Archives de catégorie : A l’ULB…

Appel à communications – Multilinguisme et méthodes alternatives d’apprentissage des langues

Multilinguisme et méthodes alternatives d’apprentissage des langues : Les nouveaux dispositifs d’accompagnement pour l’enseignement des langues étrangères

Le colloque aura lieu à Bruxelles du 7 au 8 novembre 2016.

Capture d’écran 2016-03-13 à 16.30.50

Les méthodologies d’apprentissage des langues étrangères ont fortement varié durant les siècles, et notamment au 20e. De la grammaire traduction à la méthode actionnelle, en passant par les méthodes structuro-globales, behavioristes, naturelles, communicatives, voire éclectiques, les raisons des modifications sont à chercher tant du côté de l’évolution et des avancées scientifiques, notamment dans le domaine des sciences humaines, que des modifications des besoins et de la prise en compte de la valeur des échanges linguistiques, sans oublier les changements idéologiques qui les sous-tendent. Les évolutions technologiques ont également apporté leur lot de potentialités nouvelles.

Tous ces changements ont également eu un impact sur la relation entre apprenants et enseignants, celle-ci ayant quitté depuis assez longtemps la pure verticalité de l’échange autoritaire où l’enseignant transmettait unilatéralement des savoirs à l’apprenant. La co-construction des savoirs, savoir-faire et savoir-être, a radicalement modifié la donne.

À côté de la relation apprenant-enseignant de langue, se sont par ailleurs développés d’autres modes d’apprentissage qui sont venus compléter la panoplie des méthodes, notamment en contexte multilingue. L’apprenant, devenu acteur de son apprentissage, trouve des ressources ailleurs qu’auprès de l’enseignant de langue, que ce soit par le biais d’enseignements de matières spécifiques donnés en langue étrangère (enseignement ÉMILE-CLIL), de nouvelles technologies (blended learning ou Moocs) ou en ayant recours à des pairs, le cas échéant, hors de la classe (tables de conversation ou tandems linguistiques).

Le présent colloque se propose d’étudier scientifiquement quelques-uns de ces dispositifs d’accompagnement : leur conception, leurs conditions d’apparition (aspects tant pédagogiques que budgétaires), les résultats observés. Dans le prolongement de celui-ci, sera organisé un atelier plus spécifiquement consacré aux tandems linguistiques.

Seront donc attendues toutes les contributions, en français, en néerlandais ou en anglais, qui, dépassant les constats de la simple expérience, posent un regard scientifique, et donc critique, sur ces nouveaux dispositifs d’accompagnement. Une attention particulière sera portée aux propositions qui traiteront du renforcement de l’autonomie des apprenants, des bénéfices à tirer du principe de réciprocité, du développement observé des compétences interculturelles, de l’intégration de ces dispositifs dans le curriculum, des objectifs et de l’évaluation de l’atteinte de ceux-ci. 

Comité d’organisation :
Julie Bertone VUB
Stefanie Blom VUB
Sabina Gola ULB
Barbara Louwagie VUB
Julie Luyckx VUB
Michel Pierrard VUB
Evie Tops ULB
Nefertari Vanden Bulcke VUB
Dan Van Raemdonck ULB-VUB
Comité scientifique :
Laura Calabrese ULB
Sabina Gola ULB
Alex Housen VUB
Michel Pierrard VUB
Nicolas Roland ULB
Esli Struys VUB
Evie Tops ULB
Jennifer Valcke (Karolinska Institutet, Stockholm)
Dan Van Raemdonck ULB-VUB

Calendrier :
– Les propositions de communication sont à envoyer pour le 30 avril 2016 au plus tard aux deux adresses suivantes : etops@vub.ac.be et sgola@ulb.ac.be
– La proposition consistera en un résumé de maximum 5000 signes, bibliographie sélective comprise, accompagné de 5 mots-clés.
– Les notifications d’acceptation seront transmises pour le 15 juin 2016.

Spice up Your English – Acte 2 (et regard sur l’acte 1)

MOOC 1

Consciente de l’enjeu sociétal que peuvent représenter les cours en ligne ouverts et à accès massif, et forte d’une longue tradition dans la mise à disposition de plateformes d’apprentissages numériques pour ses enseignants et ses apprenants, l’Université libre de Bruxelles s’est lancée dans une politique visant la conception technopédagogique de MOOCs, leur mise en oeuvre sur différentes plateformes et la recherche centrée sur les pratiques pédagogiques et d’apprentissage au sein de ces dispositifs.

Le premier cours en ligne ouvert et massif a été un cours d’anglais langue étrangère – passage du niveau A2 à B1 – à destination du public interne de l’institution – étudiants et personnel – ainsi qu’à un public externe : « Spice up Your English« . Ce cours permettait
– d’acquérir les bases de l’anglais (grammaire, prononciation et vocabulaire),
– de développer des compétences complexes (prendre efficacement note, rédiger en anglais, lire efficacement en anglais, etc.) et,
– de découvrir des techniques et ressources pour apprendre à prendre en main son apprentissage pendant et après la fin du cours.

Divisé en 10 modules subdivisés en 4 catégories de chapitres – grammaire, prononciation, vocabulaire et compétence –, le MOOC alternait des contenus audiovisuels, textuels, des activités, des phases d’interaction et une évaluation finale.

Capture d’écran 2015-09-15 à 08.37.18

Tout au long du MOOC, les apprenants étaient conviés à découvrir une série de ressources en lignes suggérées par l’enseignante. Chaque ressource était accompagnée d’une courte description des points positifs et négatifs, de propositions d’usage et d’un tutoriel vidéo. Chaque semaine, les apprenants recevaient un notebook électronique (à imprimer) permettant de s’entrainer à la prise de notes (compétence complexe développée) et d’avoir accès au vocabulaire essentiel à la compréhension des vidéos. Les phases d’interaction enseignante-apprenants se déroulaient sur le forum. Les phases d’interactions apprenants-apprenants pouvaient avoir lieu soit sur le forum -grâce à des sections créées spécifiquement pour des échanges sur des thèmes précis- ou via le wiki du cours –espace d’échange de ressources et de conseils. Les activités étaient proposées soit en ligne, directement sur la plateforme d’hébergement (exercices de glisser-déposer, quizz) ou par le biais d’une ressource en ligne proposée, soit en version papier en recourant aux espaces prévus à cet effet dans le notebook.

Au terme des 10 semaines, les apprenants pouvaient participer à une activité d’évaluation par les pairs afin de pratiquer et d’évaluer leurs compétences rédactionnelles. Ils étaient ensuite amenés à réaliser l’évaluation finale du MOOC afin d’évaluer leur progression et, en cas de réussite, de demander une attestation.

Au final, cette premier e MOOC a connu un succès important :
– 26000 personnes se sont inscrites au MOOC dans plus de 123 pays dans le monde.
– le MOOC s’est hissé à la 2ème place des MOOCs les plus populaires de la plateforme « France Université Numérique »
– 2300 personnes ont réalisé l’évaluation finale dont 1900 avec demande d’attestation.
– Le MOOC a remporté le Label européen des langues 2015.

2015-08-20_Draft_Case_SUYE.001

La communauté s’est également montrée très active avec :
– Plus de 2400 fils de discussion créés sur le forum.
– 260 pages créées sur le wiki et plus de 1000 modifications.
– De nombreux exemples d’entraide entre les apprenants ont été observé (mise à disposition de nouvelles ressources, création et partage de listes de vocabulaire sur les ressources proposées, aides et corrections des apprenants de niveau supérieur, etc.) tendant à indiquer un sentiment d’appartenance à la communauté des apprenants.

Tout ça vous donne l’eau à la bouche ? Ca tombe bien, le MOOC entame sa deuxième diffusion le 12 octobre 2015 avec quelques nouveautés ! Pour vous inscrire, c’est par ici : https://goo.gl/STNc09

Et si vous doutez de la « bonne ambiance » au sein du MOOC, cette vidéo devrait vite vous convaincre !

Podcasting et apprentissage mobile

podcastDe par ses propriétés, le podcasting est rapidement devenu un des outils phares de la mouvance du « mobile learning » (m-learning). En effet, cette notion de mobilité est présente dans l’étymologie même du terme : « podcasting » est issu de la combinaison de « iPod » (le baladeur numérique d’Apple) et de « broadcasting » (« diffusion » en anglais). La francisation du terme est encore plus parlante : la « baladodiffusion » évoque clairement cette notion d’être en mouvement « avec » le contenu diffusé. Dès lors, le monde de l’éducation – notamment au niveau de l’enseignement supérieur – s’est très rapidement approprié l’outil dans l’optique de sortir l’enseignement hors des amphithéâtres, de permettre un apprentissage en tout lieu et en tout temps, voire d’offrir aux étudiants une plus grande variété de supports et de contenus.

Dans cette contribution, j’ai interrogé 5399 étudiants par questionnaires et suivi 51 étudiants par l’intermédiaire d’entretiens ;  le croisement de ces analyses de données nous permet de dépasser les conclusions actuelles de la littérature – la faible utilisation du podcasting comme outil au service d’un « apprentissage mobile » – pour aborder le sens que les étudiants accordent aux capacités mobiles des podcasts et la manière dont ils s’approprient cet outil (infléchissant, si nécessaire, certaines de ses modalités) afin qu’il réponde au mieux à leurs besoins en termes d’apprentissage.

Cette contribution traite de l’utilisation ou de l’absence d’utilisation du podcasting – de cours enregistrés ou de capsules pédagogiques – en tant que support d’apprentissage mobile par des étudiants de l’Université libre de Bruxelles. L’analyse de 5399 questionnaires et 51 entretiens compréhensifs (répétés 2 à 3 fois sur le semestre) nous permet de compléter la littérature actuelle et, surtout, de décrire et d’analyser la manière dont les étudiants utilisent et intègrent, dans un dispositif pédagogique donné, le caractère mobile des podcasts au sein de leurs stratégies d’apprentissage.

[Lire l’article en ligne sur le site de la revue STICEF]

A l’ULB… Les « Réunions TICE »

Mercredi, j’ai eu l’occasion de participer à une « Réunion TICE » organisée par Julie Hellenbosch, coordinatrice de la Cellule Langues. Ces réunions sont l’occasion pour les enseignants de langues de partager, avec leurs collègues, des pratiques et expériences concernant l’intégration des technologies dans des dispositifs pédagogiques.

Afin de diffuser l’information (et les pratiques) au-delà des murs du CIDLV, je vous propose de voir les deux interventions de cette réunion. La première, celle de Madeleine Philippe – que j’avais interviewé ici -, qui nous parle de son dispositif articulé autour du mindmapping et du logiciel Prezi. La seconde, celle de David Best, qui partage (en anglais) un très intéressant voyage pédagogique à Brno en République tchèque.