Archives de catégorie : Publication

Le numérique à l’école : des inégalités aux opportunités

IEV_PS_2016.001

Samedi 14 mai, j’ai eu l’occasion de participer à la rencontre-débat du Chantier des idées « L’école de demain » avec d’autres acteurs du système éducatif de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dans cadre, mon intervention – « Le numérique éducatif : des inégalités aux opportunités » – tendait à déconstruire le mythe, toujours présent, des digital natives et à démontrer que le centre de gravité de la fracture numérique avait changé : si une large majorité des jeunes ont aujourd’hui accès aux outils numériques, il existe de grandes disparités au niveau des compétences liées à l’usage de ceux-ci. En effet, tous les élèves ne sont pas égaux dans l’usage du numérique à des fins scolaires : face, notamment, aux difficultés techniques, certains jeunes vont pouvoir faire appel à une aide extérieure permettant de les aider, de les aiguiller, voire de transmettre des connaissances ; d’autres n’auront pas cette possibilité. En effet, « l’aide intergénérationnelle est inégale en fonction des familles […] l’usage raisonné des TIC n’est pas toujours transmis » (Dauphin, 2012). En d’autres termes, certaines familles, issues de milieux socio-économiques favorisés, vont être capables de transmettre un « capital numérique » à leurs enfants alors que d’autres seront dans l’incapacité créant ainsi une ségrégation des jeunes dans leurs recours au numérique.

La suite est à découvrir dans le diaporama ci-dessous ainsi que dans ce texte, publié il y peu, dans la Revue Traces de changements.

La formation pratique des enseignants en Belgique francophone

L’année dernière, lors du 2ème colloque international en éducation à Montréal, j’ai eu l’occasion de dresser un état des lieux de la formation pratique des enseignants de l’enseignement fondamental et secondaire en Belgique et, plus particulièrement, en Fédération Wallonie-Bruxelles. Lors de cette communication, j’ai pu décrire les modalités organisationnelles et pédagogiques du développement des savoir-faire dans les hautes écoles, formant les enseignants du fondamental et du secondaire inférieur, ainsi que dans les universités, formant les enseignants du secondaire supérieur.

De cette communication est née une publication, co-écrite avec Catherine Van Nieuwenhoven, parue dans la revue « Formation et Profession » : Van Nieuwenhoven, C. et Roland, N. (2015). La formation pratique des enseignants en Belgique francophone. Formation et profession, 23(3), 210-217.

Résumé –
Cette contribution vise à dresser un état des lieux de la formation pratique des enseignants de l’enseignement fondamental et secondaire en Belgique et,plus particulièrement,en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) – la partie francophone du pays –, anciennementdénomméeCommunautéfrançaisedeBelgique (CFB). Le cursus scolaire d’un élève en Belgique se découpe, quant à lui, en quatre grandes périodes : l’enseignement maternel de 2 ans et demi à 6 ans (non obligatoire, mais fortement recommandé), l’enseignement primaire de 6 ans à 12 ans (obligatoire), l’enseignement secondaire de 12 ans à 18 ans (obligatoire) et, enfin, l’enseignement supérieur. À l’heure actuelle, la formation des enseignants des sections préscolaire (3-5 ans), primaire (6-12 ans) et secondaire inférieur (12-15 ans) est organisée en trois années au sein de hautes écoles (établissements d’enseignement supérieur de type court) et donne accès à un « bachelier » en trois ans ; celle des enseignants du secondaire supérieur (16-18 ans) est organisée en 5 années, voire en 6 années à l’université (établissement d’enseignement supérieur de type long) et donne accès à un « Master ». Dans le présent article, nous décrivons les différentes modalités de la formation pratique des futurs enseignants tant en haute école qu’à l’université en nous basant sur deux études de cas. Nous terminons en soulevant les questions ainsi que les défis de cette formation pratique et éclairons le lecteur sur les évolutions futures de la formation des enseignants.

Lien de la publication sur ResearchGate
Lien de la publication sur Di-fusion

Les formateurs d’enseignants face aux environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants

Capture d’écran 2016-03-24 à 16.06.19

Avec Sophie Vanmeerhaeghe, nous venons de publier le premier volet d’une de nos recherches au sujet des représentations des enseignants concernant les compétences numériques de leurs étudiants. Le texte complet est disponible sur le site de la Revue RIPES.

Résumé –
L’intégration et l’usage des technologies à des fins pédagogiques sont, à quelques exceptions près, peu présentes dans la formation des futurs enseignants du fondamental et du secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Néanmoins, aujourd’hui, le métier d’enseignant s’avère de plus en plus complexe et nécessite une maîtrise de ces technologies, que ce soit pour enseigner ou accompagner les élèves dans leurs usages du numérique. Les futurs enseignants – alors encore étudiants – recourent pourtant à des outils et services numériques dans le but de créer, voire d’organiser, leur environnement personnel d’apprentissage (EPA). Toutefois, de nombreux travaux montrent que ces étudiants ne possèdent pas les compétences nécessaires à une gestion optimale de cet environnement. Dès lors, à leur entrée dans le supérieur, ils nécessitent aide et intervention pédagogiques afin de choisir les outils adéquats en vue d’atteindre leurs objectifs d’apprentissage. Par l’intermédiaire d’une enquête par questionnaires, cette recherche a pour objectif de saisir les représentations de formateurs d’enseignants à propos des environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants ainsi que d’appréhender les approches pédagogiques qu’ils mettent en œuvre pour accompagner leurs étudiants dans la création d’un tel environnement. Cette contribution offre un premier état des lieux permettant de saisir le sens que les enseignants accordent aux environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants ainsi que la manière dont ils les aident à élaborer des environnements efficients.