Archives de catégorie : Recherches

Une approche sociocritique du numérique en éducation : enjeux et questionnements

student-849822_1920

Avec un réseau de chercheures et chercheurs francophones, nous sommes en train de développer une approche sociocritique du numérique en éducation. Dans ce cadre, nous organisons une journée d’étude le 17 juin 2016 à Grenoble pour appréhender, réflechir et construire cette approche avec l’ensemble des participants.

Argumentaire –

Depuis de nombreuses années, le numérique participe à la transformation de l’éducation. De nouveaux outils sont utilisés pour enrichir et diversifier les pratiques pédagogiques actuelles et leur usage connaît un accroissement exponentiel. Si de nombreuses institutions éducatives s’engagent dans la voie du numérique – les derniers exemples sont l’arrivée des vidéos pédagogiques, des réseaux sociaux ainsi que des MOOCs – peu sont celles toutefois qui savent prendre le temps de la réflexion. De son côté, la recherche se borne trop souvent à une approche de remplacement et de comparaison entre le nouveau et le traditionnel, se fixant pour objectif de prouver l’efficacité d’un dispositif ou d’une formation, laissant ainsi de côté les difficultés rencontrées, les écarts perçus entre l’idéel, à savoir « l’horizon à la fois idéal et conceptuel vers lequel tend le projet », et le réel de « l’expérience subjective » vécue par les acteurs.

L’objectif du collectif d’enseignants-chercheurs qui s’est récemment constitué autour d’une approche sociocrique du numérique en éducation, est d’étudier de près les phénomènes de résistance trop souvent ignorés, les tensions, mais aussi les « impensés », ces notions qui semblent aller de soi, mais qui cachent des réalités bien plus complexes qu’il n’y parait.

Cette journée d’étude entend privilégier les échanges, non seulement au sein du collectif, mais aussi entre le collectif et le public, dans le but de questionner l’approche sociocritique pour mieux l’explorer. A cette fin, plusieurs intervenants du collectif proposeront d’analyser un corpus de textes relevant selon nous de l’approche sociocritique (la liste des textes composant ce corpus est disponible). Cette journée d’étude se voulant un moment de réflexion et d’échanges, chaque communication proposera une lecture du corpus selon un angle particulier (méthodologie, positionnement, question de l’intervention…) avant d’ouvrir le débat avec le public. Ce dernier, qu’il ait pu procéder ou non à la lecture des articles mis à disposition, sera chaleureusement invité à faire part de ses réflexions.

Invitée à jouer le rôle d’ « amie critique », Brigitte Albero interviendra à la fin de la journée pour établir des liens entre l’approche sociocritique et d’autres orientations ou mouvements de recherche en cours. Elle donnera également sa vision des enjeux actuels auxquels se trouve confrontée la recherche sur le numérique en éducation.

Le programme provisoire est disponible en ligne.

Inscriptions –

La participation à la journée est gratuite. Le repas de midi est à la charge des participants : S’inscrire en ligne

L’apprentissage et le numérique : de la recherche de questions aux questions de recherche

11080515534_8f686d3cf8_o

Depuis de nombreuses années, le numérique a participé à la transformation des processus d’apprentissage. Ces derniers s’inscrivent désormais dans des espaces multiples – changements de lieux – et s’étendent tout au long de la vie – changement de temporalité (Charlier, 2013). Les paroles prophétiques d’un changement de pratiques au sein de la population étudiante – ayant un recours plus important aux technologies – se confirment à la lueur des enquêtes scientifiques récentes.

Pour dépasser cet état de fait, notre contribution porte un regard historique, comparatiste et réflexif sur l’ensemble des travaux de recherche en sciences de l’éducation qui se sont intéressés aux pratiques d’apprentissage liées au numérique. Schématiquement, ces travaux peuvent se décomposer en trois courants qui continuent à cohabiter aujourd’hui : un premier courant de recherche s’intéresse à la manière dont le numérique peut influencer l’apprentissage des élèves. Ces travaux, particulièrement technocentristes, se bornent, souvent, à une approche de remplacement et de comparaison entre le nouveau – technologique – et le traditionnel – non technologique – (Ellis et Goodyear, 2010), le premier étant considéré comme meilleur par rapport au second. Toutefois, derrière ces recherches expérimentales se cachent de nombreux biais, des concepts mal définis ou encore une absence de prise en compte des spécificités des médias ou des différences interindividuelles (Charlier, 2011). L’ouvrage de Russel (1999), « The No Significant Difference Phenomenon », en est une illustration caricaturale : en répertoriant plus de 355 études sur l’impact des TIC, l’auteur soutient qu’il n’existe aucune différence, sur le plan des apprentissages, entre un enseignant qui a recours aux technologies et celui qui ne les intègre pas. Un deuxième courant, initié par Clark (1983), considère que ce sont les pratiques pédagogiques, voire le dispositif, et les caractéristiques des apprenants qui font la différence. Loisier (2011, p. 105) soulignait ainsi, dans une synthèse des méta-analyses et des méta-recherches sur l’usage des TICE effectuées entre les années 1995 et 2010, que les facteurs de l’amélioration de l’apprentissage liés au numérique étaient « d’une part, dans la personnalité de l’apprenant et, d’autre part, dans l’art du pédagogue qui le guide et l’accompagne. » Le troisième courant est né de l’évolution de l’écologie des usages numériques des élèves amenant à repenser les relations entre leurs pratiques académiques et non académiques. La notion d’environnement personnel d’apprentissage (Attwell, 2007 ; Roland et Talbot, 2014) a engendré une évolution fondamentale dans la manière de penser le recours à des outils numériques d’apprentissage par les apprenants : la recherche, jusqu’alors cantonnée à étudier des usages institutionnels et formels, s’est intéressée aux usages des étudiants « en marge des dispositifs sociotechniques ou technopédagogiques proposés par une institution pédagogique » (Bonfils et Peraya, 2012).

Cette réflexion sera présentée au sein du symposium « A quelles questions cherchons-nous réponse à propos des processus d’apprentissage ? » de l’AREF 2016. Dans ce cadre, notre contribution aura pour objectif, à partir d’une revue de la littérature des principaux travaux portant sur les processus d’apprentissage liés aux outils numériques, d’étudier la manière dont ces recherches ont été élaborées en termes de problématiques et de questions de recherche afin de mieux appréhender et d’interroger leur évolution historique.

Crédit photographique : reynermedia

Les formateurs d’enseignants face aux environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants

Capture d’écran 2016-03-24 à 16.06.19

Avec Sophie Vanmeerhaeghe, nous venons de publier le premier volet d’une de nos recherches au sujet des représentations des enseignants concernant les compétences numériques de leurs étudiants. Le texte complet est disponible sur le site de la Revue RIPES.

Résumé –
L’intégration et l’usage des technologies à des fins pédagogiques sont, à quelques exceptions près, peu présentes dans la formation des futurs enseignants du fondamental et du secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Néanmoins, aujourd’hui, le métier d’enseignant s’avère de plus en plus complexe et nécessite une maîtrise de ces technologies, que ce soit pour enseigner ou accompagner les élèves dans leurs usages du numérique. Les futurs enseignants – alors encore étudiants – recourent pourtant à des outils et services numériques dans le but de créer, voire d’organiser, leur environnement personnel d’apprentissage (EPA). Toutefois, de nombreux travaux montrent que ces étudiants ne possèdent pas les compétences nécessaires à une gestion optimale de cet environnement. Dès lors, à leur entrée dans le supérieur, ils nécessitent aide et intervention pédagogiques afin de choisir les outils adéquats en vue d’atteindre leurs objectifs d’apprentissage. Par l’intermédiaire d’une enquête par questionnaires, cette recherche a pour objectif de saisir les représentations de formateurs d’enseignants à propos des environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants ainsi que d’appréhender les approches pédagogiques qu’ils mettent en œuvre pour accompagner leurs étudiants dans la création d’un tel environnement. Cette contribution offre un premier état des lieux permettant de saisir le sens que les enseignants accordent aux environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants ainsi que la manière dont ils les aident à élaborer des environnements efficients.

Inégalités numériques dans les classes inversées, discontinuités et non usage

Dans les travaux actuels (au-delà des MOOCs), mes recherches empiriques s’axent actuellement, par une approche ethnographique, sur l’environnement personnel d’apprentissage (EPA) des étudiants ainsi que sur Facebook comme instrument pivot de ce dernier.

IMG_2138

Plus précisément, la problématique des inégalités numériques quant aux compétences nécessaires pour élaborer un EPA dans des dispositifs hybrides – de type classe inversée – me questionne particulièrement. D’une part, de nombreux travaux de recherche considèrent encore les étudiants natifs du numérique comme technocompétents. Pourtant, plusieurs études (résumées notamment par Ellis et Goodyear, 2010) ont démontré que l’apprentissage s’avérait plus complexe lorsque les technologies étaient utilisées dans le cadre d’une activité pédagogique ; ce qui est le cas dans le système des classes inversées. D’autre part, ces dispositifs encouragent l’étudiant à développer un environnement personnel d’apprentissage. Toutefois, si un EPA peut entièrement être élaboré, contrôlé et adapté par l’apprenant en fonction de ses besoins d’apprentissage – formels ou informels –, il s’avère nécessaire de nuancer que tous les étudiants ne possèdent pas les compétences nécessaires à une gestion optimale de cet environnement (Dabbagh et Kitsantas, 2012). En outre, la littérature se doit d’être complétée afin de fournir des données probantes, tant au niveau des classes inversées (Bissonnette et Gauthier, 2012) que de l’élaboration des environnements personnels d’apprentissage (Valtonen et al., 2012). Dans ce cadre, j’opte pour une approche ethnographique d’étude des usages du numérique en argumentant que l’outil (ou un ensemble d’outils regroupés sous le vocable « environnement ») ne se définit pas en tant que tel mais bien par l’usage qui en est fait dans un contexte particulier. Qui plus est, l’étude des logiques qui sous-tendent la mobilisation des outils au sein du dispositif d’apprentissage ne peut faire, selon nous, l’économie d’une approche écologique systémique, incluant le dispositif pédagogique propre dans lequel l’individu évolue, mais également les conditions environnementales, temporelles et matérielles du contexte d’apprentissage (Ellis et Goodyear, 2010).

A ce sujet, une première publication avait été réalisée pour la revue (de vulgarisation) Traces de changements [Article disponible en ligne]. Une communication sur les premiers résultats scientifique sera réalisée au prochain colloque du CRIFPE à Montréal.

Influence des compétences en littératie médiatique sur l’élaboration d’environnements personnels d’apprentissage : le cas de la classe inversée
Nicolas Roland
Si de nombreuses recherches (notamment Charlier, 2014 ; Peraya & Bonfils, 2014) montrent que les étudiants de l’enseignement supérieur recourent à des outils et services numériques dans le but de créer, voire d’organiser, leur environnement personnel d’apprentissage (EPA), rares sont celles qui ont montré que les étudiants ne possèdent pas les compétences nécessaires à une gestion optimale de cet environnement (Dabbagh & Kitsantas, 2012) eu égard à sa complexité (Roland, 2013 ; Roland & Talbot, 2014). Partant de ces constats, la recherche vise à contribuer à une meilleure compréhension de l’influence des compétences en littératie médiatique (Fastrez & De Smedt, 2012) sur la manière dont les étudiants élaborent leur environnement personnel d’apprentissage – en termes de genèse instrumentale (Rabardel, 1995) et de stratégies d’apprentissage (Bégin, 2008). Sur base de questionnaires, d’entretiens compréhensifs répétés et de représentations graphiques des EPA, nous saisissons, au sein de trois dispositifs de classe inversée, les processus d’instrumentation et d’instrumentalisation d’outils numériques numériques qui forment l’environnement personnel d’apprentissage de l’apprenant ainsi que les stratégies d’apprentissage associées en examinant, en détail, la manière dont les compétences en littératie médiatique impactent les schèmes d’utilisation, entraînent des adaptations, voire créent de nouvelles fonctions pour l’élaboration de l’EPA.

A côté de ces travaux sur les inégalités, je m’intéresse aux réseaux sociaux sous l’angle des discontinuités d’usage et du non usage. Le recours à Facebook par les étudiants universitaires n’est plus à démontrer (Roland, 2013) et son usage a des fins académiques a été largement étayé (notamment Roland, 2013 ; Roland & Talbot, 2014 ; Peraya & Bonfils, 2014). Toutefois, ces travaux, centrés sur les usages – même en contexte extra-académique –, ont tendance à occulter « de façon non intentionnelle tout ce qui reste dans l’ombre de l’introduction désormais massive des technologies. » (Marquet, 2012, p. 11). Partant de ce constat, notre contribution a pour objectif de décrire et d’analyser deux formes peu étudiées de l’usage de Facebook : d’une part, les discontinuités – et l’absence de transfert – entre les pratiques académiques et extra-académiques du recours au réseau social à des fins d’apprentissage ; d’autre part, le non usage d’une partie ou de l’entièreté des fonctionnalités de celui-ci pour des tâches académiques. Sur base d’entretiens compréhensifs répétés et de carnets de bord, nous analysons l’appropriation des fonctionnalités de Facebook sous l’angle de la genèse instrumentale (Rabardel, 1995) en saisissant les processus d’instrumentation et d’instrumentalisation. Nos résultats permettent d’observer qu’un même artefact subit une genèse différente en fonction du contexte d’usage développant, ainsi, des instruments propres à chaque temps scolaire (Le Douarin, 2014). [Abstract de la communication : Roland, N. (2016). Discontinuité d’usage et non usage de Facebook à des fins académiques. Symposium “Continuités et ruptures des usages numériques éducatifs des apprenants à travers les contextes institutionnel et non institutionnel”. 3ème colloque international en éducation, Montréal, 5 et 6 mai.]

Le transfert de la recherche vers la pratique : de la mise en oeuvre du design-based research

Comme la plupart d’entre vous le savent, l’équipe que je dirige au sein de l’Université libre de Bruxelles, ULB Podcast, mène à la fois des activités de développement technologique, de conseil pédagogique et de recherche scientifique. Au sein d’une telle équipe, la question du transfert des résultats de recherche (obtenus à travers nos propres recherches ou par la littérature) vers les autres axes est cruciale pour maintenir l’innovation et garder des pratiques dites « de pointe ».

FullSizeRender - copie

L’approche mise en oeuvre au sein de l’équipe se veut résolument humaniste, innovante et universitaire avec pour vocation de concevoir des solutions sur mesure centrées sur l’utilisateur.

Pour atteindre cet objectif, nous nous appuyons sur une méthodologie de design-based research au sein de laquelle l’expertise des chercheurs, des ingénieurs pédagogiques, des concepteurs et des acteurs de terrain est mise à contribution pour élaborer des solutions digital learning efficientes et pérennes. Cette approche prend en compte les recherches en pédagogie, les progrès technologiques, l’analyse d’expériences internes et externes ainsi que les spécificités de l’environnement pour définir des réponses adaptées en matière de formation en ligne et en présentiel. L’approche se revendique également itérative : le processus est constamment amélioré par une réflexion portée à chaque étape, une analyse des résultats constatés et un réajustement des problèmes éventuellement rencontrés.

dbr

Toutefois, la mise en oeuvre concrète de cette approche s’avère complexe et, sur le terrain, nécessite de réels espaces de discussion et de collaboration entre les différents acteurs. Si nous essayons de mettre en oeuvre des pratiques de transfert de connaissances (organisation de la veille via Slack, suivi et lecture de la littérature scientifique, etc.), le transfert de compétences s’exerce, lui, par l’intermédiaire d’une pratique concrète de recherche : le Scholarship of Teachning and Learning avec les enseignants et le Scholarship of Academic Development avec les conseillers pédagogiques et autres membres techniques de l’équipe.

Prendre le temps de mener des activités de recherche est donc, malgré un manque de temps à consacrer à cette pratique, un outil précieux pour la mise en oeuvre de l’approche de design-based research. Si nous l’avions déjà mis en oeuvre à plusieurs reprises avec l’informaticien de l’équipe (voir, notamment, cette communication), nous entamons le même travail avec les autres membres de l’équipe notamment en menant des activités de recherche sur les MOOCs produits actuellement et leurs différentes composantes. Nous présenterons ainsi, lors du prochain colloque du CRIFPE (5 et 6 mai 2016 à Montréal, une communication avec Ariane (conseillère pédagogique) et Jérôme (technicien audiovisuel – scénariste) sur les liens entre pratiques de production de contenus audiovisuels pédagogiques et appropriation par les utilisateurs.

Regards sur les pratiques d’appropriation des ressources audiovisuelles au sein de différents dispositifs pédagogiques : une réflexion nécessaire pour l’ingénierie de production
Ariane Bachelart, Jérôme Di Egidio & Nicolas Roland

Les artefacts audiovisuels ont pris une place prépondérante dans les cours en présentiel, hybrides ou entièrement à distance. Si l’usage des ressources audiovisuelles dans l’enseignement supérieur (McGarr, 2009; Heilesen, 2010; Kay, 2012) comme au sein de dispositifs en ligne (Guo, Kim & Rubin, 2014) a été largement étudié, les pratiques actuelles d’ingénierie de telles ressources ne semblent pas tirer profit d’une analyse cumulative des usages observés depuis plus de trente ans. Notre contribution a pour objectif premier de dresser un bilan actualisé des caractéristiques qui participent à la qualité d’un contenu audiovisuel. Dans un second temps, nous exposons les résultats de plusieurs de nos travaux analysant le processus de genèse instrumentale (Rabardel, 1995) d’apprenants s’appropriant des ressources audiovisuelles dans différents contextes – cours en présentiel, cours hybride et cours en ligne. Par l’analyse d’entretiens compréhensifs ainsi que de carnets de bord, nous saisissons les processus d’instrumentation et d’instrumentalisation en examinant la manière dont ces apprenants modifient leurs schèmes d’utilisation, les adaptent à ces ressources, voire créent de nouvelles fonctions. Le croisement de ces travaux permet d’établir des liens entre les pratiques à l’œuvre lors de la production des vidéos pédagogiques et l’appropriation de ces médias par les apprenants.

MOOC Afrique – Le début du travail empirique

logo_mooc_afrique

Cette recherche, intitulée « MOOC Afrique : analyse des besoins, étude de faisabilité et recommandations », a pour but de construire un diagnostic sur le potentiel du développement de MOOC spécifiques au contexte de l’Afrique subsaharienne francophone. L’objectif est de mettre en évidence les bénéfices qu’ils pourraient y apporter au regard des problématiques de l’enseignement supérieur universitaire, mais également les risques et éventuels dysfonctionnements auxquels ils pourraient être confrontés.

En tant que chercheurs et conseillers techno-pédagogiques à l’Université libre de Bruxelles, nous défendons une appréhension pédagogique du numérique et du e-learning de manière à ce que la technologie serve entièrement l’enseignement et l’apprentissage – et l’accès à ceux-ci –, non l’inverse.

Suite au succès des premiers MOOCs sur le continent africain et la volonté de certaines institutions de produire ces cours à destination des populations africaines, nous pensons qu’il est nécessaire d’étudier ce contexte particulier ainsi que les besoins réels de ce public cible. Notre volonté est de créer une réponse adaptée – en termes techniques, pédagogiques et de développement –, pérenne et favorisant l’empowerment des populations locales. Pour ce faire, il est indispensable d’impliquer les acteurs concernés dans cette réflexion. C’est pour cette raison que cette étude est actuellement menée dans une visée participative.

Le diagnostic élaboré lors de cette étude permettra de comprendre les raisons du succès de ces premiers MOOC afin de mieux saisir le sens que les utilisateurs africains accordent à ces nouveaux dispositifs, la manière dont ils se les approprient et infléchissent certaines de leurs modalités afin qu’ils répondent de manière optimale à leurs besoins en termes d’apprentissage. Par ce biais, il s’agira de déterminer si les MOOC constituent une solution adéquate aux problématiques de l’enseignement universitaire en Afrique subsaharienne et, dans l’affirmative, d’évaluer la manière mener de tels projets.

Sur cette base, notre objectif final s’avère la production de recommandations pour la définition ainsi que la mise en œuvre de MOOC par et/ou pour un public africain.

Après près de quatre mois de recherches théoriques, nous entamons le travail empirique avec une mission, actuellement, à Yaoundé au Cameroun (jusqu’au 7 novembre) ainsi qu’une autre mission, début décembre, au Sénégal. Nos premières réflexions, découvertes ainsi que la suite de nos travaux seront à suivre sur ce carnet.

Journée d’étude – Le numérique en éducation : une perspective sociocritique

Organisée par le Laboratoire ICAR, sous l’égide de l’université Lyon 2 et l’ENS de Lyon, la journée se déroulera à l’ENS de Lyon le vendredi 13 novembre 2015.

Approche socio-critique

Alors que les discours médiatiques et politiques ne cessent de bruire des promesses du numérique pour l’éducation (l’inflation autour des MOOCs en constituant un nouvel exemple), cette journée d’étude vise à structurer une perspective émergente, la perspective sociocritique, propice pour envisager le numérique en éducation complémentairement aux approches traditionnellement centrées sur la salle de classe. L’approche sociocritique s’articule autour des trois dimensions suivantes :
1. une dimension scientifique qui vise à ancrer l’étude de l’usage des outils numériques dans un réseau complexe de facteurs dépassant les murs de l’école et les injonctions institutionnelles ;
2. une dimension méthodologique qui vise à mieux prendre en compte, d’une part, l’évolution des usages numériques des individus (apprenants et enseignants) dans le temps et dans l’espace et, d’autre part, les relations entre leur profil et leur milieu socioculturel et le développement d’usages numériques éducatifs;
3. une dimension politique qui ambitionne de mettre à nu les discours des tenants du numérique (acteurs politiques, médiatiques, économiques) et les effets de mode qui influencent et peuvent biaiser les représentations, les usages et les politiques des usages numériques pour l’éducation.

Après avoir expliqué les fondements d’une perspective sociocritique en émergence, les différents intervenants de l’aire francophone (Belgique, Québec, France) présenteront des recherches explorant certaines des dimensions présentées plus haut et montreront en quoi cette perspective permet d’explorer et de questionner sous un nouvel angle les usages numériques pour l’éducation.

Programme de la journée

Matinée :
– 9h00-9h30 : Accueil
–  9h30-9h45 : Introduction de la journée (Nicolas Guichon – Université Lyon 2- Laboratoire ICAR)
– 9h45-10h30 : Vers une approche sociocritique du numérique en éducation. Simon Collin (Université du Québec à Montréal), Nicolas Guichon (Université Lyon 2- Laboratoire ICAR), Jean-Gabin Ntébutsé (Université Sherbrooke). Animateur : Christian Ollivier (Université de La Réunion)
– 10h30-10h50 : PAUSE
– 10h50-11h35 : Elisabeth Schneider (Université de Caen) : Approche géographique des usages du numérique des jeunes. Animateur : Thierry Soubrié (Université de Grenoble)
– 11h35-12h20 : Périne Brotcorne (Fondation Travail-Université Bruxelles/Namur) : Les inégalités numériques en éducation : contours et enjeux. Animateur : Salifou Koné (Laboratoire ICAR – Lyon 2)

Après-midi :
– 14h00-14h45 : Nicolas Roland (Université libre de Bruxelles) : La doxa « natif du numérique » et ses impacts sur les pratiques enseignantes. Animateur : Jean-Paul Pinte (Université Catholique de Lille – Laboratoire d’Innovation Pédagogique)
– 14h45-15h30 : Cédric Fluckiger (Université Lille 3) : Travail documentaire des enseignants utilisant un Tableau Numérique Interactif (TNI) : approche critique en didactique des injonctions à l’innovation. Animateur : Jean-François Grassin (Laboratoire ICAR – Lyon 2)
–  15h30-15h45 : Conclusion de la journée par Simon Collin et Nicolas Guichon

Informations :
Le programme de la journée
– La participation est gratuite, mais l’inscription en ligne demandée.

AREF 2016 – A quelles questions cherchons-nous réponse ?

Tous les trois ans, les associations française, belge et suisse de recherche en éducation (AECSE, ABC-Educ et SSRE) organisent un congrès international d’Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation (AREF). La quatrième édition de ce congrès se tiendra à Mons (Belgique) du 4 au 7 juillet 2016.

Capture d’écran 2015-09-22 à 08.31.09

Le congrès AREF est d’abord l’occasion de présenter les travaux de recherche récents et en cours au sein de multiples symposiums abordant des thèmes variés. Mais il est aussi l’occasion d’approfondir un thème transversal à l’occasion des conférences et tables-rondes mais aussi dans chacun des symposiums, en complément des échanges sur les travaux de recherche. Le thème de cette édition est : « À quelles questions cherchons-nous réponse ?« . L’objectif, sera, pour les participant-e-s de compléter la présentation et la discussion de leurs recherche par une démarche réflexive à propos de leurs questions de recherche : quels processus et facteurs les ont conduits à se poser les questions qu’ils/elles se posent ? Pour qui ces questions sont-elles pertinentes ? A quels enjeux sont-elles liées ? Le congrès AREF 2016 invite donc les acteurs à se poser des questions sur leurs questions de recherche, dans une triple démarche de compréhension, d’évaluation et de proposition.

Vous pouvez, dès aujourd’hui, répondre à l’appel à communication.

A noter que le congrès est principalement structuré en symposiums thématiques (même si des communications individuelles peuvent également être soumises). Chaque symposium comporte un minimum de deux séances et un maximum de quatre séances de 1h30 chacune. Il est cependant prévu d’organiser des symposiums courts de 2 h. Une plage de 30′ est attribuée à chacune des communications, discussion comprise (20′ de présentation et 10′ de discussion). Le nombre de communications par symposium est fixé de la manière suivante :
– 3 communications dans un symposium court de 2h ;
– 5 communications dans un symposium de deux séances de 1h30 ;
– 7 communications dans un symposium de trois séances de 1h30 ;
– 10 communications dans un symposium de quatre séances de 1h30.

Deux dates à retenir pour soumettre une communication ou un symposium :
– 15 novembre  avec réponse pour le 1er février.
– 10 janvier avec réponse pour le  15 mars.

Pour plus d’information sur le congrès ou l’appel à communication : http://aref2016.be