De l’hétérogénéité des digital native : impacts sur les pratiques d’apprentissage

Sophie Vanmeerhaeghe, étudiante en deuxième année de Master en Sciences de l’éducation, a présenté ce 30 avril 2015 la recherche menée dans le cadre de son mémoire au 2e Colloque international en éducation : enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante.

Les technologies ont envahi notre quotidien et, principalement, celui des adolescents. Si l’on désigne souvent cette jeune génération sous le vocable « natifs du numérique » en homogénéisant ses comportements (Prensky, 2001; Dede, 2005), de nombreuses recherches démontrent néanmoins l’hétérogénéité que recèle cette « génération » en termes de stratégies d’apprentissage (Barrère, 2013), de rapport au savoir (Charlot, 2000; Bernardin, 2013) ou de place accordée au numérique (Bruban, Cottier et Michaut, 2013; Guichon, 2012). Dans ce cadre, cette recherche vise à étudier les interactions entre ces facteurs au sein des pratiques d’apprentissage et leur influence sur la réussite scolaire d’élèves de l’enseignement secondaire. Dans une approche sociocognitive (Bandura, 2003), notre recherche a été menée par questionnaires auprès d’élèves de 1re année de l’enseignement secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique. Les résultats de cette recherche permettent de dépasser l’analyse bidirectionnelle d’une influence des technologies sur les apprentissages et offrent, par l’intermédiaire d’une typologie d’élèves, une analyse des interactions entre facteurs personnels (rapport au savoir) et facteurs comportementaux (stratégies d’apprentissage) et environnementaux (environnement numérique). Le croisement de ces analyses de données permet de saisir l’effet de chacun de ces facteurs sur l’apprentissage et, surtout, l’impact combiné de ceux-ci sur les résultats scolaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.