La peur du « tout à la sauce technologique »

Un article du site Belgium-iPhone a particulièrement attiré mon attention ce matin : « L’événement d’Apple en rapport avec l’éducation ? »

« D’après quelques sources de Fox News, il y serait même question de l’éducation en général, et d’iTunes U. Apple pourrait ainsi  remettre sur pieds un vieux projet de Steve Jobs qui consistait en la modernisation des livres scolaires. Steve Jobs avait en effet montré son intérêt dans l’équipement des étudiants, qu’il voulait remplacer par des iPad comprenant tout le matériel scolaire dont ils ont besoin. L’idée ayant fait son petit bonhomme de chemin, il se pourrait qu’Apple décide de l’exploiter à nouveau… »

Bien que l’article ne soit que le relai d’une rumeur interprétée par un journaliste, ces propos m’inquiètent quelque peu, surtout lorsqu’Apple est à la barre. La société est actuellement présente sur le marché éducatif d’une manière assez semblable à ses concurrents : certaines publicités/réductions ciblées pour les enseignants/étudiants, des journées de « formation » pour découvrir les nouveaux produits, des délégués commerciaux proches des établissements d’enseignement, etc. Hormis iTunes U (mais n’est-ce pas là une simple déclinaison d’iTunes?), Apple se contente d’être un des acteurs présents parmi tant d’autres. Toutefois, comme son passé peut en attester, la société a toujours su renouveler des marchés dits « fermés » – les ordinateurs, la musique numérique ou encore la téléphonie – ou en créer de nouveaux – les tablettes numériques. Celui de l’éducation est-il le prochain (avec celui de la télévision) ?

Que les choses soient claires, je n’ai rien contre Apple… Bien au contraire, certains me qualifient plutôt de « fanboy ». C’est d’ailleurs en connaissant « si bien » la pomme et, surtout, ses stratégies (commerciales, marketing, communicationnelles, etc.) que j’ai quelques sueurs froides : avec des idées comme celles évoquées dans l’article susmentionné (déjà concrètes dans certaines écoles), j’ai l’impression qu’Apple tombe dans le travers de Richard Katz (cité par Depover, 2005, p. 1) : “Les nouvelles technologies permettront dans l’avenir d’amener les collèges et universités américaines dans les classes et les maisons partout autour du globe et d’offrir ainsi un niveau de formation de qualité uniforme à tous quel que soit le pays ou le continent à partir duquel l’apprenant se connectera au réseau mondial.”  L’objectif est louable (ou n’est-ce là qu’argumentation marketo-communicationnelle?) mais il fait l’impasse sur les nombreuses variables impliquées dans tout processus d’innovation. Rappelons-nous des plans Cyber-classe et Cyber-école : en Communauté française de Belgique, des centaines de classes ont été équipées d’un matériel informatique « flambant neuf » (selon les délais d’installation). Néanmoins, ce processus s’est déroulé sans accompagnement ni formation des équipes éducatives. Résultat ? Les ordinateurs ont jauni sans être réellement utilisés.

En ce sens, ma crainte est la suivante : la puissance d’Apple capable de conquérir un marché comme le marché scolaire combinée à l’impossibilité du système scolaire à accueillir de telles innovations, générant des comportements visant à « faire de la technologie pour de la technologie » sans réflexion quant aux bénéfices pour les enseignants ou les étudiants. Il s’avère essentiel d’accompagner de pédagogie toute innovation technologique dans l’enseignement (je parlerai dans les billets suivants de techno-pédagogie), celle-ci doit être prédominante sur la technologie. En effet, à l’instar de Lebrun (2007), il est impensable d’évoquer l’intégration d’un outil TICE sans faire référence aux méthodes ainsi qu’aux objectifs qui sous-tendent le dispositif pédagogique. Un outil technologique, comme tout autre outil – le syllabus, le diaporama, les lectures complémentaires, etc. –, n’est qu’un élément de ce dispositif. La cohérence entre cet/ces outil(s), les méthodes et les objectifs du dispositif pédagogique s’avère plus que nécessaire si on veut faire pencher la balance du pharmakon (j’expliciterai ce concept dans un prochain billet) du côté du remède plutôt que du côté du poison. Kadiyala et Crynes (2000, p. 179) le signalaient déjà il y a plus de dix ans : “Our review provides convincing evidence that information technology can enhance learning when the pedagogy is sound, and where there is a good match of technology, techniques and objectives.

Parce que ce billet n’est qu’une rapide (et pessimiste) réaction à l’actualité, je vous conseille de lire le dernier billet de Pierre Frackowiak « Refonder l’école avec le numérique et la pédagogie » auquel j’adhère totalement.

 

/Références
Depover, C. (2005). Pour tirer le meilleur profit des technologies, c’est la pédagogie qu’il faut réinventer. En ligne : http://www.lb.refer.org/initiatives/document/acte05.doc
Kadiyala, M., & Crynes, B. (200). A Review of Literature on Effectiveness of Use of Information Technology in Education. Journal of Engineering Education, 89(2), 177-189.
Lebrun, M. (2007). Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre: Quelle place pour les TIC dans l’éducation ? Bruxelles : De Boeck.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.