Bloguer à l’université ?

En guise d’introduction, ce premier billet fait écho à celui de Patrick Giroux, « Bloguer ou pas à l’université », ainsi qu’à une discussion menée avec Benoît Majerus. Pour cet enseignant-chercheur, bloguer est principalement une manière de mettre en mots des idées spontanées afin de pouvoir les reprendre dans une communication ultérieure, écrite ou orale. Dès lors, son espace numérique devient un lieu d’archivage ouvert à tous sur lequel il peut agir à tout moment. J’ai beaucoup apprécié cet argument, il m’a amené à opter pour cet outil et en a donné la philosophie (et le nom) : hypomnematon (au sens de Foucault, repris par Stiegler), c’est-à-dire support de mémoire.

Les deux termes qui composent la notion de « carnet virtuel » caractérisent pertinemment, à mon sens, les enjeux de ce support. D’une part, « Carnet » indique qu’il contient principalement un ensemble de notes éparses, de réflexions plus ou moins abouties, voire de compte-rendus. Comme évoqué supra, il s’agit d’un support de mémoire permettant l’archivage d’informations jugées pertinentes pour la pratique de l’auteur ainsi que le stockage de productions qui lui sont propres. De plus, le carnet offre la possibilité d’une pratique réflexive sur ses actions/idées/réflexions afin « d’identifier les erreurs commises et de les corriger dans un processus d’autorégulation » (Saint-Arnaud, 2001, p.19) car il facilite la prise de recul, l’introspection et l’auto-évaluation. D’autre part, « virtuel » spécifie la publicité du support. Contrairement à un carnet « personnel », l’autre a ici une place prépondérante dans l’acte de publication (et de possible rétroaction) : a priori, en obligeant l’auteur à contextualiser, voire didactiser ses propos ; a posteriori, par l’apport de commentaires pouvant faire évoluer la réflexion de l’auteur du carnet virtuel.

Si j’en reviens à la question de départ, le lecteur attentif aura remarqué que mes propos tendent à répondre par l’affirmative. Toutefois, ma position pour cet outil est identique à celle que j’adopte quant à l’intégration des TICE (dont je vous parlerai bientôt) : tout est une affaire de cohérence ; ici entre les objectifs de l’auteur, ses méthodes et les outils dont il dispose.

Actuellement, la vision de ce carnet virtuel est la suivante – elle se verra peut-être modifiée au fil du temps : « Ce carnet électronique est mon hypomnematon virtuel (au sens de Foucault, repris par Stiegler). Il contient diverses informations relatives aux activités, scientifiques et pédagogiques, que je mène actuellement. Cet espace a une triple vocation : donner l’occasion au lecteur de trouver des informations pertinentes pour sa propre pratique par un stockage de documentation glanée sur la toile, offrir une visibilité – et un archivage – aux activités susmentionnées ainsi que me permettre d’écrire et de stocker un ensemble de notes à propos de réflexions en cours, hors d’un contexte de publication académique/institutionnelle. »

/ Références
Saint-Arnaud, Y. (2001). La réflexion dans l’action. Un changement de paradigme. Recherche et Formation, 36, pp. 17-27


Une réflexion au sujet de « Bloguer à l’université ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.