Archives de catégorie : Le carnet

Routine matinale

IMG_2161

Comme le montre la date de ma dernière contribution dans ce carnet, je peine à être pleinement actif dans ces activités de rédaction, pris par d’autres contraintes. Pourtant, j’ai pas mal de choses « dans les cartons » à raconter, à partager ou à publier. Il suffit de trouver le temps.

Pour ce faire, en cette rentrée académique, j’ai décidé d’installer une « routine matinale » pour tirer profit d’une partie de la matinée. Concrètement, la matinée « type » ressemble à ceci :
– 6:00 AM : Réveil & douche
– 6:30 AM : Premier café & lecture du journal
– 6:45 AM : Petit déjeuner
– 7:30 AM : Départ pour le boulot
– 8:00 AM à 9:00 AM : Lecture et rédaction pour le carnet

L’objectif de cette routine est double : d’une part, profiter un peu mieux de mes matinées que ce que je pouvais faire auparavant – snooze à répétition, absence de petit déjeuner, douche rapide, etc. – et, d’autre part, prendre un temps régulier pour lire – veille scientifique –, partager ces lectures – sur les réseaux sociaux – et alimenter ce carnet. Ceci ne veut pas dire qu’il y aura nécessairement des nouveaux articles tous les jours mais, de manière générale, la publication sera bien plus régulière.

En attendant, je profite de la demi-heure qu’il me reste, ce matin, pour débuter le MOOC ITES « Innovations technopédagogiques en enseignement supérieur » de l’Université de Montréal.

Comme l’indique son syllabus, ce cours vise à offrir aux professeurs et professionnels oeuvrant en contexte postsecondaire un aperçu des pratiques innovantes les plus actuelles en matière de technopédagogie ainsi que des pistes pour l’application de ces pratiques et par extension, pour l’accompagnement de professeurs visant à les adopter. Le contenu du cours se fonde sur les recherches les plus récentes à l’ordre postsecondaire et s’alimente notamment aux recherches dirigées par les principaux auteurs du cours. Les dimensions théoriques sont présentées de manière accessible et l’accent sera placé sur l’intégration théorie-pratique.

Photo : George Redgrave

Du temps

Le digital native que je suis a des difficultés à exister sur Internet ou, du moins, sur ce carnet.

Le problème ne provient pas du format du carnet, ni même du contenu qui s’entasse aléatoirement sous le tag « Hypomnematon » dans Evernote. Non, le problème provient de la vie « réelle » : en tant que jeune chercheur, j’ai encore des difficultés à gérer mon temps, surtout lorsque les dates limites (de publications, communications, demandes de financements et rapports) se suivent à un rythme effréné.

J’avais beaucoup apprécié cet article : http://chronicle.com/blogs/profhacker/give-me-a-break/38606
J’essaie d’appliquer ces quelques conseils et d’oublier, ne serait-ce que quelques heures par semaine, tout ce qui entoure l’université, la recherche et l’enseignement. C’est difficile. Ce carnet est, malheureusement, ce qui se retrouve toujours en dernière position dans ma liste des choses à faire (même si sont apport peut être conséquent).

J’ai donc décidé de « combattre le mal par le mal »… M’imposer un rythme de deux articles par semaine sur ce carnet, écrire à propos d’outils utilisés dans le cadre de mes activités, de réflexions sur ma recherche, de colloques ou de rencontres intéressantes, d’articles ou ouvrages scientifiques, etc. Mon compte « Evernote » regorge d’idées… Qui plus est, je pars au Canada le 2 mai pour intervenir au Colloque scientifique international sur les TIC en éducation (3 & 4 mai) et ensuite au Congrès de l’Association internationale de pédagogie universitaire (14 au 18 mai). J’aimerais pouvoir live-tweeter ces évènements mais également en faire un résumé personnel sur ce carnet (un billet par jour), un résumé des discussions sur les réseaux sociaux (avec Storify) et, si j’en ai l’occasion, avoir quelques discussions filmées pour les partager par l’intermédiaire de ce blog.

Le pari est osé, les objectifs sont importants mais un peu de pression a toujours eu un effet motivant sur mon travail.

 

 

Bloguer à l’université ?

En guise d’introduction, ce premier billet fait écho à celui de Patrick Giroux, « Bloguer ou pas à l’université », ainsi qu’à une discussion menée avec Benoît Majerus. Pour cet enseignant-chercheur, bloguer est principalement une manière de mettre en mots des idées spontanées afin de pouvoir les reprendre dans une communication ultérieure, écrite ou orale. Dès lors, son espace numérique devient un lieu d’archivage ouvert à tous sur lequel il peut agir à tout moment. J’ai beaucoup apprécié cet argument, il m’a amené à opter pour cet outil et en a donné la philosophie (et le nom) : hypomnematon (au sens de Foucault, repris par Stiegler), c’est-à-dire support de mémoire.

Les deux termes qui composent la notion de « carnet virtuel » caractérisent pertinemment, à mon sens, les enjeux de ce support. D’une part, « Carnet » indique qu’il contient principalement un ensemble de notes éparses, de réflexions plus ou moins abouties, voire de compte-rendus. Comme évoqué supra, il s’agit d’un support de mémoire permettant l’archivage d’informations jugées pertinentes pour la pratique de l’auteur ainsi que le stockage de productions qui lui sont propres. De plus, le carnet offre la possibilité d’une pratique réflexive sur ses actions/idées/réflexions afin « d’identifier les erreurs commises et de les corriger dans un processus d’autorégulation » (Saint-Arnaud, 2001, p.19) car il facilite la prise de recul, l’introspection et l’auto-évaluation. D’autre part, « virtuel » spécifie la publicité du support. Contrairement à un carnet « personnel », l’autre a ici une place prépondérante dans l’acte de publication (et de possible rétroaction) : a priori, en obligeant l’auteur à contextualiser, voire didactiser ses propos ; a posteriori, par l’apport de commentaires pouvant faire évoluer la réflexion de l’auteur du carnet virtuel.

Si j’en reviens à la question de départ, le lecteur attentif aura remarqué que mes propos tendent à répondre par l’affirmative. Toutefois, ma position pour cet outil est identique à celle que j’adopte quant à l’intégration des TICE (dont je vous parlerai bientôt) : tout est une affaire de cohérence ; ici entre les objectifs de l’auteur, ses méthodes et les outils dont il dispose.

Actuellement, la vision de ce carnet virtuel est la suivante – elle se verra peut-être modifiée au fil du temps : « Ce carnet électronique est mon hypomnematon virtuel (au sens de Foucault, repris par Stiegler). Il contient diverses informations relatives aux activités, scientifiques et pédagogiques, que je mène actuellement. Cet espace a une triple vocation : donner l’occasion au lecteur de trouver des informations pertinentes pour sa propre pratique par un stockage de documentation glanée sur la toile, offrir une visibilité – et un archivage – aux activités susmentionnées ainsi que me permettre d’écrire et de stocker un ensemble de notes à propos de réflexions en cours, hors d’un contexte de publication académique/institutionnelle. »

/ Références
Saint-Arnaud, Y. (2001). La réflexion dans l’action. Un changement de paradigme. Recherche et Formation, 36, pp. 17-27