S’intéresser aux médiateurs pharmacologiques pour changer de paradigme dans la recherche sur les TICE

Ce billet est la retranscription d’un extrait de l’article pour les actes du 27ème Congrès de l’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU) à Trois-Rivières. Vous pouvez le retrouver en intégralité ici.
Je le publie sur ce carnet afin de soumettre cette réflexion à vos idées, commentaires et/ou questions.

De la littérature scientifique…

Dans la littérature en éducation, les recherches antérieures – principalement nord-américaines – ont tenté d’évaluer les impacts du podcasting sur les performances scolaires et sur les attitudes des étudiants. Les conclusions de ces travaux portant à la fois sur des podcasts audio et sur des podcasts vidéo sont pour le moins discordantes : les unes arguent qu’il n’y a aucune différence significative à l’utilisation de l’outil, voire que celui-ci engendrerait des comportements négatifs chez les étudiants – notamment l’absentéisme. Les autres avancent que le podcasting opère certains effets positifs sur les résultats, la motivation, l’engagement, l’anxiété ou encore la satisfaction des étudiants.

Le récent travail de Kay (2012) en est une illustration parfaite : en analysant 53 recherches portant sur l’intégration du podcasting, l’auteur a comptabilisé, en fonction de différentes thématiques, les conclusions positives et négatives. Si onze études concluent à de meilleurs scores des étudiants – au niveau des résultats à l’examen ou à des tests, six démontrent qu’il n’y a aucune différence significative entre les étudiants qui utilisent l’outil et ceux qui n’y ont pas recours. Au sujet de l’absentéisme, quatre recherches concluent à une absence d’impact sur la présence au cours alors que quatre autres ont mis à jour une moindre affluence aux cours dits « podcastés ».

… à la philosophie

Cette absence de réponse scientifique claire à propos des avantages et des inconvénients du podcasting trouve peut-être une explication dans la philosophie antique et, particulièrement, dans Phèdre de Platon. Comme l’a noté Derrida (1972) dans son interprétation de l’ouvrage, le philosophe grec énonce à propos de l’écriture qu’elle est un pharmakon, à la fois un remède et un poison. Ainsi, pour Platon, si l’écriture permet aux hommes d’être plus instruits et leur offre la possibilité de se remémorer des événements, elle peut également être un outil d’aliénation capable de faire perdre la mémoire aux hommes ou de créer des propos volatils, déconnectés de leur auteur.

Selon nous, ce que Platon a exprimé à propos de l’écriture est totalement transposable au podcasting. Tous deux sont des hypomnémata, des « supports artificiels de la mémoire » (Stiegler, 2012a), à l’instar de l’alphabet, des tablettes sumériennes, de la photographie, des ordinateurs, d’Internet, etc. Comme le mentionne Stiegler (2012b), tout hypomnématon est porteur de l’ambivalence du pharmakon, à la fois remède et poison. Dès lors, le podcasting, en tant qu’hypomnématon, n’échappe pas à cette ambivalence pharmacologique : s’il permet aux étudiants de compléter leurs notes, d’approfondir une matière, de mieux comprendre certains concepts dans l’optique de favoriser leur apprentissage, le podcasting peut également contribuer à un apprentissage transmissif, rendant les étudiants plus passifs, voire les inciter à ne plus venir aux cours en présentiel et à se reposer sur ces précieux enregistrements.

Toutefois, caractériser le podcasting uniquement par son aspect « pharmacologique » s’avère, selon nous, une vision particulièrement technocentriste. En d’autres termes, cela reviendrait à dire que le développement des technologies conduirait automatiquement à une amélioration ou à une détérioration de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage. C’est d’ailleurs avec cette vision dite technocentriste que la littérature scientifique s’est toujours fondée sur une suprématie de la technologie au détriment des utilisateurs et des contextes, s’attachant à étudier la manière dont cet outil pouvait avoir des impacts sur ces utilisateurs et non la manière dont ceux-ci pouvaient influencer la technologie.

De l’importance des « médiateurs pharmacologiques »

A l’opposé de cette vision technocentriste, nous avons adopté une approche systémique centrée sur les utilisateurs que nous qualifions de « médiateurs pharmacologiques ». En effet, ce sont les enseignants et les étudiants qui, par leur appropriation et leurs usages des TICE, vont faire pencher la balance du pharmakon du côté du remède plutôt que du côté du poison. Notre approche se veut également « systémique » car nous n’envisageons pas les utilisateurs comme des entités indépendantes mais bien comme interdépendantes au sein d’un même système.

Repenser la question de l’impact des technologies

Au-delà des conclusions de la littérature scientifique évoquées supra, il convient de s’interroger, au regard de notre approche « pharmacologique », sur la pertinence des conditions méthodologiques de ces recherches. D’une part, les études réalisées sur les impacts pédagogiques du podcasting sont difficilement comparables entre elles à cause de variations tant dans les méthodes utilisées que dans les contextes dans lesquels elles ont été réalisées – milieux universitaires, disciplines, formes d’enseignement, tradition pédagogique, etc. (Heilesen, 2010). D’autre part, les conditions méthodologiques nécessaires à une évaluation rigoureuse des impacts pédagogiques de l’introduction d’un outil technologique semblent très difficiles à réunir (Joy II & Garcia, 2000 dans Barette, 2004). Enfin, même dans les conditions les plus optimales, l’utilisation du podcasting n’est qu’une des nombreuses dimensions du dispositif pédagogique général et un effet positif sur les scores des étudiants ne peut être rigoureusement imputable à sa seule introduction dans ce dispositif (Barette, 2004).

Par ailleurs, en conclusion de sa synthèse des méta-analyses et des méta-recherches sur l’usage des TICE effectuées entre les années 1995 et 2010, Loisier (2011, p. 105) souligne : « Il ressort des recherches, études, analyses et discours de toutes sortes, qu’il ne faut pas chercher dans les technologies la recette de l’élévation du taux de réussite des apprenants. Les facteurs de réussite sont ailleurs : d’une part, dans la personnalité de l’apprenant et, d’autre part, dans l’art du pédagogue qui le guide et l’accompagne. » Dès lors, l’enjeu essentiel ne semble pas l’évaluation des impacts pédagogiques du podcasting dans une optique quantitative – due à ses impossibilités méthodologiques – mais bien la compréhension des intérêts des individus à l’utilisation de l’outil ainsi que la manière dont ils s’approprient celui-ci. Il s’avère essentiel de dépasser la conviction classique d’une possibilité d’isoler la variable « implications pédagogiques du podcasting » dans le processus d’évaluation pour nous intéresser aux enseignants et étudiants afin de « souligner l’importance du rôle actif des individus et leur compétence dans l’interprétation de leur quotidien et des modifications introduites par le système. » (Caron & al., 2007, p. 45).

Dans cette optique, nous avons transformé la question récurrente de la littérature consacrée au podcasting –  « Quel est l’impact du podcasting sur l’apprentissage ? » – en une nouvelle question : « Pourquoi et comment les utilisateurs – enseignants et étudiants – intègrent-ils (ou n’intègrent-ils pas) le podcasting dans leurs dispositifs pédagogiques et dans leurs stratégies d’apprentissage ? ». Cette attention particulière portée sur les enseignants et les étudiants permet d’ouvrir des perspectives de recherche peu explorées jusqu’ici. D’une part, le technocentrisme dénoncé supra amenait les chercheurs à étudier la manière dont les technologies guidaient la réflexion pédagogique et influençaient les résultats ; néanmoins, se centrer sur les enseignants permet de comprendre la perception que ceux-ci ont des opportunités de cette technologie et la façon dont ils infléchissent sur celle-ci afin qu’elle réponde à leurs besoins pour le meilleur bénéfice de leurs apprenants (Depover, 1999). Il nous apparaît ainsi nécessaire de replacer le podcasting en tant qu’outil pédagogique au sein du dispositif dans lequel il est intégré ; c’est-à-dire sa relation avec les méthodes de l’enseignant ainsi qu’avec les objectifs de son cours (Lebrun, 2007). D’autre part, il est essentiel de comprendre comment cette technologie se voit appréhendée par les étudiants : s’il peut, certes, s’avérer intéressant de connaître leur perception et leur taux de satisfaction à l’égard du podcasting, il s’agit surtout de comprendre comment ils utilisent et s’approprient cette technologie dans leur vie quotidienne d’étudiant et ce, en regard de leurs stratégies d’apprentissage.

Bibliographie à retrouver dans l’article.


4 réflexions au sujet de « S’intéresser aux médiateurs pharmacologiques pour changer de paradigme dans la recherche sur les TICE »

  1. jmarcfj

    Cet article est en résonance avec deux lectures que je viens de lire :

    Le premier sur l’humanisme numérique de Milad Doueihi, université de Laval au Canada ( http://sco.lt/5ASEoD ) où il précise :
    Les pratiques numériques ont modifié le contexte lui-même (fragmentation et sociabilité) et notre rapport avec le narratif et le récit – le fragmentaire devenant le style même de l’écriture et une forme de pensée.

    Et le second de Richard E. Clark, professeur de psychologie de l’éducation et de
    technologie, ainsi que directeur du Center for Cognitive Technology au sein de
    l’Université de la Californie du Sud, Los Angeles dans une interview sur les ingrédients actifs de l’apprentissage ( http://sco.lt/5zDPYP) où il précise :
    qu’un média n’a que deux « ingrédients actifs » qui peuvent influencer l’apprentissage :
    la méthode d’enseignement et la connaissance des tâches (Clark, 2001, chap. 14 ; Clark et
    Estes, 1999).
    Ce qui est également dans le #qpes13 que tu as retweeté

    Dans le récit que tu fais sur le podcasting, le problème est la question du contexte qui n’est pas évoqué et qui selon ces deux précisions sont déterminantes pour en définir l’effet poison ou remède.

    Par expérience et par les diverses recherches que j’ai pu lire au sujet de l’impact des podasting, il est question de terreau culturel, d’habitude d’apprendre, de préférence d’apprentissage et de scénarisation pédagogique.

    Merci pour cette résonnance quasi synchrone

    Répondre
    1. Nicolas Roland Auteur de l’article

      Merci pour ce commentaires et pour les références indiquées. J’irai lire.
      Il y a plus loin dans ce carnet des articles sur l’utilisation du podcasting par les étudiants, notamment ici : http://niroland.hypotheses.org/216
      J’en parle également dans mes trois articles proposés dans les actes.
      Et la réflexion évolue et s’agrandit à celle des stratégies d’apprentissage développées dans l’environnement personnel d’apprentissage de chaque étudiant (en fonction du contexte).

      Répondre
  2. Benoit Majerus

    Voilà une vision bien optimiste du monde pharmacologique qui laisse perplexe un historien de la médecin. Mais peut-être que le podcast peut remplir le même rôle que le placebo? 🙂

    Répondre
    1. Nicolas Roland Auteur de l’article

      En effet, le « pharmakon » originel de Platon a bien évolué (notamment dans le domaine de la médecine).
      L’analogie métaphorique proposée ici m’a permis de penser autrement la recherche sur les TICE ; l’analogie est elle-même bien optimiste (simpliste?) par rapport au domaine des technologies en éducation (ce que j’explique dans la dernière partie). C’est « juste » un changement de posture/paradigme de recherche : une volonté de s’intéresser aux usages plutôt qu’aux outils.
      Maintenant, d’autres analogies sont peut-être (voire probablement) possibles, notamment avec l’utilisation du podcasting comme placebo 🙂
      Si tu as un peu de temps pour que je te présente mes premiers résultats, on peut en discuter.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.