De la doxa « digital natives » : définition, déconstruction et impacts sur les pratiques

De la sphère médiatique à la sphère scientifique, la génération née après 1980 est qualifiée de « digital native » et se voit porteuse de compétences innées liées aux technologies et à Internet. Dans ce cadre, nous démontrons que les paroles prophétiques (Prensky, 2001), voire empiriques (Palfrey et Gasser, 2008) d’un changement culturel au sein de la population étudiante ont participé à la création d’une doxa autour de cette nouvelle génération, c’est-à-dire une opinion commune, un ensemble de préjugés populaires (Paveau, 1999). Dans cette recherche, nous étudions l’impact de cette doxa sur les actions enseignantes (Vause, 2009) et, plus particulièrement, celles de praticiens de l’enseignement supérieur non universitaire en matière de littératie médiatique (Fastrez et De Smedt, 2012). Par l’intermédiaire d’entretiens semi-directifs et d’analyses de terrain au sein de trois établissements, nous expliquons, dans une approche sociocognitive (Bandura, 2003), les interactions réciproques entre l’environnement social et institutionnel, l’histoire de vie de l’enseignant et les actions enseignantes. Nos résultats permettent de saisir les conclusions de nos recherches antérieures à propos de la surévaluation des compétences numériques des étudiants (Roland, 2014; Roland et Vanmeerhaeghe, 2014) ainsi que les causes sous- jacentes à l’absence d’accompagnement des étudiants en matière de littératie médiatique numérique.

Roland, N., Vanmeerhaeghe, S. (2015). De la doxa digital native : définition, déconstruction et impacts sur les pratiques enseignantes. 2ème colloque international en éducation, Montréal, 30 avril au 1 mai.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.