L’apprentissage et le numérique : de la recherche de questions aux questions de recherche

11080515534_8f686d3cf8_o

Depuis de nombreuses années, le numérique a participé à la transformation des processus d’apprentissage. Ces derniers s’inscrivent désormais dans des espaces multiples – changements de lieux – et s’étendent tout au long de la vie – changement de temporalité (Charlier, 2013). Les paroles prophétiques d’un changement de pratiques au sein de la population étudiante – ayant un recours plus important aux technologies – se confirment à la lueur des enquêtes scientifiques récentes.

Pour dépasser cet état de fait, notre contribution porte un regard historique, comparatiste et réflexif sur l’ensemble des travaux de recherche en sciences de l’éducation qui se sont intéressés aux pratiques d’apprentissage liées au numérique. Schématiquement, ces travaux peuvent se décomposer en trois courants qui continuent à cohabiter aujourd’hui : un premier courant de recherche s’intéresse à la manière dont le numérique peut influencer l’apprentissage des élèves. Ces travaux, particulièrement technocentristes, se bornent, souvent, à une approche de remplacement et de comparaison entre le nouveau – technologique – et le traditionnel – non technologique – (Ellis et Goodyear, 2010), le premier étant considéré comme meilleur par rapport au second. Toutefois, derrière ces recherches expérimentales se cachent de nombreux biais, des concepts mal définis ou encore une absence de prise en compte des spécificités des médias ou des différences interindividuelles (Charlier, 2011). L’ouvrage de Russel (1999), « The No Significant Difference Phenomenon », en est une illustration caricaturale : en répertoriant plus de 355 études sur l’impact des TIC, l’auteur soutient qu’il n’existe aucune différence, sur le plan des apprentissages, entre un enseignant qui a recours aux technologies et celui qui ne les intègre pas. Un deuxième courant, initié par Clark (1983), considère que ce sont les pratiques pédagogiques, voire le dispositif, et les caractéristiques des apprenants qui font la différence. Loisier (2011, p. 105) soulignait ainsi, dans une synthèse des méta-analyses et des méta-recherches sur l’usage des TICE effectuées entre les années 1995 et 2010, que les facteurs de l’amélioration de l’apprentissage liés au numérique étaient « d’une part, dans la personnalité de l’apprenant et, d’autre part, dans l’art du pédagogue qui le guide et l’accompagne. » Le troisième courant est né de l’évolution de l’écologie des usages numériques des élèves amenant à repenser les relations entre leurs pratiques académiques et non académiques. La notion d’environnement personnel d’apprentissage (Attwell, 2007 ; Roland et Talbot, 2014) a engendré une évolution fondamentale dans la manière de penser le recours à des outils numériques d’apprentissage par les apprenants : la recherche, jusqu’alors cantonnée à étudier des usages institutionnels et formels, s’est intéressée aux usages des étudiants « en marge des dispositifs sociotechniques ou technopédagogiques proposés par une institution pédagogique » (Bonfils et Peraya, 2012).

Cette réflexion sera présentée au sein du symposium « A quelles questions cherchons-nous réponse à propos des processus d’apprentissage ? » de l’AREF 2016. Dans ce cadre, notre contribution aura pour objectif, à partir d’une revue de la littérature des principaux travaux portant sur les processus d’apprentissage liés aux outils numériques, d’étudier la manière dont ces recherches ont été élaborées en termes de problématiques et de questions de recherche afin de mieux appréhender et d’interroger leur évolution historique.

Crédit photographique : reynermedia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.