Appropriation d’artefacts audiovisuels pédagogiques dans les cours en ligne ouverts et massifs : de la production aux usages

images_course_small

Abstract de l’article qui sera discuté dans le symposium “MOOC et productions vidéos : regards croisés sur les principaux enjeux de recherche, des stratégies institutionnelles aux processus de scénarisation et aux impacts chez les utilisateurs” aux XIVe rencontres internationales du réseau de Recherche en Éducation et Formation à Montréal en octobre 2015.

Les artefacts audiovisuels ont pris une place prépondérante dans les cours en ligne ouverts et massifs (CLOM). Pourtant, les contraintes institutionnelles, temporelles, techniques ou stratégiques, voire les processus de production de ces médias, amènent souvent les concepteurs à privilégier une approche “technocentrée” – facilité de réalisation, qualité audiovisuelle, prouesses technologiques, etc. – aux dépens d’une approche “pédagocentrée”, portant sur l’efficacité des productions audiovisuelles sur l’apprentissage. En d’autres termes, qui s’enquiert de la manière de réaliser une “bonne vidéo pédagogique” ? Certes, l’équipe de réalisation se montre toujours soucieuse du confort de l’enseignant et du meilleur rendu possible, technologiquement parlant – haute définition, compétences en illustration/animation, etc. –  mais se pose-t-elle la question de savoir quelle est la mise en forme la plus appropriée du point de vue de l’apprenant ? Si certaines recherches offrent des pistes concernant les caractéristiques qui participent à la qualité d’un contenu audiovisuel à finalité pédagogique (Van Gog & Scheiter, 2010 ; Guo, Kim & Rubin, 2014 ; Plass, Heidig, Hayward, Homer & Um, 2014 ; Szpunar, Jing & Schacter, 2014), rares sont celles qui tentent d’établir un pont – longitudinal – entre le processus de production, le produit dit « fini » et l’appropriation par les utilisateurs.

Notre contribution présentera une recherche menée lors de la réalisation et de la diffusion d’un MOOC de l’Université libre de Bruxelles. Dans un premier temps, elle visera à documenter les pratiques de production qui, dans une approche de design-based research (Design-Based Research Collective, 2003), s’appuient, elles-mêmes, sur nos recherches antérieures (notamment Roland, 2013 ; Roland & Nauyens, 2013) et actuelles portant sur le sens que les étudiants accordent aux vidéos pédagogiques, la manière dont ils se les approprient et infléchissent certaines de leurs modalités afin qu’elles répondent au mieux à leurs besoins en termes d’apprentissage. Dans un deuxième temps, nous réaliserons une analyse des productions audiovisuelles en les passant au crible de plusieurs grilles afin d’en extraire les principales propriétés et caractéristiques. Dans un troisième temps, nous nous intéresserons à l’appropriation de ces artefacts audiovisuels par les étudiants : par l’intermédiaire de questionnaires, d’entretiens semi-directifs, de carnets de bord et d’analyses des traces laissées par les utilisateurs sur la plate-forme, nous saisirons les processus d’instrumentation et d’instrumentalisation (Rabardel, 1995) en examinant la manière dont les apprenants modifient leurs schèmes d’utilisation, les adaptent à ces outils ou créent de nouvelles fonctions. Au-delà de ce travail focalisé sur les vidéos pédagogiques, nous analyserons également, dans une approche sociocognitive (Bandura, 1986), les interactions entre ces comportements d’appropriation et deux autres types de facteurs : les facteurs environnementaux – c’est-à-dire le dispositif pédagogique mis en place dans le MOOC ainsi que les autres ressources à disposition – et les facteurs personnels – notamment au travers d’une grille d’analyse du sentiment d’efficacité informatique. Le croisement de ces analyses de données permettra d’établir des liens entre les pratiques à l’oeuvre lors de la production des vidéos du MOOC, les produits finis et l’appropriation des médias audiovisuels pédagogiques par les apprenants dans le cadre dudit cours en ligne ouvert et massif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.