QPES 2013 – Un (deux) avis (parmi d’autres)

ch6

La septième édition du colloque « Questions spéciales de pédagogies en enseignement supérieur » portait sur « les innovations pédagogiques en enseignement supérieur : pédagogies actives en présentiel et à distance ». Afin de faire le point sur cet évènement, Céline Vanden Eynde, conseillère pédagogique à la Haute Ecole Francisco Ferrer, et moi vous proposons nos avis, résumés et documents.

Ce colloque a pour vocation d’être un lieu rencontre entre praticiens et chercheurs afin qu’ils puissent enrichir mutuellement leurs connaissances et leurs réflexions ; les uns s’inspirant des autres. Pour ce faire, les idées « sur papier » étaient particulièrement alléchantes et attrayantes :

1. Une soumission d’articles (et non de simples résumés) de 6 à 10 pages relus, commentés et notés par deux lecteurs. La sélection semble plus drastique que dans d’autres évènements et le travail des lecteurs (du moins pour les trois papiers que j’avais soumis) était particulièrement impressionnante (pas aussi poussée que pour un article dans une revue, mais très argumentée).

2. Un envoi des actes avant le début du colloque afin de choisir ses sessions avec d’autres critères qu’un simple titre.

3. Un pré-colloque sur une thématique précise ; cette année l’approche par problèmes.

4. L’ouverture du colloque par un conférencier de renom ; cette année Pierre Lévy sur une thématique intéressante « Initiation à la pensée critique dans l’utilisation des médias sociaux pour l’apprentissage ».

5. Des sessions dites « actives », peu de place pour les communications (10 minutes) car les participants doivent lire les articles avant celles-ci offrant ainsi plus de temps (au moins 45 minutes) pour le débat.

6. Une table ronde de clôture dite « active », elle aussi, réunissant intervenants experts et expérimentés sur la thématique du colloque.

Hormis le pré-colloque que j’ai trouvé particulièrement intéressant, enrichissant, pertinent et bien mené tout au long de la journée, je ressors, au final, quelque peu déçu par le colloque (peut-être par manque d’adéquation avec mes attentes mais…). Si je reste sceptique sur certains choix de l’organisation (le conférencier, la durée de la table ronde, le spectacle de la soirée de gala, etc.), j’ai surtout été interpelé par certaines communications qui ne proposaient même pas un réel retour d’expérience ou un point de vue scientifique sur la pédagogie active. Certes, il s’agit d’une thématique (et les thématiques sont larges) mais lorsque les communications sortent largement de celle-ci, c’est parfois dommage. Qui plus est, certains discutants (dont Céline parle dans la chronique ci-dessous) étaient parfois à côté ou en dehors de leur rôle ; qu’il s’agisse ainsi de discutants qui manquent de préparation (ont-ils lu les articles?) ou qui mène la discussion en fonction de leurs opinions. Ce n’est heureusement pas à généraliser, mais c’était à souligner.

Au-delà de ces aspects, le colloque était tout de même particulièrement intéressant et de nombreuses communications furent enrichissantes, tant pour ma pratique pédagogique que ma pratique scientifique. J’ai également eu l’occasion de faire de nouvelles rencontres et, notamment, de mettre des visages sur certains profils Twitter. Bref, j’espère être de la partie en 2015 à Brest !

Avec Céline, nous avons porté un regard transversal sur les différents moments du colloque qui s’avère être le sixième épisode des « Chroniques pharmacologiques ».

La prise de notes effectuée par Céline dans les différentes sessions :
+ Pré-colloque « Apprentissage par problèmes »
+ Conférence de Pierre Levy
+ Session « Professionnalisation »
+ Session « Outils numériques & enseignement supérieur
+ Session « Approche programme »
+ Session « Innovations » 
+ Symposium « Des référentiels de compétences aux learning outcomes : continuité ou rupture ? »
+ Table ronde

Liens complémentaires :

+ Lien vers le Storify réunissant une majorité des tweets de #QPES13
+ Lien vers la page Soundcloud des « Chroniques pharmacologiques »
+ Lien vers les Actes du colloque
+ Lien vers le slideshare de ma session sur le podcasting

 

 


5 réflexions au sujet de « QPES 2013 – Un (deux) avis (parmi d’autres) »

  1. Ping : QPES Sherbrooke 2013 | Le blog d'Aurélie

  2. Jean-Loup

    « Une soumission d’articles (et non de simples résumés) de 6 à 10 pages relus, commentés et notés par deux lecteurs. » Pour info, un lecteur était toujours disciplinaire et l’autre des sciences de l’éducation.
    C’était pour moi aussi mon premier QPES après moultes colloques ADMEE, AIPU, EARLI… Globalement j’ai trouvé la qualité de bon niveau avec parfois quelques problèmes d’adéquation entre titre de session et les 3 interventions. Des points noirs comme le spectacle sont hors sujet à mon avis. Je partage avec toi une amélioration à apporter à certains discutants.

    Répondre
    1. Nicolas Roland Auteur de l’article

      Merci pour la précision concernant les lecteurs. Sur ce point, c’était vraiment top.

      C’était aussi mon premier QPES. Je pense que j’ai surestimé le niveau et les débats possibles, notamment vu la formule.

      Au niveau du spectacle, c’est certes hors sujet mais les activités sociales permettent le réseautage et, à ce niveau, je trouve que le gala a « séparé les gens » et les a poussé à partir ; contrairement à celui de l’AIPU l’année passée lors duquel les gens s’amusaient, passaient de table en table, etc.

      Répondre
  3. François-Ronan Dubois

    Si je ne connais ni la discipline qui est la vôtre, ni le colloque que vous évoquez (imaginez donc combien mon commentaire sera passionnant !), je dois avouer que je suis un peu étonné de votre mécontentement. Non qu’il ne me paraisse pas légitime, mais au contraire, il me semble que les vices que vous décrivez ici sont si courants qu’ils forment une sorte de tradition lors des colloques. Je ne crois pas que le format original que celui-ci employait puisse beaucoup y faire. De ce point de vue, j’ai toujours trouvé que les séminaires de recherche étaient beaucoup plus propices à la discussion scientifique — avec le désavantage de ne pas pouvoir toujours réunir des participants de divers horizons.

    Ceci étant dit, je m’intéresse vivement aux diverses formes de colloque et j’aimerais beaucoup que vous en disiez plus sur vos impressions personnelles lors de cette fameuse table-ronde. Je n’ai pour ma part, dans mon souvenir, jamais vu aucune table ronde qui fonctionnât correctement. Si vous avez le temps, n’hésitez donc pas à développer : vous serez lu avec attention.

    Répondre
    1. Nicolas Roland Auteur de l’article

      Certes, mes remarques sont peut-être « générales » et « habituelles ». Toutefois, j’avais entendu (par des collègues) et lu (sur des blogs) énormément de bien de ce colloque. Comme je l’indique dans mon billet, il s’agit probablement surtout d’une inadéquation entre mes attentes (espérées) et la réalité ; plutôt qu’un jugement objectif sur cette réalité.

      Concernant la table ronde, elle a été menée par un journaliste qui, à mon sens, avait très peu de connaissances sur la thématique qui occupait les participants du colloque. De plus, j’ai l’impression qu’il posait des questions à propos de ses propres (pré)conceptions sur l’enseignement plutôt que permettre d’approfondir le débat. En ce sens, il y avait une inadéquation entre le niveau du débat de la table ronde et le niveau des participants ainsi que des experts. Plutôt que de pousser les experts dans un réel débat, la discussion est restée particulièrement plate avec de nombreuses questions « hors sujet » (même si certains experts étaient, eux, d’une qualité remarquable). Si je peux comprends le choix (ou l’idée de choisir) un journaliste de renom en se disant qu’il est à même de mener un débat, il me semble qu’un expert dans la thématique traitée avec un don de médiateur aurait permis d’extraire plus de richesse de cette discussion.
      J’ai vu que cette table ronde avait été filmée. Si d’aventure, elle est postée sur le site Internet ; je vous préviendrai.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.