Archives de catégorie : Actualité TICE

Le « Plan du numérique » de la Wallonie

Durant cette année 2015, j’ai eu l’occasion de faire partie d’un panel d’experts invités à élaborer des propositions pour le « Plan du numérique » pour la Wallonie.

Capture d’écran 2015-09-23 à 08.38.40

Ce vendredi 18 septembre 2015, Pierre Rion, Président du Conseil du Numérique, a remis à Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de l’Innovation et du Numérique, le rapport “Digital Wallonia. Proposition pour un Plan du Numérique”. Le plan traduit l’ambition du Conseil du Numérique : faire de la Wallonie un territoire connecté et intelligent, où les entreprises technologiques sont des leaders reconnus au niveau mondial et les moteurs d’une mutation industrielle réussie et où l’innovation numérique est soutenue au service de la qualité de l’éducation, de l’ouverture des services publics et du bien-être des citoyens.

– Une méthodologie participative
Le plan du numérique marque une rupture avec les méthodes traditionnelles de l’action publique et intègre les codes de l’économie numérique : collaboration, co-création et approche bottom-up. La dynamique des Assises du Numérique a impliqué plus de 200 experts issus de 140 organismes, associations et entreprises, privés et publics, au sein de 13 groupes de travail thématiques. Ce processus a été encadré et orienté par le Conseil du Numérique, instance indépendante mise en place par le Ministre du Numérique, présidée par Pierre Rion.

– Un plan fédérateur
Le Conseil du Numérique a souhaité que le plan réponde aux caractéristiques suivantes :
– Chaque ministre du gouvernement doit pouvoir greffer ses initiatives au plan. Celui-ci ne produira ses effets que s’il sert de base aux initiatives dans tous les domaines d’activité de la société.
– Agilité. Le plan permet d’intégrer de nouvelles mesures ou ajuster des mesures existantes, tout en maintenant sa pertinence par rapport aux évolutions du numérique.
– Cohérence. Le Plan du Numérique est aligné avec le Plan Marshall 4.0, et cohérent avec les autres initiatives numériques, en Wallonie, en Belgique (Digital Belgium) et au niveau européen (Digital Agenda).
– Le plan sera la feuille de route de la Wallonie en matière de numérique. Il doit dès lors faire l’objet d’une large diffusion et d’un reporting régulier.

– 5 thèmes ont été identifiés pour structurer le plan.
1. Territoire connecté et intelligent – Connecté au très haut débit et intelligent, le territoire offre un accès illimité aux usages numériques et agit comme catalyseur du développement industriel et économique.
2. Secteur du numérique – Développer les usages numériques implique un secteur du numérique fort et une recherche pointue.
3. Economie par le numérique (industrie et services) – Le redéploiement de l’économie wallonne passe par une augmentation forte et rapide de l’intensité numérique des entreprises.
4. Services publics – Le numérique permet d’envisager une génération nouvelles de services publics, ouverts et transparents.
5. Compétences numériques et emplis – Les Wallons doivent devenir les acteurs de la transformation numérique par l’acquisition des compétences et le développement des usages du numérique.

Le cinquième volet du plan laisse une part belle au numérique en souhaitant former les wallons aux technologies numériques, à leurs usages et aux nouveaux métiers du numérique à l’école, dans les entreprises et les organisations :
– Doter les écoles en équipements et infrastructures de pointe en établissant un plan ambitieux de déploiement d’infrastructure numérique dans les écoles.
– Assurer l’acquisition de compétences numériques chez tous les wallons, à chaque étape de leur vie et de leur parcours
– Développer les compétences numériques afin de former la nouvelle génération de talents.
– Former et accompagner les enseignants pour accélérer la transition numérique des processus d’apprentissage.
– Faciliter la création, l’échange et l’utilisation des ressources numériques pour l’éducation et la formation professionnelle.
– Promouvoir les métiers du numérique & intégrer la transformation numérique des métiers dans la formation.
– Renforcer l’accompagnement à l’usage du numérique, surtout pour les personnes les plus éloignées de celui-ci.

Chaque proposition est plutôt bien décrite en mentionnant les acteurs clés, le timing prévu, les coûts estimés ainsi que des propositions d’indicateurs opérationnels. Si je n’ai eu l’occasion que de parcourir le plan, j’essaierai de vous en faire une lecture plus approfondie dans les prochains jours et, surtout, suivrai sa mise en oeuvre opérationnelle dans le domaine de l’éducation numérique.

Le plan est téléchargeable à cette adresse : https://www.digitalwallonia.be/wp-content/uploads/2015/09/Plan-du-Num%C3%A9rique_Rapport-du-Conseil-du-Num%C3%A9rique_VF.pdf

Se former de manière certificative aux #TICE en #FWB ?

Capture d’écran 2014-09-01 à 21.08.09

Depuis un an, je suis professeur invité à la Haute Ecole de Bruxelles et à la Haute Ecole Francisco Ferrer dans le cadre d’une année de spécialisation consacrée à l’intégration des technologies nouvelles au service de l’enseignement, la « 4ème TICE ». J’y donne trois cours « Ressources TICE », « Education aux TICE” et « Usages des TICE en Sciences Humaines”. A l’heure où tout le monde veut « plus de numérique au sein de l’école », la « 4ème TICE » est une réponse particulièrement pertinente et intéressante (à horaire décalés) pour les enseignants en fonction comme les « fraîchement diplômés ».

Cette année de formation spécifique visant à apporter aux enseignants et formateurs une spécialisation dans une perspective pédagogique d’intégration des nouvelles technologies. Elle s’adresse aux titulaires d’un bachelier ou d’un master, et notamment aux « Instituteur préscolaire et primaire – bachelier », « Régent – bachelier » et autres bacheliers si justification d’une expérience professionnelle dans le domaine et offre plusieurs spécificités :
— Approche interdisciplinaire
— Observation et analyse des pratiques de terrain
— Analyse des enjeux pédagogiques des usages des TICE
— Construction de scénarios pédagogiques
— Études de cas et séminaires
— Expérimentation en contexte professionnel
— Réflexion sur les aspects juridiques des TICE

Cette année de spécialisation, ajoutée à la formation initiale, permet de :
— Déployer, au sein des classes, de nouveaux scénarios pédagogiques liés aux TICE.
— Induire une réflexion éthique et citoyenne à propose des TICE.
— Devenir une personne-ressource qui allie formation pédagogique et technologique.
— Développer des pratiques d’enseignement et de tutorat à distance.

Envie de vous inscrire ? C’est par ici !

Une séance de questions-réponses en chimie diffusée en direct sur YouTube

Capture d’écran 2014-05-30 à 10.34.44

La semaine dernière, née d’une idée conjointe de Pauline Slosse (guidance interfacultaire en chimie) et d’ULB Podcast, nous avons réalisé une séance de questions-réponses en direct sur YouTube avec l’enseignant du cours de « Chimie générale ».

Pourquoi ? Habituellement, les séances de questions-réponses sont organisées lors du dernier cours, peu de temps avant le début des révisions. Trop souvent, seuls quelques étudiants ont déjà avancé dans la matière, les autres ne sont tout simplement pas présents ou assistent à la séance sans comprendre les tenants et aboutissants des explications fournies par l’enseignant. En d’autres termes, ces dispositifs manquent leur objectif car ils interviennent trop tôt par rapport au planning des étudiants.

Dispositif mis en place. Afin d’être présent au bon moment pour les étudiants (ce qu’on appelle également le « just in time »), il est important d’organiser cette séance quelques jours avant l’examen. Dans notre cas, celui-ci se déroulait le lundi 26 mai, nous avons donc organisé ladite séance le vendredi 23 mai, soit quatre jours avant. Afin de permettre à tous de participer à cette séance de questions-réponses sans contrainte (en termes de disponibilité, de trajet, etc.), nous avons décidé de la réaliser entièrement en direct sur YouTube par l’intermédiaire de Google Hangout. Trois étudiants se sont fait « porte-voix » des autres étudiants (en recueillant à l’avance leurs questions) et ont ainsi « cuisiné » leur enseignant durant près de deux heures. Par la suite, la vidéo a été sortie de YouTube et a fait l’objet d’annotations (des signets temporels) par l’intermédiaire de notre lecteur « EZplayer ». Les étudiants pouvaient ainsi retrouver une question facilement par l’intermédiaire de son titre, de sa description ou des mots clés associés au signet.

Et si c’était à refaire ? Pour l’instant, nous n’avons pas eu de retour de la part des étudiants mais nous avons comptabilisé près de 400 vues sur YouTube et 500 sur EZplayer ; ceci confirme l’intérêt pour cette séance. Du côté de l’enseignant, l’expérience est particulièrement positive même si elle requiert une bonne préparation et de répartie (il possédait, par exemple, les formulaires d’examen des années précédentes). Les améliorations soulevées sont principalement d’ordre technique : il s’agit, d’une part, de la nécessité, pour l’enseignant, d’avoir un retour visuel du Hangout en face de lui (sous la caméra ou directement via le prompteur) afin de pouvoir capter le regard des étudiants. D’autre part, il est important que le retour sonore soit également face à l’enseignant (proche de la caméra) ; un retour excentré amène l’enseignant à ne plus fixer l’objectif de la caméra.

La séance est à regarder en cliquant ici.

Si vous avez des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à les partager !

 

Vous souhaitez faire un diaporama ? Utilisez Keynude ! (ou pas)

page3-bad-powerpoint

A l’université, la majorité des enseignants utilisent des diaporamas ; parfois ça passe, parfois ça casse… Nous avons tous connu (au moins) un enseignant qui avait tendance à surcharger son support, abuser des animations, utiliser l’outil comme prompteur, manquer de discernement dans le choix des couleurs ou des polices de caractères, etc. Dès lors, on voit poindre aux quatre coins du net des articles comme celui-ci : « How PowerPoint Is Ruining Higher Ed, Explained in One PowerPoint« .

Au-delà des livres et autres ressources sur la manière d’utiliser l’outil à bon escient, un lien mentionné cet après-midi par François Jourde (qui fait lui-même de très intéressantes présentations) m’a fait découvrir « Keynude », un thème Keynote particulièrement minimaliste dont le pitch est tout aussi simple : « A really plain theme for Keynote. Grey shapes, flat charts, no yucky fills. A great way to start your next presentation.« 

Dessiné par Emiland De Cubber, presentation designer, le thème ne s’embarrasse d’aucune fioriture : il propose un fond blanc, utilise de l’Helvetica et offre une mise en forme grise des graphiques.

Toutefois, le thème est selon moi finalement « trop pauvre » que pour être réutilisé adéquatement par quelqu’un qui manque d’expérience dans la réalisation de tels supports : il ne propose pas de mise en forme des sections ou des titres, aucune aide pour l’intégration d’images, aucun autre canevas que celui-ci dessous, etc. L’idée de base est plutôt bonne mais, à mon sens, trop peu exploitée.

Capture d’écran 2014-03-09 à 20.50.19

Si vous souhaitez (tout de même) essayer, c’est par ici : http://www.keynude.com/

Les RMLL à l’ULB

LogoIntro

Si vous ne le savez pas encore, d’aujourd’hui au 11 juillet, ce sont les 14èmes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL). Les RMLL sont un cycle non commercial de conférences, tables rondes et ateliers pratiques autour du Logiciel Libre et de ses usages. L’objectif de celles-ci est de fournir un lieu d’échanges entre utilisateurs, développeurs et acteurs du Logiciel Libre.

Ce week-end, c’est une dizaine d’associations (Mozilla, April, Framasoft,OpenStreetMap, Creative Commons / OKFN, Joomla, Free Software Foundation Europe, Novell Users International LUG et La Mouette – LibreOffice) qui sont présentes sur la Place de la Monnaie (Bruxelles) pour offrir une introduction aux RMLL et permettre de rencontrer le grand public afin de sensibiliser les néophytes aux avantages et intérêts du Libre.

home-fr

A partir du lundi 8 juillet, les RMLL débarquent à l’Université libre de Bruxelles. Que vous soyez geek, enseignants, parent, professionnels, voire décideurs de tout milieu, des dizaines de conférences et ateliers vous seront proposés du quatre jour et, évidemment, l’entrée est libre.

Vu le public cible de ce carnet, je vous ai sélectionné les programmes liés à l’enseignement :

Parmi ce programme très riche, quelques conférences ont retenu mon attention :

Comme vous pouvez le lire, la sélection est difficile vu l’intérêt et la qualité du programme. A vous de choisir…

On s’y croisera ?

Tuer les salles de classe ? Réinventer la pédagogie !

L’information a fait le tour du web la semaine passée. Oui, le président de l’Université de Standford prédit la « mort des salles de classes ». En retournant à la source, on remarque surtout qu’il fait une très brillante analyse du système actuel, des besoins des étudiants, de l’avenir qui attend les universités et des moyens d’y parvenir.

J’ai ainsi lu de nombreuses critiques à propos de plusieurs passages de cette interview. Notamment celui-ci : « The students are rewriting the rules for us. That large lecture hall with nice banked seating and 300 people sitting with their attention focused on somebody standing in the front of the classroom is a model that lasted for many years, but the students have made it clear that that’s not a model they find particularly attractive anymore. Instead, this generation is completely comfortable watching a video online; for them, it’s not markedly different than having a person up at the front of the classroom. They are happy using technology. They know how to hit the pause button; they know how to speed it up a little bit, to watch it 20 percent faster and make the process more efficient. »

A titre illustratif (et réflexif), je vous propose de faire le parallèle avec un extrait d’un article (en attente d’évaluation) que j’ai écris dernièrement à propos des premiers résultats d’ULB Podcast : « En outre, une réflexion partagée par plus de la moitié des étudiants interviewés nous interpelle : ceux-ci mentionnent que les podcasts « transforment » un cours transmissif en un apprentissage beaucoup plus actif. Si, lors du cours, les étudiants se disent « passifs » face à l’enseignant qui donne cours « Au mieux, on prend des notes… Mais on ne reste pas concentré deux heures » (J., étudiant du C2), ils avouent être plus « actifs » lorsqu’ils utilisent les podcasts : assis à leur poste de travail, ils font usage de cet outil en même temps que d’autres supports : polycopié, diaporama imprimé, manuel de référence, etc. Le podcast permet leur de mettre le cours en pause afin d’aller chercher des informations dans les supports susmentionnés ou sur Internet. Le but final étant, pour tous, de parvenir à un texte à étudier le plus adapté possible à ses propres besoins : certains vont écrire des textes « monoblocs », d’autres vont ajouter des illustrations graphiques ou des exemples, etc. Ils expriment ainsi une « réappropriation du savoir » : lorsqu’ils prennent des notes lors du cours en présentiel, ils retranscrivent uniquement la parole de l’enseignant et sa vision du savoir. Les podcasts leur permettent d’interagir avec le savoir délivré par l’enseignant, de le confronter à d’autres sources d’information et, au final, de produire des notes de cours en adéquation avec leurs stratégies d’apprentissage. « A un moment, j’hésitais même à aller en cours car je me disais avec le podcast je comprends mieux, je suis plus tranquille et je retenais plus oui. J’ai quand même continué à aller en cours. Avec le podcast, on est plus concentré, on n’a pas ce stress de passer son temps à noter, etc. J’avais l’impression de plus retenir. » (M., étudiante du C1). « En cours… Je ne fais que prendre note et, souvent, je ne comprends plus par la suite. Là, c’est « LE » cours où j’ai l’impression qu’il est resté dans ma tête ; alors que d’autres cours, je les ai bossés peut-être aussi pendant une semaine mais c’est pas rentré comme avec les podcasts. Je ne sais pas. » (C., étudiante du C3). Une étudiante mentionne même qu’elle changerait de stratégie si elle avait un cours podcasté à l’avenir : « Avant, je me disais que c’est mieux d’être présent mais à la limite je préfère tout faire en podcast et j’irai au dernier cours pour poser mes questions, si j’ai des questions. » (A., étudiante du C1). »

Oui, les étudiants qui utilisent le podcasting préfèrent ce mode de transmission plutôt que le cours en présentiel. Je dois poursuivre mes analyses, mais c’est un premier constat.

La génération actuelle d’étudiants et les évolutions technologiques posent des questions, des questions d’ordre pédagogique. Il ne faut pas nier ces questions, ni les éviter. Il faut les étudier pour tenter d’y répondre, y réfléchir, en discuter et partager les informations.

Comme le rappelle bien Hennessy, l’erreur serait d’oublier la pédagogie au profit du technocentrisme : « The biggest way this could go wrong is if we assume that we can fully automate this, if we think that we can throw students in front of terminals, that we don’t need any live instructors anywhere, that students can be totally successful without ever talking to anybody. I think this is a model that will leave many students behind. »

Comme je le signalais en introduction, son interview est un puits d’informations et de réflexions que je vous conseille vivement.

La peur du « tout à la sauce technologique »

Un article du site Belgium-iPhone a particulièrement attiré mon attention ce matin : « L’événement d’Apple en rapport avec l’éducation ? »

« D’après quelques sources de Fox News, il y serait même question de l’éducation en général, et d’iTunes U. Apple pourrait ainsi  remettre sur pieds un vieux projet de Steve Jobs qui consistait en la modernisation des livres scolaires. Steve Jobs avait en effet montré son intérêt dans l’équipement des étudiants, qu’il voulait remplacer par des iPad comprenant tout le matériel scolaire dont ils ont besoin. L’idée ayant fait son petit bonhomme de chemin, il se pourrait qu’Apple décide de l’exploiter à nouveau… »

Bien que l’article ne soit que le relai d’une rumeur interprétée par un journaliste, ces propos m’inquiètent quelque peu, surtout lorsqu’Apple est à la barre. La société est actuellement présente sur le marché éducatif d’une manière assez semblable à ses concurrents : certaines publicités/réductions ciblées pour les enseignants/étudiants, des journées de « formation » pour découvrir les nouveaux produits, des délégués commerciaux proches des établissements d’enseignement, etc. Hormis iTunes U (mais n’est-ce pas là une simple déclinaison d’iTunes?), Apple se contente d’être un des acteurs présents parmi tant d’autres. Toutefois, comme son passé peut en attester, la société a toujours su renouveler des marchés dits « fermés » – les ordinateurs, la musique numérique ou encore la téléphonie – ou en créer de nouveaux – les tablettes numériques. Celui de l’éducation est-il le prochain (avec celui de la télévision) ?

Que les choses soient claires, je n’ai rien contre Apple… Bien au contraire, certains me qualifient plutôt de « fanboy ». C’est d’ailleurs en connaissant « si bien » la pomme et, surtout, ses stratégies (commerciales, marketing, communicationnelles, etc.) que j’ai quelques sueurs froides : avec des idées comme celles évoquées dans l’article susmentionné (déjà concrètes dans certaines écoles), j’ai l’impression qu’Apple tombe dans le travers de Richard Katz (cité par Depover, 2005, p. 1) : “Les nouvelles technologies permettront dans l’avenir d’amener les collèges et universités américaines dans les classes et les maisons partout autour du globe et d’offrir ainsi un niveau de formation de qualité uniforme à tous quel que soit le pays ou le continent à partir duquel l’apprenant se connectera au réseau mondial.”  L’objectif est louable (ou n’est-ce là qu’argumentation marketo-communicationnelle?) mais il fait l’impasse sur les nombreuses variables impliquées dans tout processus d’innovation. Rappelons-nous des plans Cyber-classe et Cyber-école : en Communauté française de Belgique, des centaines de classes ont été équipées d’un matériel informatique « flambant neuf » (selon les délais d’installation). Néanmoins, ce processus s’est déroulé sans accompagnement ni formation des équipes éducatives. Résultat ? Les ordinateurs ont jauni sans être réellement utilisés.

En ce sens, ma crainte est la suivante : la puissance d’Apple capable de conquérir un marché comme le marché scolaire combinée à l’impossibilité du système scolaire à accueillir de telles innovations, générant des comportements visant à « faire de la technologie pour de la technologie » sans réflexion quant aux bénéfices pour les enseignants ou les étudiants. Il s’avère essentiel d’accompagner de pédagogie toute innovation technologique dans l’enseignement (je parlerai dans les billets suivants de techno-pédagogie), celle-ci doit être prédominante sur la technologie. En effet, à l’instar de Lebrun (2007), il est impensable d’évoquer l’intégration d’un outil TICE sans faire référence aux méthodes ainsi qu’aux objectifs qui sous-tendent le dispositif pédagogique. Un outil technologique, comme tout autre outil – le syllabus, le diaporama, les lectures complémentaires, etc. –, n’est qu’un élément de ce dispositif. La cohérence entre cet/ces outil(s), les méthodes et les objectifs du dispositif pédagogique s’avère plus que nécessaire si on veut faire pencher la balance du pharmakon (j’expliciterai ce concept dans un prochain billet) du côté du remède plutôt que du côté du poison. Kadiyala et Crynes (2000, p. 179) le signalaient déjà il y a plus de dix ans : “Our review provides convincing evidence that information technology can enhance learning when the pedagogy is sound, and where there is a good match of technology, techniques and objectives.

Parce que ce billet n’est qu’une rapide (et pessimiste) réaction à l’actualité, je vous conseille de lire le dernier billet de Pierre Frackowiak « Refonder l’école avec le numérique et la pédagogie » auquel j’adhère totalement.

 

/Références
Depover, C. (2005). Pour tirer le meilleur profit des technologies, c’est la pédagogie qu’il faut réinventer. En ligne : http://www.lb.refer.org/initiatives/document/acte05.doc
Kadiyala, M., & Crynes, B. (200). A Review of Literature on Effectiveness of Use of Information Technology in Education. Journal of Engineering Education, 89(2), 177-189.
Lebrun, M. (2007). Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre: Quelle place pour les TIC dans l’éducation ? Bruxelles : De Boeck.