La vision (erronée) des formateurs d’enseignants à propos des compétences numériques de leurs étudiants

Lors du “Colloque francophone international sur la formation supérieure à l’ère du numérique“, Sophie Vanmeerhaeghe et moi avons présenté notre recherche sur les représentations des formateurs d’enseignants à propos des compétences en littératie médiatique (Fastrez, 2010) de leurs étudiants ainsi que de leurs pratiques d’accompagnement pour le développement de telles compétences.

La conclusion est, à notre sens, alarmante : si les étudiants ne possèdent pas les compétences nécessaires à l’élaboration d’un environnement personnel d’apprentissage (Dabbagh et Kitsantas, 2012), les enseignants, eux, déclarent que leurs étudiants ont de meilleures compétences pour les activités de littératie médiatique numérique que pour les activités de littératie médiatique non-numérique. De plus, même s’il y a une absence de corrélation significative entre les représentations des enseignants et leurs pratiques d’accompagnement, ces dernières sont tout de même plus faible pour les activités de littératie médiatique numérique que de littératie médiatique non-numérique.

Dans la suite de ces travaux, nous allons mener une nouvelle recherche à propos de l’impact des croyances et des connaissances des enseignants à propos de leurs étudiants supposés « digital natives » sur l’acte d’enseigner. Si le sujet peut vous intéresser, une perspective de comparaison internationale serait un réel plus pour aborder ce sujet.

Lors de l’atelier, nous avons discuté avec les participants des pratiques d’accompagnement à l’université et de la manière dont celles-ci pouvaient être mises en place. Si, pour l’ensemble des participants, l’accompagnement semblait essentiel, deux visions se sont distinguées : d’une part, un accompagnement sous la forme de « cours de méthodologie » dispensés à un maximum d’étudiants (exemple : MyPLE.ch) ; d’autre part, un accompagnement mis en place par l’intermédiaire de projets au sein des cours – project based learning – afin de responsabiliser les étudiants et les amener à directement mettre ces compétences en oeuvre dans le cadre de leurs cours.

A côté de l’université, il s’avère également important que l’ensemble des structures d’enseignement s’inscrivent dans une perspective d’accompagnement et ce dès le plus jeune âge afin de développer une continuité dans ces pratiques. Pour ce faire, la formation continue des enseignants semble le point d’entrée. Néanmoins, les participants (tous pays confondus) estimaient que cette formation continue, dans sa forme actuelle, s’avère trop bureaucratique : pas de suppléance des enseignants, décontextualisation des formations, peu de suivi et d’accompagnement, etc. Il est, dès lors, essentiel de repenser également ce pan de la formation des enseignants en interpellant les acteurs politiques sur ce sujet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.