & J.-F. Boutin (Eds.), La littératie médiatique multimodale. De nouvelles approches en lecture-écriture à l’école et hors de l’école. Québec: Presses de l’Université du Québec.
Rabardel, P. (1995). Les hommes et les technologies : approche cognitive des instruments contemporains. Paris : Armand Colin.
Roland, N. & Talbot, N. (2014). L’environnement personnel d’apprentissage : un système hybride d’instruments. Sciences et technologies de l’information et de la communication pour l’éducation et la formation, 21. En ligne : http://sticef.univ-lemans.fr/num/vol2014/20-roland-epa/sticef_2014_NS_roland_20.htm
Roland, N. (2013). Facebook au service de l’apprentissage : Regards sur quelques pratiques d’étudiants universitaires. Eduquer, 102.

[1] Fourchette d’âge des inscrits au MOOC “Spice Up Your English” de l’Université libre de Bruxelles à la date du 6 février 2015

Appel à communication – Atelier « Tablettes » à EAIH 2015

La conférence EIAH est une conférence internationale francophone, placée sous l’égide de l’ATIEF (Association des Technologies de l’Information pour l’Education et la Formation). La 7ème édition de la conférence EIAH (EIAH’2015) aura lieu à Agadir (Maroc) du 2 au 5 juin 2015 et sera organisée par le laboratoire IRF – SIC de l’Université Ibn Zohr.

6428498_orig

Dans ce cadre, j’ai l’occasion d’être dans le comité scientifique de l’atelier 4, « Des tablettes dans la classe », organisé par Delphine Caron, Aurélien Fievez et Laurent Souchard.

Les tablettes tactiles se multiplient dans les écoles et nous souhaitons interroger la pratique et la recherche sur leurs usages dans la salle de classe. Cet atelier est ouvert autant aux praticiens qu’aux chercheurs de toutes les disciplines qui s’intéressent à la place des tablettes tactiles dans la salle de classe et  à son impact sur les apprentissages et sur l’organisation de l’institution elle-même.

  • Usages de la tablette en classe en FLE/FLS (Français Langue Étrangère et/ou Langue Seconde), en mathématiques et dans les disciplines scientifiques, en sciences humaines, en musique et en EPS (Éducation Physique et Sportive)
  • Évaluation des usages des EIAH et en particulier des Serious games
  • Impacts institutionnels de l’usage d’une tablette dans la salle de classe
  • Individualisation de l’enseignement et de l’apprentissage
  • Impacts cognitifs spécifiques de l’usage d’une tablette
  • Accessibilité des tablettes tactiles, lien avec des sources d’information tangible (qrcode, nfc)

L’atelier se déroulera en trois partie : la première sera consacrée à la présentation par des chercheurs des cadres théoriques adaptés à l’usage des tablettes dans la classe,  la deuxième partie à la présentation de retour d’expérience de chercheurs ou de praticiens et la troisième partie à analyser les liens les plus constructifs entre le cadre théorique et la réalité de la pratique dans  la classe.

Les auteurs ont jusqu’au 10 avril pour soumettre une proposition. Celle-ci doit contenir un résumé de la communication en une page. Les présentations, cadres théoriques et retours d’expérience, doivent être des présentations courtes, de l’ordre de 10 minutes avec 5 minutes de questions. Chaque présentation doit mettre l’accent sur ce lien entre l’utilisation d’un cadre théorique et une pratique ordinaire. Un document reprenant  l’ensemble des textes des  communications acceptées sera disponible dans les jours précédents l’atelier.

Pour plus d’informations : http://tabletteseiah.weebly.com/

Appropriation d’artefacts audiovisuels pédagogiques dans les cours en ligne ouverts et massifs : de la production aux usages

images_course_small

Abstract de l’article qui sera discuté dans le symposium “MOOC et productions vidéos : regards croisés sur les principaux enjeux de recherche, des stratégies institutionnelles aux processus de scénarisation et aux impacts chez les utilisateurs” aux XIVe rencontres internationales du réseau de Recherche en Éducation et Formation à Montréal en octobre 2015.

Les artefacts audiovisuels ont pris une place prépondérante dans les cours en ligne ouverts et massifs (CLOM). Pourtant, les contraintes institutionnelles, temporelles, techniques ou stratégiques, voire les processus de production de ces médias, amènent souvent les concepteurs à privilégier une approche “technocentrée” – facilité de réalisation, qualité audiovisuelle, prouesses technologiques, etc. – aux dépens d’une approche “pédagocentrée”, portant sur l’efficacité des productions audiovisuelles sur l’apprentissage. En d’autres termes, qui s’enquiert de la manière de réaliser une “bonne vidéo pédagogique” ? Certes, l’équipe de réalisation se montre toujours soucieuse du confort de l’enseignant et du meilleur rendu possible, technologiquement parlant – haute définition, compétences en illustration/animation, etc. –  mais se pose-t-elle la question de savoir quelle est la mise en forme la plus appropriée du point de vue de l’apprenant ? Si certaines recherches offrent des pistes concernant les caractéristiques qui participent à la qualité d’un contenu audiovisuel à finalité pédagogique (Van Gog & Scheiter, 2010 ; Guo, Kim & Rubin, 2014 ; Plass, Heidig, Hayward, Homer & Um, 2014 ; Szpunar, Jing & Schacter, 2014), rares sont celles qui tentent d’établir un pont – longitudinal – entre le processus de production, le produit dit « fini » et l’appropriation par les utilisateurs.

Notre contribution présentera une recherche menée lors de la réalisation et de la diffusion d’un MOOC de l’Université libre de Bruxelles. Dans un premier temps, elle visera à documenter les pratiques de production qui, dans une approche de design-based research (Design-Based Research Collective, 2003), s’appuient, elles-mêmes, sur nos recherches antérieures (notamment Roland, 2013 ; Roland & Nauyens, 2013) et actuelles portant sur le sens que les étudiants accordent aux vidéos pédagogiques, la manière dont ils se les approprient et infléchissent certaines de leurs modalités afin qu’elles répondent au mieux à leurs besoins en termes d’apprentissage. Dans un deuxième temps, nous réaliserons une analyse des productions audiovisuelles en les passant au crible de plusieurs grilles afin d’en extraire les principales propriétés et caractéristiques. Dans un troisième temps, nous nous intéresserons à l’appropriation de ces artefacts audiovisuels par les étudiants : par l’intermédiaire de questionnaires, d’entretiens semi-directifs, de carnets de bord et d’analyses des traces laissées par les utilisateurs sur la plate-forme, nous saisirons les processus d’instrumentation et d’instrumentalisation (Rabardel, 1995) en examinant la manière dont les apprenants modifient leurs schèmes d’utilisation, les adaptent à ces outils ou créent de nouvelles fonctions. Au-delà de ce travail focalisé sur les vidéos pédagogiques, nous analyserons également, dans une approche sociocognitive (Bandura, 1986), les interactions entre ces comportements d’appropriation et deux autres types de facteurs : les facteurs environnementaux – c’est-à-dire le dispositif pédagogique mis en place dans le MOOC ainsi que les autres ressources à disposition – et les facteurs personnels – notamment au travers d’une grille d’analyse du sentiment d’efficacité informatique. Le croisement de ces analyses de données permettra d’établir des liens entre les pratiques à l’oeuvre lors de la production des vidéos du MOOC, les produits finis et l’appropriation des médias audiovisuels pédagogiques par les apprenants dans le cadre dudit cours en ligne ouvert et massif.

L’environnement personnel d’apprentissage : un système hybride d’instruments

Capture d’écran 2015-01-27 à 20.14.36

Avec d’autres chercheurs, nous avions tenté, lors des XIIIe rencontres internationales du réseau de Recherche en Éducation et Formation en septembre 2013, de conceptualiser la notion d’environnement personnel d’apprentissage. Le fruit de ce travail est disponible dans le dernier numéro de la Revue STICEF avec des contributions issues de différents domaines.

Avec Laurent Talbot, nous avons proposé, de manière exploratoire, d’approcher cet environnement personnel d’apprentissage comme un système d’instruments afin de montrer la continuité entre instruments numériques et non numériques.

En adoptant une approche sociocognitive, cette contribution a pour objectif, d’une part, d’appréhender l’environnement personnel d’apprentissage (EPA) dans l’enseignement universitaire comme un système d’instruments et, d’autre part, de comprendre les relations entre outils numériques et non numériques de ce système. Par l’intermédiaire de carnets de bord, d’entretiens compréhensifs menés avec 28 étudiants issus de 6 dispositifs pédagogiques différents ainsi que des supports d’étude produits ou utilisés, nous avons modélisé leurs EPA ainsi que les processus d’élaboration de ceux-ci. Nos résultats amènent à remettre en question la définition d’un EPA purement technologique, à comprendre les logiques de construction en fonction de facteurs personnels et environnementaux ainsi qu’à faire émerger les caractéristiques de ce système d’instruments particulier.

Article complet disponible sur le site de la Revue STICEF.