Archives de catégorie : Billets

De la doxa digital native : définition, déconstruction et impacts sur les pratiques enseignantes

Capture d’écran 2015-02-22 à 12.54.03

Résumé : De la sphère médiatique à la sphère scientifique, la génération née après 1980 est qualifiée de “digital native” et se voit porteuse de compétences innées liées aux technologies et à Internet. Dans ce cadre, nous démontrons que les paroles prophétiques (Prensky, 2001), voire empiriques (Dede, 2005; Palfrey et Gasser, 2008) d’un changement culturel au sein de la population étudiante ont participé à la création d’une doxa autour de cette nouvelle génération, c’est-à-dire une opinion commune, un ensemble de préjugés populaires (Paveau, 1999). Dans cette recherche, nous étudions l’impact de cette doxa sur les actions enseignantes (Vause, 2009) et, plus particulièrement, celles de praticiens de l’enseignement supérieur non-universitaire en matière de littératie médiatique (Fastrez et De Smedt, 2012). Par l’intermédiaire d’entretiens semi-directifs et d’analyses de terrain au sein de trois institutions, nous expliquons, dans une approche sociocognitive (Bandura, 2003), les interactions réciproques entre l’environnement social et institutionnel, l’histoire de vie de l’enseignant et les actions enseignantes. Nos résultats permettent de mieux saisir les conclusions de nos recherches antérieures à propos de la surévaluation des compétences numériques des étudiants (Roland, 2014; Roland et Vanmeerhaeghe, 2014) ainsi que les causes sous-jacentes à l’absence d’accompagnement des étudiants en matière de littératie médiatique numérique.

Les résultats de la recherche susmentionnée seront présentés lors du 2ème Colloque international en éducation dans le symposium « L’approche sociocritique du numérique en éducation: fondements et perspectives » organisé par Simon Collin (Université du Québec à Montréal, Canada), Nicolas Guichon (Université Lumière – Lyon 2, France) et Jean Gabin Ntebutse (Université de Sherbrooke, Canada).

Roland, N., Vanmeerhaeghe, S. (2015). De la doxa digital native : définition, déconstruction et impacts sur les pratiques d’enseignement. 2ème colloque international en éducation, Montréal, 30 avril au 1 mai.

Du digital native au digital naive : approche critique de l’étudiant connecté

Capture d’écran 2014-11-24 à 18.58.54

Le mercredi 17 décembre, j’aurai l’occasion d’intervenir en conférence d’ouverture de la Journée d’études du CIDLV qui a pour thème « Enseigner aux natifs numériques : les stéréotypes à l’épreuve des cours de langues ». Sous la forme d’une conférence interactive, je proposerai aux enseignants de langues de déconstruire le mythe du digital native pour mieux comprendre leurs étudiants et répondre de manière optimale à leurs besoins en termes d’apprentissage (avec ou sans technologie). [Le programme de la journée est disponible en ligne]

Dans la même optique, Philippe Emplit présentera, ce jeudi 27 novembre lors 7ème « UNICA scholarly communication seminar: visibility, visibiity, visibility » à Rome, une conférence similaire ayant pour titre « Myths and Realities about Student Learning in Higher Education« . [Le programme est disponible en ligne]

Avant de proposer les diaporamas de ces interventions, vous trouverez ci-dessous l’abstract (FR/EN) qui introduit nos propos sur le sujet. Le débat est ouvert…

Depuis de nombreuses années, les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ont participé à la transformation des processus d’apprentissage (Buckley et al., 2010 ; Karsenti et al., 2012). En effet, d’un point de vue institutionnel, de nouveaux outils sont régulièrement utilisés pour enrichir les pratiques pédagogiques et leur usage connaît un accroissement exponentiel (Buckley, Pitt, Norton et Owens, 2010) – les derniers exemples sont l’arrivée, dans les universités, du podcasting, des réseaux sociaux ainsi que des MOOC. Du côté des étudiants universitaires, de nombreuses recherches – notamment (Sclater, 2008 ; Bonfils et Peraya, 2010 ; Peraya et Bonfils, 2012 ; Roland et Talbot, 2014) – mettent au jour de nouvelles pratiques d’apprentissage développées par ceux-ci en ayant recours à des outils numériques. Ces pratiques visent à concevoir, en marge des espaces virtuels institutionnels, des environnements numériques – sur base d’outils et services du web 2.0 – utilisés au sein et en dehors des campus universitaires. Toutefois, de l’image caricaturale des étudiants «digital natives» à l’amélioration de l’apprentissage par la simple utilisation des outils numériques, de nombreux mythes entourent le recours aux technologies dans l’enseignement universitaire. Par l’intermédiaire de résultats de nos recherches menées depuis trois ans sur les usages et l’appropriation des outils technologiques par les étudiants universitaires, notre contribution aura pour objectif de proposer une réflexion autour des raisons qui amènent ceux-ci à utiliser le numérique dans le cadre de leurs apprentissages, le sens qu’ils lui attribuent ainsi que les besoins auxquels répondent ces outils.

***

Since many years, Information and Communication Technologies (ICTs) have induced major changes in higher education learning process (Buckley et al., 2010 ; Karsenti et al., 2012). From the institutional point of view, on the one hand, new devices and equipment are regularly introduced in the classroom to improve pedagogical practices and, on the other hand, simultaneously, student use of technology grows exponentially with time (Buckley, Pitt, Norton et Owens, 2010). As a consequence, a rapid emergence, at the university, of podcasting, social networking and MOOC production has been recently observed. From the university student perspective, several research papers (Sclater, 2008 ; Bonfils et Peraya, 2010 ; Peraya et Bonfils, 2012 ; Roland et Talbot, 2014) report the emergence of new learning practices, fully compatible with several numerical tools. These student practices strive for developing, besides institutional learning management systems, their own personal learning environments, available on the web everywhere at any time, including web 2.0 tools and services. Nevertheless, many myths exist about technological skills of higher education students, from their natural know-how as « digital natives » to the ubiquitous and permanent use of technologies in their learning process. Based on our observation, during the last 3 years, of the learning activity of students from the Université libre de Bruxelles, our communication will demonstrate that, generally speaking, university students are indeed aware of the existence of some digital tools, but that, at the same time, most of them are definitely not expert users, as they only run basic functions of just a little part of these tools. From this statement, we would like to induce some reflection about the precise place to give to digital technology within the higher education teaching context, in order to improve its efficiency and the quality of student learning environment.

Culture numérique face à la culture scolaire : vision des enseignants

IMG_6579

Je vous partage ci-dessous les réflexions ainsi qu’un exercice réalisé avec par les étudiants-enseignants de la 4ème année de spécialisation aux TICE. La première question met en exergue leurs préconceptions à propos des élèves actuels et, les deux suivantes, sont des réponses et réflexions à partir de la lecture de l’article de Dauphin, F. (2012). Culture et pratiques numériques juvéniles: Quels usages pour quelles compétences?. Questions Vives. Recherches en éducation, 7(17). En ligne: http://questionsvives.revues.org/988

Quelles sont les caractéristiques en matière de numérique de vos élèves actuels ?

« Des enfants connectés, parfois déconnectés d’une certaine réalité. Des enfants qui jouent avec une technologie qu’ils maîtrisent mais pour laquelle ils n’envisagent pas toujours les répercussions éventuelles. Des enfants qui savent sans savoir, qui pourraient s’abreuver d’une quantité de données énormes mais pour en faire quoi ? »

« Ils connaissent beaucoup de matériels différents. Ils en manipulent très bien bien certains mais ne comprennent pas toujours ce qu’ils font, ni pourquoi. Pour certains, ce sont des heures entières devant la TV ou le PC avec des films et/ou des jeux vidéos. Ils ont un accès illimité à l’information »

« Les élèves d’aujourd’hui jonglent facilement avec les technologies au niveau de la manipulation mais se satisfont souvent dans leur recherche de la première réponse. Ils ne sont pas critiques. »

« Hyperconnectés. Ils n’ont pas toujours la réflexion, le recul par rapport aux usages, ni les outils pour maîtriser les TIC ».

« Des élèves nés dans un univers virtuel omniprésent. Avec même parfois deux identités, une réelle et l’autre virtuelle. Plus à mon niveau, des enfants qui entreront dans le virtuel de demain (dans les trois prochaines années). »

« Les enfants d’aujourd’hui jonglent plus facilement avec les tablettes, sont attirés par les jeux sur tablettes, s’occupent plus facilement avec ce genre d’outils (alors que les jeux de société, puzzle, etc. sont oubliées »

Culture et pratiques numériques juvéniles : quels usages pour quelles compétences ?

Les caractéristiques en matière de numérique des élèves

Les difficultés dans l’utilisation des outils

  • une sociabilité médiatisée (= faire parler de soi en bien ou en mal) et communautaire

  • équipement technique (PC, tablettes, …) important

  • savoir-faire technico-relationnel

  • appartenance à une communauté (= idéal)

  • construction d’une identité de manière ludique et initiatique

  • construction d’une ou plusieurs identités via le réseau

  • communiquer en permanence et instantanément (= immédiateté)

  • s’affranchir du monde des adultes

  • combler un désir d’extimité (journal intime devient numérique)

  • pratiques pragmatiques et intuitives, rapides (agir pour comprendre)

  • sédentarité

  • compétences relationnelles donc maîtrise d’un savoir-faire et d’un savoir-être des règles sociotechniques

  • prédominance du sensationnel et de l’émotionnel sur l’information raisonnée

  • peuvent s’engager et se désengager sur le web d’un simple clic : l’action immédiate prime sur les conséquences potentielles des actes

  • la forme de la communication prime sur le fond qui est souvent proche de zéro

  • position technophile, exempts d’appréhension face à l’usage d’outils technologiques

  • la culture numérique des jeunes se fonde en marge de l’école

  • importance de l’aspect communicationnel au détriment de l’informationnel

  • peu de raisonnement et peu d’esprit critique

  • instantanéité de l’info (buzz, zapping)

  • peu de méthodologie, pas d’apprentissages à long terme

  • les pratiques extrascolaires ne sont pas en rapport avec le scolaire

  • compétences spécifiques mais pas globale

  • manque de compétences techniques : méconnaissance du fonctionnement du réseau, de la bureautique

  • manque de compétences informationnelles

  • difficulté d’utilisation correcte d’un mail (fond, forme)

  • ont tendance à surévaluer leur maîtrise des outils technologiques dans leur ensemble

  • manque de réflexivité sur leurs pratiques et leurs usages

  • difficulté à verbaliser, à conceptualiser, à mettre des mots sur leurs usages

  • la connaissance des enjeux juridiques des TIC est peu maîtrisée par les jeunes

Sur cette base, comment l’école devrait (ou non) prendre en compte ces outils et les intégrer (ou non) dans ses activités ?

Il faut d’abord bien se rendre compte que les technologies de la communication que l’on peut utiliser dans l’enseignement n’ont pas été conçues spécifiquement pour cela. A ce titre le stylo, le cahier, le livre et la bibliothèque font également partie des TICe (André Tricot – 2009). Il est donc très important de ne pas les mettre de côté et de s’orienter vers un “tout numérique” dans lequel nous risquerions de laisser derrière nous un pan important dans la construction des apprentissages de nos élèves.

Ces nouvelles technologies, pas si nouvelles que cela puisqu’elles fêtent leur 30 ans d’existence en France, doivent être un outil supplémentaire et complémentaire à ce que nous, enseignants, installons déjà depuis longtemps au sein de nos classes primaires et secondaires. Il ne faut pas en avoir peur et penser comme Socrate, qui déjà à son époque, s’en prenait à l’écrit. Seules, elles ne sont pas suffisantes pour qu’un élève apprenne, elles ne sont que des moyens.

Dès lors, il est certain que l’école devrait, à l’aide de situations variées, coopératives et socioconstructivistes les intégrer dans les apprentissages des élèves. Pas comme un cours à part entière mais comme faisant partie de l’ensemble des disciplines vues au long de la scolarité des élèves. Leurs compétences transversales visent toutes les disciplines et à nous titulaires et enseignants d’en faire un usage pertinent et efficient. Il existe déjà une panoplie plus que conséquente dans ce qui est proposé: applications ludo-éducatives (=serious games), exerciseurs, plateforme d’apprentissage collaboratif, documents électroniques, TBI, tablettes,etc..

Comme dit dans l’article, il est préférable d’enseigner des compétences “flexibles”, transférables et actualisables (les TIC étant en perpétuelle évolution) plutôt que des compétences “arrêtées”; de former les jeunes aux configurations requises pour s’auto-former. Mettre l’accent sur le fait d’avoir un esprit critique face à l’information et à son traitement ; développer les compétences nécessaires pour obtenir une réponse pertinente, pour différencier une information exacte d’une information erronée, etc. (=éducation aux TIC, aux médias).

Venez au prochain 10>20>TRENTE pour parler de MOOC & de vidéos pédagogiques

Logo-10-20-30

Les soirées 10>20>TRENTE, c’est quoi ? Ce sont des rencontres pédagogiques destinées aux acteurs de l’enseignement supérieur en Belgique. Il s’agit de constituer un carrefour de pratiques pédagogiques grâce à des rencontres bimestrielles. L’AIPU Belgique offre, par l’intermédiaire des soirées 10>20>TRENTE, un format particulier permettant non seulement d’aborder la thématique du jour à l’avance, mais aussi de traiter celle-ci en profondeur lors des séances en présentiel en laissant la place aux questions et aux débats sous-jacents à la problématique du jour.

Format particulier car, effectivement, ces soirées se veulent interactives. Il s’agit donc, en quelque sorte, de « conférences inversées » :

> A distance : 10 minutes de présentation d’un « cas pédagogique ».

> En présentiel : 20 minutes de questions-réponses à propos du cas permettant aux participants d’obtenir des précisions et d’approfondir les aspects de celui-ci qui les intéressent. Ensuite, 30 minutes de débat à partir d’une ou deux question(s) vive(s) sous-jacente(s) au cas.

La prochaine soirée se déroulera le lundi 17 mars à 18:00 à la Haute Ecole Francisco Ferrer. Comme lors de chaque soirée, deux « cas » seront présentés :

> CAS N°1: “Les technologies au service de l’apprentissage de l’anglais : du cours augmenté au MOOC”. Ce cas sera présenté par Marjorie Castermans, enseignante d’anglais à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)

Résumé : Marjorie Castermans présentera un dispositif d’auto-apprentissage de la grammaire anglaise mis en place pour 1200 étudiants. D’un manuel papier, le cours a d’abord été augmenté par des podcasts permettant aux étudiants de diagnostiquer leur niveau et d’approfondir la gammaire. Il a ensuite évolué vers un réel parcours d’auto-apprentissage permettant aux étudiants de s’exercer et se transformera, peut-être, en un cours en ligne massif et ouvert à destination du public de l’Université libre de Bruxelles mais également des apprenants du monde entier. Dans ce contexte, nous poserons la question suivante : « Comment favoriser l’auto-apprentissage et l’autonomie des étudiants dans les cours en ligne et les MOOCs ? »

> CAS N°2: “La vidéo chez de futurs enseignants AESI en éducation physique, un exemple de dispositif lié à l’encadrement des séances de psychomotricité à l’école maternelle”. Le cas sera présenté par Xavier Flamme, Marie Delmarquette, Jean-Philippe Dupont de la Haute Ecole Léonard De Vinci, Parnasse.

Résumé :  Une équipe d’enseignants de la section AESI en éducation physique a mis en place un projet d’utilisation de la vidéo au service de l’apprentissage en éducation physique. En BA2, ils visent à développer l’analyse professionnelle de situations pédagogiques concrètes via une grille d’observation basée sur des principes de base enseignés (psychomotricité, psychologie du développement…). Les étudiants, par groupes de 5 à 7, mènent deux projets intégrateurs. Lors d’un stage d’encadrement en préscolaire, ils filment de nombreuses séquences d’activités (40 possibles). Pour l’évaluation certificative, chaque groupe sélectionne une séquence qui reflète à ses yeux sa maîtrise selon des exigences fixées. Après trois années de fonctionnement, les enseignants ont évalué le processus et l’impact notamment sur l’atteinte des objectifs déclarés en début de projet, sur la cohérence des moyens et des ressources mises à disposition, sur l’efficacité interne du module et sur le coût (rapport investissement / bénéfices).

Plus d’information sur la soirée // Inscription à la soirée du 17 mars.

 

Questions de pédagogies dans l’enseignement supérieur J-1

Diaporama_QPES.001

Nous sommes partis vendredi matin de Bruxelles en direction de Montréal, histoire de profiter d’un peu plus de 24 heures de visite avant de plonger dans le bain des réflexions pédagogiques du 7ème Colloque « Questions de pédagogies dans l’enseignement supérieur ».

Après un pré-colloque demain (le dimanche!) sur l’approche par problèmes, je communiquerai lundi après midi à 14:15 dans une session entièrement consacrée au podcasting (ou « baladodiffusion » comme on dit ici). Si la connexion Internet le permet, je tenterai une diffusion en direct via « Hangout ». En attendant, si vous souhaitez vous mettre « dans l’ambiance » du colloque (comme le disait @AntDefise sur Twitter, il s’agit d’un « colloque inversé » – en référence aux classes du même nom –, l’idée est que le participant prépare à l’avance chaque atelier et que ceux-ci se déroulent sous la forme d’un débat), vous trouverez ci-dessous le diaporama de notre atelier ainsi que les liens vers les actes complets (nos articles sur le podcasting sont aux pages 123, 134 et 140).

Peut-être à lundi 14:15 (20:15 heure belge) sur YouTube !

+ Actes du colloque