Archives de catégorie : Billets

Traces numériques : quels outils pour la réflexivité ?

12240930_10154055283668029_1939271774904956837_o

Le 26 novembre dernier, lors de la Rencontre internationale des conseillers pédagogiques Belgique – Suisse – Québec – France à Spa, j’ai organisé un atelier sur l’usage du numérique pour stimuler la réflexivité des conseillers pédagogiques. Vous trouverez ci-dessous les éléments essentiels de l’atelier : son résumé, le diaporama, la carte conceptuelle « Boîte à outils ».

– Résumé
Le numérique donne aujourd’hui aux conseillers pédagogiques un accès à de nombreux outils conviviaux et puissants pour appuyer leur démarche de réflexivité. De la récolte des traces – automatisée ou non – à leur diffusion en passant par le développement de cette réflexivité, les outils numériques offrent des instruments de soutien à la régulation et à l’évaluation des pratiques. Dans cet atelier, nous proposerons un panorama d’outils numériques appuyant la démarche de réflexivité et présenterons des scénarios d’usage ainsi que des bonnes pratiques pour mettre en place, organiser et entretenir de manière pragmatique sa  réflexivité par l’intermédiaire du numérique. L’atelier se terminera par une « Install Party » lors de laquelle les participants pourront tester, directement sur leurs machines, différents outils proposés dans le panorama.

– Diaporama

Traces numériques : quels outils pour la réflexivité ? from Nicolas Roland

– Carte conceptuelle

 

Le podcasting : quels sont les usages des étudiants ?

Ceux qui me lisent depuis longtemps ou me connaissent bien savent que les ressources audiovisuelles pédagogiques, sous la forme de « cours enregistrés » ou de « capsules », utilisées dans des cours hybrides ou entièrement en ligne, sont l’un de mes artefacts préférés en termes de recherche, notamment en ce qui concerne l’appropriation par les apprenants au sein de leur environnements d’apprentissage.

2015-03-10 10.59.58

En mars dernier, j’ai publié avec Philippe Emplit un article intitulé « Enseignement transmissif, apprentissage actif : usages du podcasting par les étudiants universitaires » dans la Revue Internationale de Pédagogie de l’Enseignement Supérieur. Au sein de celui-ci, nous faisions le point sur trois années de recherche (2010-2013 ce qui vous montre le – long – temps du processus de publication) à propos des usages enseignants et étudiants du podcasting à l’Université libre de Bruxelles.

Résumé : Publier des enregistrements audiovisuels de cours ou des séquences complémentaires sous forme de podcasts à l’attention des étudiants ne va pas sans poser de questions : comment utilisent-ils ces médias ? Est-ce une échappatoire au cours en présentiel ? Quels sont les impacts sur l’apprentissage ? L’investissement en temps de l’enseignant est-il rentabilisé ? Les résultats issus de recherches antérieures peuvent être qualifiés de dichotomiques : les uns arguant que le podcasting n’a pas d’effet notable, les autres concluant que l’outil opère certains effets positifs sur les résultats, la motivation ou l’anxiété. Complémentairement à ces études considérant les technologies comme des entités indépendantes des individus et des contextes, notre recherche adopte une approche centrée sur les utilisateurs afin d’analyser la manière dont les étudiants, au sein d’un dispositif donné, intègrent le podcasting dans leurs stratégies d’apprentissage. La recherche a été réalisée auprès d’étudiants provenant de douze cours de l’Université libre de Bruxelles en utilisant un questionnaire (n = 2247), des entretiens compréhensifs (n = 23) et une grille d’analyse des dispositifs pédagogiques. Le croisement de ces analyses de données permet de saisir le sens que les étudiants accordent au podcast, la manière dont ils se l’approprient et infléchissent certaines de ses modalités afin qu’il réponde au mieux à leurs besoins en termes d’apprentissage.

Depuis, ce sont plus de 7000 étudiants qui ont été interrogés par questionnaire (papier) et près d’une centaine par l’intermédiaire d’entretiens compréhensifs répétés à plusieurs reprises durant le quadrimestre. Nous manquons pour l’instant de temps et de force vive pour analyser ces résultats, mais ils continuent de s’accumuler. Aujourd’hui, les instruments de recherche ont quelque peu évolué :
– Les questionnaires sont maintenant électroniques et entièrement standardisés, ils permettent de générer des rapports en fin d’année, par cours ou sur l’ensemble du projet.
– Les entretiens s’inscrivent dans une recherche plus globale qui s’intéresse au pratiques d’élaboration d’un environnement personnel d’apprentissage par les étudiants universitaires.
– Notre lecteur audiovisuel, EZplayer, dispose d’un système de learning analytics qui permet d’enregistrer, de suivre et d’analyse les usages des ressources audiovisuelles à grande échelle.

Je vous parlerai plus concrètement de ce système d’analyse des traces et de sa mise en place dans un prochain billet. En attendant, je vous invite à (re)découvrir les fonctionnalités de notre lecteur audiovisuel pour l’enseignement et l’apprentissage !

Appel à communication – Journée d’étude ABC-Day – La collaboration et la recherche en éducation : quelles relations ?

Img_ABC-Educ

Comme chaque année, ABC-éduc (Association belge francophone des chercheurs en éducation) organise son ABC-day, un moment privilégié pour nous rencontrer et échanger.

Cette année, la journée, qui aura lieu à Liège le 10 novembre, traitera des divers types de collaborations vécues dans le cadre des recherches en éducation. Une journée en deux temps qui donnera l’occasion :

  • de réaliser un état des lieux des initiatives existantes en interrogeant les enjeux soulevés par la collaboration ;
  •  de susciter de nouvelles synergies entre équipes de chercheurs d’horizons divers grâce à une présentation des recherches menées actuellement en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications qui sera clôturé le 15 juillet.

Plus d’information sur le site d’ABC-Educ.

Les sciences de l’éducation, de par leur ancrage en sciences humaines et la multiplicité des acteurs concernés, constituent une des disciplines scientifiques pour lesquelles il est intéressant d’interroger la dimension collaborative. La journée d’étude d’ABC Educ du 10 novembre 2015 sera centrée sur cette problématique et poursuivra un double objectif : d’une part, réaliser un état des lieux des initiatives existantes en y interrogeant les enjeux soulevés par la collaboration et, d’autre part, susciter de nouvelles synergies entre équipes de chercheurs d’horizons divers grâce à une présentation des recherches menées actuellement en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Premier temps – Analyses d’expériences vécues. La collaboration : quels partenaires,  finalités, difficultés et plus-values ?

Mener une recherche en sciences humaines, particulièrement en sciences de l’éducation, c’est interagir avec divers acteurs.  Qu’il s’agisse des personnes avec lesquelles sont identifiées ou co-construites les problématiques de recherche (commanditaires issus du monde de la recherche et/ou du monde professionnel, partenaires),  celles auprès desquelles est recueilli le matériau de recherche (questionnaires, entretiens, observations), celles qui sont associées à la définition  du  protocole de la recherche (chercheurs, praticiens,…), celles qui vont accompagner la démarche de recherche (promoteurs, comités de pilotages,…), voire évaluer les produits de la recherche, l’un des défis majeurs réside dans l’articulation des enjeux portés par ces différents acteurs. Ces interactions peuvent constituer de réelles opportunités pour développer un travail de collaboration. Qu’elles soient entre chercheurs d’une même discipline ou regroupant des disciplines variées, entre chercheurs issus de différentes institutions, universités et hautes écoles, entre chercheurs et praticiens, les occasions sont nombreuses d’engager des collaborations et au travers de celles-ci de co-construire des  démarches de recherche originales et de nouvelles connaissances.

Mais qu’entend-on précisément par collaboration lorsqu’il s’agit de mener de la « recherche » dans un contexte académique et pour laquelle il s’agit de revendiquer toute la légitimité du caractère scientifique (Beillerot, 1991) ? Quels sont les critères de scientificité ? Qui construit l’objet de recherche ? A qui est-il destiné ? Pour quels usages ? Qui est susceptible de se développer professionnellement ? Comment sont prises les décisions (Tikunoff, Ward, & Griffin, 1979) ? Quels sont les acteurs ou les communautés qui sont rapproché(e)s grâce à cette collaboration (Desgagné, 1998; de Grosbois, S, 2015) ? Quelle plus-value offre la collaboration ? Quelles sont les visées poursuivies par cette collaboration ? Toute collaboration sous-entend-elle une « coopération conflictuelle » ?  Autant de questions qui seront traitées au cours de la première partie de la journée d’ABC-Educ (Association belge francophone des Chercheurs en Education) grâce au partage et à la mutualisation des expériences d’enseignants-chercheurs qui ont pu acquérir une expérience de collaboration.

Second temps – Actualité de la recherche en éducation. Vers de nouvelles collaborations ?

L’après-midi sera, quant à lui, consacré plus largement à l’actualité des recherches en éducation et en formation et à l’émergence de nouvelles questions de recherche dans ce champ. Ces dernières pourraient constituer de nouvelles opportunités de collaborations. Les équipes de chercheurs sont invitées à présenter, sous forme de posters, les recherches qu’ils mènent actuellement ainsi que les questions originales qu’elles soulèvent. Ce second temps veut être une opportunité pour amorcer des collaborations entre équipes de chercheurs afin, par exemple, d’initier des interventions conjointes, sous forme de symposiums, lors de l’AREF (Actualité de la Recherche en Education et en Formation) qui se tiendra en Belgique en 2016. Il peut aussi être l’occasion de faire émerger de nouvelles questions et problématiques peu ou mal investiguées par la recherche et dont celle-ci pourrait s’emparer.

Eléments bibliographiques

Beillerot, J. (1991). La « recherche ». Essai d’analyse. Recherche et formation, 9, 15-31.
Desgagné, S. (1998). La position du chercheur en recherche collaborative : illustration d’une démarche de médiation entre culture universitaire et culture scolaire. Recherches qualitatives, 18, 77-105.
Grosbois, S. (2015). L’université , les enjeux socieux et les innovations sociales : l’expérience du service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal. Conférence à LLN le 25 février 20105, menée dans le cadre du réseau LIEU.
Tikunoff, W., Ward, B., & Griffin, G. (1979). Interactive Research ans Development on Teaching : Final report. Far West Laboratory for Educational Research and Development.

A new participative space for MOOCs: overtaking technological evolution to achieve educational innovation

Dans le cadre du troisième colloque européen sur les MOOCs (EMOOCs 2015), Philippe Emplit, Eric Uytebrouck et moi-même avons proposé de poser un regard critique sur les innovations technopédagogiques qui traversent l’enseignement supérieur. En ayant recours au modèle de l’intéressement, nous montrons dans cette communication (sous forme d’article et de vidéo) que derrière ces prétendues innovations se cachent des intérêts divergents d’acteurs en présence pour lesquels les points de convergence relèvent rarement de l’ordre de la pédagogie ou de l’apprentissage. Nous présentons également, par cet intermédiaire, la politique institutionnelle de l’Université libre de Bruxelles en matière de MOOC.

Article (en anglais)

Article_EMOOCs

Résumé (en anglais)

The prime aim of this paper is to take a critical look at current MOOCs in order to demonstrate that the alleged techno-educational innovation is generally little more than a manifestation of the divergent interests of the stakeholders involved. Any convergence of these interests is actually rarely linked with teaching or learning. In a second step, our objective is to present the approach developed by the Université libre de Bruxelles to minimise this divergence and overcome the technocentricity of MOOCs. This approach is singular in the sense that the whole production of these open online courses is being constantly fuelled by research aimed at designing systems fully meeting – from both an educational and technical angle – the needs and usages of their users, whether teachers or students. The technological, pedagogical and scientific implications of this MOOCs development process will be assessed. [Article_EMOOCs]

Vidéo (en anglais)

La conception et l’évolution de dispositifs numériques d’apprentissage dans une approche centrée utilisateurs : étude de cas d’EZplayer

Si les institutions universitaires ont de tout temps investi dans des dispositifs numériques d’apprentissage, rares sont celles qui, pour différentes raisons, ont développé leurs propres outils. De par une politique institutionnelle de recherche-action en matière de podcasting, l’Université libre de Bruxelles a développé une infrastructure logicielle open source d’enregistrement en amphithéâtre, de gestion de contenus multimédias et de diffusion de ceux-ci : EZcast. Notre contribution a pour objectif de livrer une réflexion à trois voix – un informaticien, une étudiante de master en sciences des technologies et de l’information et un chercheur en sciences de l’éducation – sur les principes de conception d’EZplayer, un lecteur audiovisuel enrichi et innovant permettant notamment aux apprenants d’annoter leurs podcasts ainsi que de créer des discussions contextualisées. Nous montrerons comment notre processus de développement s’est appuyé sur trois approches théoriques complémentaires : le design-based research (Design-Based Research Collective, 2003), la méthodologie agile (Messager Rota, 2010) et le design d’expérience utilisateur (Daumal, 2012). Dans une volonté de développer un outil qui réponde entièrement aux besoins d’apprentissage, la combinaison de ces approches a permis de saisir la manière dont les apprenants s’approprient les podcasts et infléchissent certaines de leurs modalités.

Wijns, A., Stavroulakis, M. & Roland, N. (2015). La conception et l’évolution de dispositifs numériques d’apprentissage dans une approche centrée utilisateurs : étude de cas d’EZplayer. 2ème colloque international en éducation, Montréal, 30 avril au 1er mai.

De la doxa « digital natives » : définition, déconstruction et impacts sur les pratiques

De la sphère médiatique à la sphère scientifique, la génération née après 1980 est qualifiée de « digital native » et se voit porteuse de compétences innées liées aux technologies et à Internet. Dans ce cadre, nous démontrons que les paroles prophétiques (Prensky, 2001), voire empiriques (Palfrey et Gasser, 2008) d’un changement culturel au sein de la population étudiante ont participé à la création d’une doxa autour de cette nouvelle génération, c’est-à-dire une opinion commune, un ensemble de préjugés populaires (Paveau, 1999). Dans cette recherche, nous étudions l’impact de cette doxa sur les actions enseignantes (Vause, 2009) et, plus particulièrement, celles de praticiens de l’enseignement supérieur non universitaire en matière de littératie médiatique (Fastrez et De Smedt, 2012). Par l’intermédiaire d’entretiens semi-directifs et d’analyses de terrain au sein de trois établissements, nous expliquons, dans une approche sociocognitive (Bandura, 2003), les interactions réciproques entre l’environnement social et institutionnel, l’histoire de vie de l’enseignant et les actions enseignantes. Nos résultats permettent de saisir les conclusions de nos recherches antérieures à propos de la surévaluation des compétences numériques des étudiants (Roland, 2014; Roland et Vanmeerhaeghe, 2014) ainsi que les causes sous- jacentes à l’absence d’accompagnement des étudiants en matière de littératie médiatique numérique.

Roland, N., Vanmeerhaeghe, S. (2015). De la doxa digital native : définition, déconstruction et impacts sur les pratiques enseignantes. 2ème colloque international en éducation, Montréal, 30 avril au 1 mai.

De l’hétérogénéité des digital native : impacts sur les pratiques d’apprentissage

Sophie Vanmeerhaeghe, étudiante en deuxième année de Master en Sciences de l’éducation, a présenté ce 30 avril 2015 la recherche menée dans le cadre de son mémoire au 2e Colloque international en éducation : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante.

Les technologies ont envahi notre quotidien et, principalement, celui des adolescents. Si l’on désigne souvent cette jeune génération sous le vocable « natifs du numérique » en homogénéisant ses comportements (Prensky, 2001; Dede, 2005), de nombreuses recherches démontrent néanmoins l’hétérogénéité que recèle cette « génération » en termes de stratégies d’apprentissage (Barrère, 2013), de rapport au savoir (Charlot, 2000; Bernardin, 2013) ou de place accordée au numérique (Bruban, Cottier et Michaut, 2013; Guichon, 2012). Dans ce cadre, cette recherche vise à étudier les interactions entre ces facteurs au sein des pratiques d’apprentissage et leur influence sur la réussite scolaire d’élèves de l’enseignement secondaire. Dans une approche sociocognitive (Bandura, 2003), notre recherche a été menée par questionnaires auprès d’élèves de 1re année de l’enseignement secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique. Les résultats de cette recherche permettent de dépasser l’analyse bidirectionnelle d’une influence des technologies sur les apprentissages et offrent, par l’intermédiaire d’une typologie d’élèves, une analyse des interactions entre facteurs personnels (rapport au savoir) et facteurs comportementaux (stratégies d’apprentissage) et environnementaux (environnement numérique). Le croisement de ces analyses de données permet de saisir l’effet de chacun de ces facteurs sur l’apprentissage et, surtout, l’impact combiné de ceux-ci sur les résultats scolaires.

De l’impact des compétences en littératie médiatique sur l’élaboration d’environnements personnels d’apprentissage d’étudiants de l’enseignement universitaire

Cette communication s’inscrit dans la continuité de nos récents travaux sur les environnements personnels d’apprentissage d’étudiants universitaires (Roland, 2013; Roland et Talbot, 2014). Si nos premiers résultats ont permis de mettre au jour des similarités dans les environnements élaborés au sein d’une même section, une analyse plus fine, notamment en termes de genèse instrumentale (Rabardel, 1995), démontre des différences entre les étudiants d’un même groupe. Les travaux de Margaryan, Littlejohn et Vojt (2011) ainsi que de Poellhuber (2013) ont conclu à une maîtrise très superficielle des technologies de la part des étudiants du supérieur bien qu’ils aient été qualifiés hâtivement de « digital native ». Cette recherche s’intéresse à l’impact des compétences en littératie médiatique ainsi que du sentiment d’efficacité personnelle par rapport aux technologies sur le processus de genèse instrumentale des étudiants dans le cadre de l’élaboration de leur environnement personnel d’apprentissage. Sur la base de 15 entretiens semi-directifs et de carnets de bord, nous saisissons les processus d’instrumentation et d’instrumentalisation en examinant, en détail, la manière dont les compétences et le sentiment d’efficacité technologique des apprenants affectent leurs schèmes d’utilisation, entraînent des adaptations, voire créent de nouvelles fonctions pour l’élaboration d’un environnement personnel d’apprentissage.

Roland, N. (2015). De l’impact des compétences en littératie médiatique sur l’élaboration d’environnements personnels d’apprentissage d’étudiants de l’enseignement universitaire. 2ème colloque international en éducation, Montréal, 30 avril au 1er mai.