Archives de catégorie : Lectures / Readings

[A lire] Manuel d’analyse qualitative de Christophe Lejeune

Ce billet pour vous signaler la parution du livre « Manuel d’analyse qualitative » de Christophe Lejeune chez De Boeck. Sorti il y a peu, je n’ai pas encore eu l’occasion de feuilleter l’ouvrage mais sa table des matières, proposée ici, laisse supposer que l’ouvrage trouvera sa place auprès d’un large public, de l’étudiant de Master face à son mémoire au chercheur expérimenté souhaitant approfondir l’un ou l’autre aspect de l’analyse qualitative.

9782801117491

Au travers d’exemples réels, ce manuel va au-delà de la conception traditionnelle du qualitatif et aide le lecteur à réaliser ses propres analyses quelle que soit sa discipline, en combinant rigueur, créativité et productivité.

  • Une démarche cohérente, ancrée dans le terrain, résolument qualitative
  • Des astuces pratiques pour déjouer les pièges habituels de l’analyse qualitative
  • Des illustrations issues de recherches menées par des étudiants

Pour apprendre à :

  • explorer la façon dont les acteurs appréhendent leur vécu
  • réaliser sa propre recherche qualitative, pas à pas
  • ouvrir de nouvelles pistes d’interprétation, créer une analyse personnelle et adaptée au phénomène étudié
  • apposer efficacement des mots dans la marge ; tracer des schémas clairs ; écrire et publier régulièrement

La méthodologie derrière « Le web des troubles alimentaires »

Samedi, 24479Antonio A. Casilli (Télécom ParisTech/EHESS) et Paola Tubaro (University of Greenwich/CNRS) étaient les invités de Xavier de la Porte dans « Place de la Toile ».

« Avec d’autres chercheurs, ils ont mené une étude intitulée « Anamia », sur la manière dont les troubles alimentaires sont socialisés en ligne et hors ligne. Parmi ces troubles alimentaires, les deux plus identifiés sont l’anorexie et la boulimie et ils donnent lieu depuis longtemps à des échanges en ligne qui peuvent prendre des formes variées (blogs, forums etc.), des échanges qui, pour une part d’entre eux, inquiète les pouvoirs publics, qui leur reproche de faire l’apologie de pratiques dangereuses (on parle alors de pro-ana). Leur étude a pour mérite d’affiner les choses et de montrer que c’est plus compliqué, que cette sociabilité a des usages qui peuvent être vertueux. Pour nous, qui nous intéressons aux pratiques numériques, elle est l’occasion de parler d’une communauté, ce qu’elle échange, comment, dans quels buts. Mais c’est aussi l’occasion de nous interroger, à partir de cet exemple, sur des questions plus larges : la question de ce qui fait communauté, de la perception extérieure de ces communautés, de l’articulation entre la sociabilité physique et la sociabilité numérique, de la place du corps.« 

Au-delà de l’intérêt de cette recherche, j’ai particulièrement été impressionné par la méthodologie mise en place par l’équipe pour aborder le sujet. Comme l’indique les auteurs dans leur rapport, « Notre parti pris consiste à adopter des  méthodologies mixtes quantitatives (questionnaires auto-administrés, collecte et analyse de données natives du web, analyse des réseaux sociaux, modélisations statistiques, simulations informatiques à base d’agents) et qualitatives (entretiens semi-directifs, analyse des contenus des sites web).« 

Ils ont notamment réalisé une cartographie du web anorexique et boulimique par une méthode de fouille (data mining) combinée avec une démarche ethnographique. Comme ils l’indiquent, « Elle a été réalisée avec NaviCrawler (un outil de collecte de données en ligne) et Gephi (un logiciel spécialisé dans les analyses exploratoires et la visualisation de données). Bien que ces instruments ne puissent pas fournir une représentation exhaustive du phénomène étudié, ils rendent tout de même perceptibles des caractéristiques importantes de ce « web invisible », et accompagnent nos efforts pour le documenter. » Au-delà de ces aspects de data mining, les chercheurs ont également amené les participants à décrire, voire dessiner leur réseau sur base d’une application graphique interactive (Figure 5) spécialement conçue pour recueillir des données relatives aux réseaux personnels « egocentrés ». Ainsi, « Le participant voyait à l’écran une cible avec lui-même (ego) en son centre, et était invité à positionner ses contacts (alter) de manière concentrique autour de lui. La distance entre ego et alter était directement proportionnelle à la force des liens interpersonnels. Cette solution logicielle a renouvelé l’usage d’outils connus en sciences sociales depuis les années 1930 sous le nom de « sociogrammes » (Hogan et al. 2007) et qui avaient été relativement peu utilisés dans leur ancienne version sur papier, à cause de l’important effort mnémonique et du temps qu’ils demandaient aux enquêtés.« 

Je vous invite donc à lire le Rapport du projet de recherche ANAMIA « Les jeunes et le web des troubles alimentaires : dépasser la notion de ‘pro-ana’ » pour plus d’informations.

Ainsi que d’autres informations complémentaires :

– L’article « Eliciting personal network data in web surveys through participant-generated sociograms » (Tubaro, Casilli et Mounier, 2012).

– Les logiciels sont disponibles sur le compte GitHub d’Antonio Casilli.

– Il a même réalisé des tutoriels disponible sur YouTube.

La rengaine technologique

« Différents chercheurs (Albero, 2004; Baron etBruillard, 1996; Cuban, 1986; Jacquinot, 1985; Jacquinot et Fichez, 2008; Linard, 1996; Thibault,2007; Wallet, 2007) ont contribué, selon des approches diverses, à mettre en évidence un scénario récurrent : un nouvel objet technique apparaît dans le paysage social; son introduction en formation vise à mettre en valeur la capacité d’adaptation et de modernisation des établissements; le discours du politique va dans le même sens, d’autant plus aisément que des accords sont passés avec le secteur industriel; des expériences pédagogiques conduites par des « innovateurs » se succèdent durant quelques années, impulsées par des mesures incitatives et des financements publics régionaux, nationaux et/ou européens; des études et des enquêtes sont conduites sur les « nouvelles » pratiques, financées en partie par ces mêmes instances; au bout d’un certain temps, de plus en plus court, un autre objet apparaît reléguant le précédent avant toute généralisation ou analyse cumulative des pratiques observées, sans évaluation ni bilan prospectif des acquis et des pertes associés à ces pratiques et finalement, sans effet significatif sur les structures ou le fonctionnement de l’institution. Les objets et expériences pédagogiques continuent donc à se succéder, avec leur lot de discours promotionnels, de mesures d’incitation et de publications. Le dernier objet venu balaie rapidement les espoirs et déceptions soulevés par le précédent et les problèmes de fond demeurent. » (Albero, 2011, p.15)

J’ai comme une impression que, malgré toutes ces mises en garde, la situation n’est pas prête de changer… Malheureusement.

L’article entier est [disponible ici]