#MOOCAfrique – Le MOOC par l’Afrique et pour l’Afrique ?

Billet rédigé par Marie Stavroulakis, chercheuse sur le projet MOOC Afrique.

MOOCAfrique

Le début de notre mission à Yaoundé est prometteur. Les entretiens s’enchainent et certaines problématiques viennent confirmer celles pointées dans nos lectures. Des points de vue divergent, d’autres se recroisent, nous tentons encore de mieux les cerner pour réellement les intégrer.

Dès le départ, nous constations que peu – voire aucun – projet de MOOC n’avait encore été mis sur pied « par l’Afrique pour l’Afrique ». L’idée d’empowerment ne semble pas être dans les esprits locaux.  Nous creusons de ce côté pour en identifier les raisons : Est-ce un manque de communication sur les MOOC ? Une réticence de la part des enseignants à intégrer les technologies au sein de leur dispositif d’enseignement ? Ou simplement une peur générale de la technologie ?

Pour y répondre, nous interrogeons les différents acteurs : « Pensez-vous qu’il serait pertinent d’envisager une offre de MOOC par les universités africaines afin que ceux-ci puissent réellement correspondre au contexte dans lequel ils s’insèreraient ? »

Les apprenants – utilisateurs de MOOC et autres – sont assez clairs à ce sujet : « Si on me demande de choisir entre un diplôme de la MIT ou un de Yaoundé II, le choix est vite fait ». Dans la même idée, d’autres pointent « la crise de confiance en Afrique ». « Rien de bon ne peut se faire localement, et ce, dans différents secteurs, dont celui de l’éducation ». La certification offerte par les MOOC semble être la principale motivation des apprenants à suivre ces formations. Si, en plus, elle vient d’ailleurs, c’est l’idéal.

Certains enseignants estiment que les MOOCs produits par l’Afrique pour l’Afrique seraient une solution rêvée pour réellement répondre à la demande locale. Selon eux, le contexte est si différent, qu’il est important de le prendre en compte dans les MOOC – Sous entendu « rien de tel que des locaux pour le retranscrire ». Certains illustrent ces divergences culturelles : « Quand on regarde une de vos publicités, expédiée en tout juste 30 secondes, nous, on ne comprend rien. Nos annonces à nous durent 4 à 5 minutes, les gens dansent et chantent. C’est totalement différent ». Un autre ajoute : « En Afrique, on ne lit pas. Si quelqu’un vous tend un papier d’invitation, précisant l’heure et la date de l’événement, on la prend en vous rétorquant « ça se passe où et quand? » »

Ces éléments de culture soulèvent plusieurs questions que nous creusons ici, au sein de nos divers échanges. Quelle place accorder à la vidéo au sein des MOOCs ? Quelle valeur donner à la certification ? Ou, de manière plus générale, quel format conviendrait idéalement au public de cette région ?

L’empowerment n’apparaît pas comme solution incontournable, mais alimentera cependant la suite de nos discussions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.