Tuer les salles de classe ? Réinventer la pédagogie !

L’information a fait le tour du web la semaine passée. Oui, le président de l’Université de Standford prédit la « mort des salles de classes ». En retournant à la source, on remarque surtout qu’il fait une très brillante analyse du système actuel, des besoins des étudiants, de l’avenir qui attend les universités et des moyens d’y parvenir.

J’ai ainsi lu de nombreuses critiques à propos de plusieurs passages de cette interview. Notamment celui-ci : « The students are rewriting the rules for us. That large lecture hall with nice banked seating and 300 people sitting with their attention focused on somebody standing in the front of the classroom is a model that lasted for many years, but the students have made it clear that that’s not a model they find particularly attractive anymore. Instead, this generation is completely comfortable watching a video online; for them, it’s not markedly different than having a person up at the front of the classroom. They are happy using technology. They know how to hit the pause button; they know how to speed it up a little bit, to watch it 20 percent faster and make the process more efficient. »

A titre illustratif (et réflexif), je vous propose de faire le parallèle avec un extrait d’un article (en attente d’évaluation) que j’ai écris dernièrement à propos des premiers résultats d’ULB Podcast : « En outre, une réflexion partagée par plus de la moitié des étudiants interviewés nous interpelle : ceux-ci mentionnent que les podcasts « transforment » un cours transmissif en un apprentissage beaucoup plus actif. Si, lors du cours, les étudiants se disent « passifs » face à l’enseignant qui donne cours « Au mieux, on prend des notes… Mais on ne reste pas concentré deux heures » (J., étudiant du C2), ils avouent être plus « actifs » lorsqu’ils utilisent les podcasts : assis à leur poste de travail, ils font usage de cet outil en même temps que d’autres supports : polycopié, diaporama imprimé, manuel de référence, etc. Le podcast permet leur de mettre le cours en pause afin d’aller chercher des informations dans les supports susmentionnés ou sur Internet. Le but final étant, pour tous, de parvenir à un texte à étudier le plus adapté possible à ses propres besoins : certains vont écrire des textes « monoblocs », d’autres vont ajouter des illustrations graphiques ou des exemples, etc. Ils expriment ainsi une « réappropriation du savoir » : lorsqu’ils prennent des notes lors du cours en présentiel, ils retranscrivent uniquement la parole de l’enseignant et sa vision du savoir. Les podcasts leur permettent d’interagir avec le savoir délivré par l’enseignant, de le confronter à d’autres sources d’information et, au final, de produire des notes de cours en adéquation avec leurs stratégies d’apprentissage. « A un moment, j’hésitais même à aller en cours car je me disais avec le podcast je comprends mieux, je suis plus tranquille et je retenais plus oui. J’ai quand même continué à aller en cours. Avec le podcast, on est plus concentré, on n’a pas ce stress de passer son temps à noter, etc. J’avais l’impression de plus retenir. » (M., étudiante du C1). « En cours… Je ne fais que prendre note et, souvent, je ne comprends plus par la suite. Là, c’est « LE » cours où j’ai l’impression qu’il est resté dans ma tête ; alors que d’autres cours, je les ai bossés peut-être aussi pendant une semaine mais c’est pas rentré comme avec les podcasts. Je ne sais pas. » (C., étudiante du C3). Une étudiante mentionne même qu’elle changerait de stratégie si elle avait un cours podcasté à l’avenir : « Avant, je me disais que c’est mieux d’être présent mais à la limite je préfère tout faire en podcast et j’irai au dernier cours pour poser mes questions, si j’ai des questions. » (A., étudiante du C1). »

Oui, les étudiants qui utilisent le podcasting préfèrent ce mode de transmission plutôt que le cours en présentiel. Je dois poursuivre mes analyses, mais c’est un premier constat.

La génération actuelle d’étudiants et les évolutions technologiques posent des questions, des questions d’ordre pédagogique. Il ne faut pas nier ces questions, ni les éviter. Il faut les étudier pour tenter d’y répondre, y réfléchir, en discuter et partager les informations.

Comme le rappelle bien Hennessy, l’erreur serait d’oublier la pédagogie au profit du technocentrisme : « The biggest way this could go wrong is if we assume that we can fully automate this, if we think that we can throw students in front of terminals, that we don’t need any live instructors anywhere, that students can be totally successful without ever talking to anybody. I think this is a model that will leave many students behind. »

Comme je le signalais en introduction, son interview est un puits d’informations et de réflexions que je vous conseille vivement.


4 réflexions au sujet de « Tuer les salles de classe ? Réinventer la pédagogie ! »

  1. J.-D. Zeller

    Bonjour,
    je découvre votre blog dans les nouveautés des carnet d’Hypothèse et votre retour sur l’usage des podcast m’interpelle.
    J’enseigne à titre de vacataire à la haute école de gestion de Genève (dept. information documentaire) et je me suis prêté à l’exercice du podcasting il y a déjà quelques années. L’équipe technique de notre HES a capté à la fois l’enregistrement vocal et les powerpoint que j’utilise comme support de cours (les étudiants ont un support de cours print-friendly correspondant disponible sur la plateforme Moodle de l’école).

    Je n’ai personnellement pas été convaincu de la modalité podcast dans ce contexte car ayant des présentations très animées, la synchronisation avec l’enregistrement sonore laissait à désirer. J’ai cependant laissé à disposition les enregistrements sur la plateforme et les étudiants qui ne pouvaient suivre le cours en présentiel ont bien évidement appréciés cet « roue de secour ».

    Je suis convaincu comme vous, que le fait de pouvoir s’approprier à son rythme et avec les détoure vers d’autres sources constitue un plus pédagogique. J’ai d’ailleurs dans un autre cours demandé à mes étudiant d’élaborer un wiki avec les éléments qu’ils avaient par ailleurs: support de cours, étude de cas et bibliographie complémentaire, avec un certain succès.

    Le problème que je vois aujourd’hui par rapport à l’adoption des ces nouvelles pédagogies est qu’elles entre en conflit avec l’organisation scolaire et académique de « l’heure de cours » et que si elles devraient être généralisées elles devraient rentrer dans un cadre de « gestion de projet » plutôt que celui du « programme trimestriel ».

    A ce jour je n’ai pas de solution et je réfléchi à des opportunités pédagogiques plutôt dans le cadre de la formation continue, qui n’a pas ces contraintes (mais qui en a d’autres).

    Répondre
    1. Nicolas Roland Auteur de l’article

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire et votre retour d’expérience.

      Concernant « ULB Podcast », il faut savoir que chaque enseignant fait l’objet d’un suivi (techno-)pédagogique dès sa demande d’utiliser le podcasting : un entretien initial pour comprendre l’intérêt/le besoin (et le ré-orienter vers un autre outil si le podcasting n’est pas le plus adapté à sa demande), une réflexion sur la manière d’introduire le podcasting dans le dispositif pédagogique (la manière de l’annoncer, le lien avec les autres supports de cours, la gestion des enregistrements), une courte formation technique à notre outil d’enregistrement des podcasts (http://podcast.ulb.ac.be/site/pages/Podcast-ezcast.html), une aide lors du premier cours ainsi qu’une intervention auprès des étudiants, etc. En ce sens, certains enseignants, certes intéressés par le podcast mais dont le cours ne s’y prêtait pas ont été ré-orientés vers d’autres outils ou « techniques d’animations ».

      Concernant le retour des étudiants, je suis le premier « étonné ». Toutefois, au rythme des entretiens (je réalise des entretiens compréhensifs avec les étudiants 3 fois sur le quadrimestre ; une trentaine d’étudiants en tout cette année), je remarque qu’effectivement, pour les cours ex-cathedra, le podcasting semble plus efficient à leur yeux : ils travaillent à leur rythme et quand ils le souhaitent, s’approprient « activement » la matière, déclarent une meilleure assimilation de celle-ci, etc.
      Ceci m’amène effectivement à penser au concept de « classe inversée » (inverser lieu d’enseignement et lieu d’apprentissage) mais je suis, comme vous, en grande réflexion par rapport à ce concept. Au-delà de contraintes organisationnelles par rapport à l’organisation scolaire (celles que vous citez), cela me pose aussi d’autres questions :
      – Quand commencer ce type de démarche pédagogique ? Est-ce que laisser un telle autonomie à des étudiants qui entrent à l’université n’est pas une erreur ? Comment accompagner les étudiants dans de tels dispositifs ?
      – Le changement ne doit-il pas être « total » (au sein d’une filière par exemple) : si l’un ou l’autre enseignants adoptent ce type de démarches pédagogiques, est-ce que les étudiants, habitués aux cours ex-cathedra, entreront dans cette dynamique ? (Des problèmes similaires se posent dans les années primaires/secondaires lorsqu’un enseignant adopte une pédagogie active au sein d’une école alors que les autres s’attachent à un enseignement frontal).
      – Comment entraîner/former les enseignants dans cette dynamique pédagogique ?
      – Comment évaluer ce type de dispositif pédagogique ?

      Comme vous, je n’ai actuellement aucune solution et très peu de réponses.
      Par l’intermédiaire d’enseignants intéressés, nous essayerons probablement des démarches de ce type dans l’un ou l’autre cours (en retravaillant les podcasts qui doivent être adaptés à un « travail autonome »).
      En attendant, je lis et réfléchis en essayant de trouver des pistes petit à petit…

      Répondre
      1. J.-D. Zeller

        Bonjour,
        Je partage également vos hypothèses que le changement « local » sur un ou quelques cours est difficilement gérable dans les configurations enseignantes actuelles. C’est la raison pour laquelle je réfléchi aujourd’hui plutôt dans le cadre de la formation continue et en particulier à propos de la « granularité » des savoirs(une ébauche conceptuelle citée ci-dessous).
        Du Content management system au Concept management system Une – lecture critique de l’article de C. Lagoze et al. « Qu’est-ce qu’une bibliothèque numérique au juste ? ».
        Document de travail en vue d’un projet de recherche à la haute école de gestion de Genève.
        13.06.2007 (11 p.)
        http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/index.php?halsid=e6e46be588cfc97faaf1c68492758832&view_this_doc=sic_00154352&version=1

        Bien qu’ayant peu de temps à y consacrer, c’est à travers des blogs comme le votre (et des pratiques qui y sont relatées)que peut se construire petit à petit des solutions, partielles certes, mais qui pourront peut-être nous apporter des solutions plus globales par assemblage.

        Répondre
        1. Nicolas Roland Auteur de l’article

          Bonjour,

          Merci pour la référence. Je vais lire cela.

          Merci aussi pour la remarque concernant ce carnet. A vrai dire, j’ai l’impression de ne pas encore utiliser ses possibilités pleinement : j’aimerais prendre le temps de partager mes réflexions en cours, dévoiler certaines résultats pour en débattre, faire le compte-rendu de pratiques pédagogiques intégrant le podcasting, etc. Je vais essayer de dégager le temps nécessaire car il y a, à mon sens, une plus-value certaine de le partage d’informations par l’intermédiaire de cet outil.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.