MOOC Afrique : l’interview

InterviewBACGLLe Bureau Afrique Centrale et des Grands Lacs (BACGL) de l’Agence Universitaire de la Francophonie qui nous a accueilli durant une semaine lors de notre mission à Yaoundé la semaine passée nous a demandé de réaliser une interview à propos du projet de recherche « MOOC Afrique ». Après plusieurs tentatives de la mener en vidéo (cf. capture ci-dessus), nous avons opté l’écrit par manque de temps… Nous vous livrons donc l’intégralité de cet entretien.

Pourriez-vous vous présenter ?
Nicolas : Je m’appelle Nicolas Roland et suis chercheur en Sciences de l’éducation à l’Université libre de Bruxelles et responsable de l’équipe “ULB Podcast” qui est en charge du support techno-pédagogique des enregistrements de cours à l’ULB, de la production et de la diffusion de podcasts ainsi que du développement des MOOC, dans une approche de design-based research. Mes travaux de recherche portent notamment sur l’efficience des productions audiovisuelles pédagogiques, sur l’appropriation des technologies par les enseignants de l’enseignement supérieur ainsi que sur les stratégies d’élaboration d’environnements personnels d’apprentissage par les étudiants de l’enseignement universitaire.
Marie : Je m’appelle Marie Stavroulakis. Après une année passée dans les locaux d’ULB Podcast en tant qu’étudiante – dans le cadre d’un stage et de mon mémoire de Master –, j’ai rejoint l’équipe en tant que chercheuse principale sur le projet « MOOC Afrique ».

Vous êtes ici à Yaoundé pour le projet de recherche « MOOC Afrique », pourriez-vous nous indiquer de quoi il s’agit ?
Nicolas : Le projet de recherche « MOOC Afrique », financé par la Fondation Alain & Marie Philippson ainsi que par l’Agence Universitaire de la Francophonie (Bureau Europe de l’Ouest), a pour objectif d’évaluer dans quelle mesure les MOOCs pourraient offrir une réponse adaptée aux problématiques de l’enseignement supérieur en Afrique subsaharienne et, en corollaire, toucher également d’autres publics.
Marie : En effet, suite au succès des premiers MOOCs sur le continent africain et la volonté de certaines institutions de produire ces cours à destination des populations africaines, nous avons pensé qu’il était nécessaire d’étudier ce contexte particulier ainsi que les besoins réels de ce public cible. Notre volonté est de fournir un éclairage sur ces besoins afin de développer une réponse adaptée – en termes techniques, pédagogiques et de développement –. Pour ce faire, il est selon nous indispensable d’impliquer les acteurs concernés dans cette réflexion. Au terme de notre recherche, nous fournirons une série de recommandations qui guideront les futurs projets de réalisation de MOOCs pour ainsi que, nous l’espérons, par l’Afrique. L’un de nos objectifs est de pouvoir contribuer, par le biais de cette recherche, à de futures initiatives de collaborations Nord-Sud qui viseraient le développement du secteur de l’enseignement via l’insertion de nouvelles technologies.

Vous êtes aujourd’hui au Cameroun… Est-ce le premier bénéficiaire de ce programme ?
Nicolas : A l’heure actuelle, il ne s’agit pas encore de trouver des « bénéficiaires » ou des « partenariats ». Nous sommes à Yaoundé car notre approche scientifique se base sur la méthodologie de l’audit à visée participative. Nous souhaitons réfléchir avec les différents acteurs locaux – apprenants MOOC, apprenants universitaires, enseignants universitaires, enseignants impliqués dans les FOAD, responsables d’universités, etc. – aux manières de concevoir des MOOCs en Afrique, de mieux prendre en considération les différents besoins des participants d’Afrique subsaharienne et, surtout, de réfléchir aux implications du développement de tels dispositifs pour l’enseignement supérieur.

Dans les faits, comment votre travail se déroule-t-il sur le terrain ?
Marie : Le Cameroun est, en quelque sorte, la deuxième phase de la recherche. Dans un premier temps, nous avons beaucoup lu afin de faire un état de l’art des travaux à propos de l’enseignement supérieur en Afrique subsaharienne, des différentes contraintes d’accessibilité auxquelles la région est confrontée, des formations à distance dispensées ici, des premiers MOOCs développés ou encore de la participation d’étudiants africains dans des MOOCs dits « occidentaux ». Après cette phase de lecture, notre mission au Cameroun a pour objectif de discuter avec les acteurs locaux que citait Nicolas des points qui, dans la littérature, sont peu étayés ou porteurs d’enjeux. Ces discussions, sous forme d’entretiens individuels ou de groupes, permettent de faire émerger des convergences et des divergences sur ces thématiques. Ces éléments, nous allons les exploiter, ensuite, dans des questionnaires.
Nicolas : Effectivement, notre objectif serait de mener nos travaux dans un maximum de pays d’Afrique subsaharienne. Pour ce faire, nous allons élaborer des questionnaires sur base des éléments mis en exergue lors de notre mission au Cameroun et allons ensuite les envoyer à un maximum d’acteurs africains, notamment par l’intermédiaire des Campus Numériques Francophones de l’AUF qui ont un bon ancrage dans les pays et de bons contacts avec les acteurs locaux. Dans un quatrième temps, nous irons au Sénégal dans le courant du mois de décembre pour approfondir qualitativement, c’est-à-dire par le biais de nouveaux entretiens, les premières tendances qui émergeront de nos questionnaires. Après une phase d’analyse, à la fois quantitative et qualitative, nous produirons une série de recommandations que nous ferons à nouveau relire et commenter par des acteurs locaux de différents pays.

C’est une approche réellement centrée sur les besoins des acteurs… A ce jour, pouvez-vous affirmer que vos objectifs sont en train d’être atteints ?
Nicolas : Oui et non… Nos objectifs liés à la mission à Yaoundé sont pleinement atteints et dépassent même nos espérances. En six jours, nous avons rencontré près de 150 acteurs différents. Deux autres aspects nous ont aussi particulièrement surpris : nous ne pensions pas du tout pouvoir atteindre une telle diversité dans les acteurs rencontrés et, surtout, certaines convergences concernant les pistes à mettre en oeuvre commencent à émerger. C’est réellement motivant ! Néanmoins, ce n’est encore que le début du travail et de la récolte de données. Yaoundé était une « étude de cas » qui nous a permis de récolter certaines informations mais nous allons devoir approfondir ces différents aspects par l’intermédiaire des questionnaires.

Des obstacles ou difficultés majeures ?
Marie : Les moustiques ? (rire) Plus sérieusement, pas du tout. L’accueil a été chaleureux, de la part de l’ensemble des acteurs. L’AUF nous a permis d’avoir des contacts avec de nombreuses personnes et, combinés à quelques contacts personnels, cela donne le nombre de personnes rencontrées citées par Nicolas. Le projet de recherche a reçu un accueil positif des différents acteurs, entièrement disposés à discuter avec nous, à partager leurs expériences et à collaborer dans la suite du travail.

Quelle est, à votre avis, la valeur ajoutée des cours en ligne ouverts et massifs pour l’enseignement supérieur et, dans un sens plus large, pour les systèmes éducatifs des pays ciblés ?
Marie : Cela reste à déterminer… Nous devons essayer de décrire, comprendre et analyser cette possible valeur ajoutée des MOOCs. Possible, en effet, car la recherche pourrait arriver à la conclusion que le développement de MOOCs en Afrique par des universités africaines n’est pas souhaitable pour un ensemble de raisons. Nous sommes chercheurs, pas promoteurs des cours en ligne ouverts et massifs.
Nicolas : De nombreuses formations à distance sont d’ailleurs déjà offerts en Afrique subsaharienne, les acteurs ont une expertise dans la conception de ces dispositifs… Il faut réellement se poser la question de l’intérêt des MOOCs par rapport aux FOAD.

Quelle est votre prochaine destination dans le cadre de ce projet ?
Marie : Comme Nicolas l’indiquait, ce sera le Sénégal du 30 novembre au 6 décembre. Cette phase permettra de rencontrer de nouveaux acteurs et de découvrir un nouveau système éducatif avec pour objectif d’étayer et de comprendre les premières tendances des questionnaires que nous aurons fait passer dans différents pays d’Afrique subsaharienne. Si certains de vos lecteurs peuvent être intéressés par une discussion à propos des MOOCs, nous serons principalement au Campus Numérique Francophone de l’AUF à Dakar.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.