Une approche sociocritique du numérique en éducation : enjeux et questionnements

student-849822_1920

Avec un réseau de chercheures et chercheurs francophones, nous sommes en train de développer une approche sociocritique du numérique en éducation. Dans ce cadre, nous organisons une journée d’étude le 17 juin 2016 à Grenoble pour appréhender, réflechir et construire cette approche avec l’ensemble des participants.

Argumentaire –

Depuis de nombreuses années, le numérique participe à la transformation de l’éducation. De nouveaux outils sont utilisés pour enrichir et diversifier les pratiques pédagogiques actuelles et leur usage connaît un accroissement exponentiel. Si de nombreuses institutions éducatives s’engagent dans la voie du numérique – les derniers exemples sont l’arrivée des vidéos pédagogiques, des réseaux sociaux ainsi que des MOOCs – peu sont celles toutefois qui savent prendre le temps de la réflexion. De son côté, la recherche se borne trop souvent à une approche de remplacement et de comparaison entre le nouveau et le traditionnel, se fixant pour objectif de prouver l’efficacité d’un dispositif ou d’une formation, laissant ainsi de côté les difficultés rencontrées, les écarts perçus entre l’idéel, à savoir « l’horizon à la fois idéal et conceptuel vers lequel tend le projet », et le réel de « l’expérience subjective » vécue par les acteurs.

L’objectif du collectif d’enseignants-chercheurs qui s’est récemment constitué autour d’une approche sociocrique du numérique en éducation, est d’étudier de près les phénomènes de résistance trop souvent ignorés, les tensions, mais aussi les « impensés », ces notions qui semblent aller de soi, mais qui cachent des réalités bien plus complexes qu’il n’y parait.

Cette journée d’étude entend privilégier les échanges, non seulement au sein du collectif, mais aussi entre le collectif et le public, dans le but de questionner l’approche sociocritique pour mieux l’explorer. A cette fin, plusieurs intervenants du collectif proposeront d’analyser un corpus de textes relevant selon nous de l’approche sociocritique (la liste des textes composant ce corpus est disponible). Cette journée d’étude se voulant un moment de réflexion et d’échanges, chaque communication proposera une lecture du corpus selon un angle particulier (méthodologie, positionnement, question de l’intervention…) avant d’ouvrir le débat avec le public. Ce dernier, qu’il ait pu procéder ou non à la lecture des articles mis à disposition, sera chaleureusement invité à faire part de ses réflexions.

Invitée à jouer le rôle d’ « amie critique », Brigitte Albero interviendra à la fin de la journée pour établir des liens entre l’approche sociocritique et d’autres orientations ou mouvements de recherche en cours. Elle donnera également sa vision des enjeux actuels auxquels se trouve confrontée la recherche sur le numérique en éducation.

Le programme provisoire est disponible en ligne.

Inscriptions –

La participation à la journée est gratuite. Le repas de midi est à la charge des participants : S’inscrire en ligne

Le numérique à l’école : des inégalités aux opportunités

IEV_PS_2016.001

Samedi 14 mai, j’ai eu l’occasion de participer à la rencontre-débat du Chantier des idées « L’école de demain » avec d’autres acteurs du système éducatif de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dans cadre, mon intervention – « Le numérique éducatif : des inégalités aux opportunités » – tendait à déconstruire le mythe, toujours présent, des digital natives et à démontrer que le centre de gravité de la fracture numérique avait changé : si une large majorité des jeunes ont aujourd’hui accès aux outils numériques, il existe de grandes disparités au niveau des compétences liées à l’usage de ceux-ci. En effet, tous les élèves ne sont pas égaux dans l’usage du numérique à des fins scolaires : face, notamment, aux difficultés techniques, certains jeunes vont pouvoir faire appel à une aide extérieure permettant de les aider, de les aiguiller, voire de transmettre des connaissances ; d’autres n’auront pas cette possibilité. En effet, « l’aide intergénérationnelle est inégale en fonction des familles […] l’usage raisonné des TIC n’est pas toujours transmis » (Dauphin, 2012). En d’autres termes, certaines familles, issues de milieux socio-économiques favorisés, vont être capables de transmettre un « capital numérique » à leurs enfants alors que d’autres seront dans l’incapacité créant ainsi une ségrégation des jeunes dans leurs recours au numérique.

La suite est à découvrir dans le diaporama ci-dessous ainsi que dans ce texte, publié il y peu, dans la Revue Traces de changements.

L’apprentissage et le numérique : de la recherche de questions aux questions de recherche

11080515534_8f686d3cf8_o

Depuis de nombreuses années, le numérique a participé à la transformation des processus d’apprentissage. Ces derniers s’inscrivent désormais dans des espaces multiples – changements de lieux – et s’étendent tout au long de la vie – changement de temporalité (Charlier, 2013). Les paroles prophétiques d’un changement de pratiques au sein de la population étudiante – ayant un recours plus important aux technologies – se confirment à la lueur des enquêtes scientifiques récentes.

Pour dépasser cet état de fait, notre contribution porte un regard historique, comparatiste et réflexif sur l’ensemble des travaux de recherche en sciences de l’éducation qui se sont intéressés aux pratiques d’apprentissage liées au numérique. Schématiquement, ces travaux peuvent se décomposer en trois courants qui continuent à cohabiter aujourd’hui : un premier courant de recherche s’intéresse à la manière dont le numérique peut influencer l’apprentissage des élèves. Ces travaux, particulièrement technocentristes, se bornent, souvent, à une approche de remplacement et de comparaison entre le nouveau – technologique – et le traditionnel – non technologique – (Ellis et Goodyear, 2010), le premier étant considéré comme meilleur par rapport au second. Toutefois, derrière ces recherches expérimentales se cachent de nombreux biais, des concepts mal définis ou encore une absence de prise en compte des spécificités des médias ou des différences interindividuelles (Charlier, 2011). L’ouvrage de Russel (1999), « The No Significant Difference Phenomenon », en est une illustration caricaturale : en répertoriant plus de 355 études sur l’impact des TIC, l’auteur soutient qu’il n’existe aucune différence, sur le plan des apprentissages, entre un enseignant qui a recours aux technologies et celui qui ne les intègre pas. Un deuxième courant, initié par Clark (1983), considère que ce sont les pratiques pédagogiques, voire le dispositif, et les caractéristiques des apprenants qui font la différence. Loisier (2011, p. 105) soulignait ainsi, dans une synthèse des méta-analyses et des méta-recherches sur l’usage des TICE effectuées entre les années 1995 et 2010, que les facteurs de l’amélioration de l’apprentissage liés au numérique étaient « d’une part, dans la personnalité de l’apprenant et, d’autre part, dans l’art du pédagogue qui le guide et l’accompagne. » Le troisième courant est né de l’évolution de l’écologie des usages numériques des élèves amenant à repenser les relations entre leurs pratiques académiques et non académiques. La notion d’environnement personnel d’apprentissage (Attwell, 2007 ; Roland et Talbot, 2014) a engendré une évolution fondamentale dans la manière de penser le recours à des outils numériques d’apprentissage par les apprenants : la recherche, jusqu’alors cantonnée à étudier des usages institutionnels et formels, s’est intéressée aux usages des étudiants « en marge des dispositifs sociotechniques ou technopédagogiques proposés par une institution pédagogique » (Bonfils et Peraya, 2012).

Cette réflexion sera présentée au sein du symposium « A quelles questions cherchons-nous réponse à propos des processus d’apprentissage ? » de l’AREF 2016. Dans ce cadre, notre contribution aura pour objectif, à partir d’une revue de la littérature des principaux travaux portant sur les processus d’apprentissage liés aux outils numériques, d’étudier la manière dont ces recherches ont été élaborées en termes de problématiques et de questions de recherche afin de mieux appréhender et d’interroger leur évolution historique.

Crédit photographique : reynermedia

La formation pratique des enseignants en Belgique francophone

L’année dernière, lors du 2ème colloque international en éducation à Montréal, j’ai eu l’occasion de dresser un état des lieux de la formation pratique des enseignants de l’enseignement fondamental et secondaire en Belgique et, plus particulièrement, en Fédération Wallonie-Bruxelles. Lors de cette communication, j’ai pu décrire les modalités organisationnelles et pédagogiques du développement des savoir-faire dans les hautes écoles, formant les enseignants du fondamental et du secondaire inférieur, ainsi que dans les universités, formant les enseignants du secondaire supérieur.

De cette communication est née une publication, co-écrite avec Catherine Van Nieuwenhoven, parue dans la revue « Formation et Profession » : Van Nieuwenhoven, C. et Roland, N. (2015). La formation pratique des enseignants en Belgique francophone. Formation et profession, 23(3), 210-217.

Résumé –
Cette contribution vise à dresser un état des lieux de la formation pratique des enseignants de l’enseignement fondamental et secondaire en Belgique et,plus particulièrement,en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) – la partie francophone du pays –, anciennementdénomméeCommunautéfrançaisedeBelgique (CFB). Le cursus scolaire d’un élève en Belgique se découpe, quant à lui, en quatre grandes périodes : l’enseignement maternel de 2 ans et demi à 6 ans (non obligatoire, mais fortement recommandé), l’enseignement primaire de 6 ans à 12 ans (obligatoire), l’enseignement secondaire de 12 ans à 18 ans (obligatoire) et, enfin, l’enseignement supérieur. À l’heure actuelle, la formation des enseignants des sections préscolaire (3-5 ans), primaire (6-12 ans) et secondaire inférieur (12-15 ans) est organisée en trois années au sein de hautes écoles (établissements d’enseignement supérieur de type court) et donne accès à un « bachelier » en trois ans ; celle des enseignants du secondaire supérieur (16-18 ans) est organisée en 5 années, voire en 6 années à l’université (établissement d’enseignement supérieur de type long) et donne accès à un « Master ». Dans le présent article, nous décrivons les différentes modalités de la formation pratique des futurs enseignants tant en haute école qu’à l’université en nous basant sur deux études de cas. Nous terminons en soulevant les questions ainsi que les défis de cette formation pratique et éclairons le lecteur sur les évolutions futures de la formation des enseignants.

Lien de la publication sur ResearchGate
Lien de la publication sur Di-fusion

Les formateurs d’enseignants face aux environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants

Capture d’écran 2016-03-24 à 16.06.19

Avec Sophie Vanmeerhaeghe, nous venons de publier le premier volet d’une de nos recherches au sujet des représentations des enseignants concernant les compétences numériques de leurs étudiants. Le texte complet est disponible sur le site de la Revue RIPES.

Résumé –
L’intégration et l’usage des technologies à des fins pédagogiques sont, à quelques exceptions près, peu présentes dans la formation des futurs enseignants du fondamental et du secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Néanmoins, aujourd’hui, le métier d’enseignant s’avère de plus en plus complexe et nécessite une maîtrise de ces technologies, que ce soit pour enseigner ou accompagner les élèves dans leurs usages du numérique. Les futurs enseignants – alors encore étudiants – recourent pourtant à des outils et services numériques dans le but de créer, voire d’organiser, leur environnement personnel d’apprentissage (EPA). Toutefois, de nombreux travaux montrent que ces étudiants ne possèdent pas les compétences nécessaires à une gestion optimale de cet environnement. Dès lors, à leur entrée dans le supérieur, ils nécessitent aide et intervention pédagogiques afin de choisir les outils adéquats en vue d’atteindre leurs objectifs d’apprentissage. Par l’intermédiaire d’une enquête par questionnaires, cette recherche a pour objectif de saisir les représentations de formateurs d’enseignants à propos des environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants ainsi que d’appréhender les approches pédagogiques qu’ils mettent en œuvre pour accompagner leurs étudiants dans la création d’un tel environnement. Cette contribution offre un premier état des lieux permettant de saisir le sens que les enseignants accordent aux environnements personnels d’apprentissage de leurs étudiants ainsi que la manière dont ils les aident à élaborer des environnements efficients.

Appel à communications – Multilinguisme et méthodes alternatives d’apprentissage des langues

Multilinguisme et méthodes alternatives d’apprentissage des langues : Les nouveaux dispositifs d’accompagnement pour l’enseignement des langues étrangères

Le colloque aura lieu à Bruxelles du 7 au 8 novembre 2016.

Capture d’écran 2016-03-13 à 16.30.50

Les méthodologies d’apprentissage des langues étrangères ont fortement varié durant les siècles, et notamment au 20e. De la grammaire traduction à la méthode actionnelle, en passant par les méthodes structuro-globales, behavioristes, naturelles, communicatives, voire éclectiques, les raisons des modifications sont à chercher tant du côté de l’évolution et des avancées scientifiques, notamment dans le domaine des sciences humaines, que des modifications des besoins et de la prise en compte de la valeur des échanges linguistiques, sans oublier les changements idéologiques qui les sous-tendent. Les évolutions technologiques ont également apporté leur lot de potentialités nouvelles.

Tous ces changements ont également eu un impact sur la relation entre apprenants et enseignants, celle-ci ayant quitté depuis assez longtemps la pure verticalité de l’échange autoritaire où l’enseignant transmettait unilatéralement des savoirs à l’apprenant. La co-construction des savoirs, savoir-faire et savoir-être, a radicalement modifié la donne.

À côté de la relation apprenant-enseignant de langue, se sont par ailleurs développés d’autres modes d’apprentissage qui sont venus compléter la panoplie des méthodes, notamment en contexte multilingue. L’apprenant, devenu acteur de son apprentissage, trouve des ressources ailleurs qu’auprès de l’enseignant de langue, que ce soit par le biais d’enseignements de matières spécifiques donnés en langue étrangère (enseignement ÉMILE-CLIL), de nouvelles technologies (blended learning ou Moocs) ou en ayant recours à des pairs, le cas échéant, hors de la classe (tables de conversation ou tandems linguistiques).

Le présent colloque se propose d’étudier scientifiquement quelques-uns de ces dispositifs d’accompagnement : leur conception, leurs conditions d’apparition (aspects tant pédagogiques que budgétaires), les résultats observés. Dans le prolongement de celui-ci, sera organisé un atelier plus spécifiquement consacré aux tandems linguistiques.

Seront donc attendues toutes les contributions, en français, en néerlandais ou en anglais, qui, dépassant les constats de la simple expérience, posent un regard scientifique, et donc critique, sur ces nouveaux dispositifs d’accompagnement. Une attention particulière sera portée aux propositions qui traiteront du renforcement de l’autonomie des apprenants, des bénéfices à tirer du principe de réciprocité, du développement observé des compétences interculturelles, de l’intégration de ces dispositifs dans le curriculum, des objectifs et de l’évaluation de l’atteinte de ceux-ci. 

Comité d’organisation :
Julie Bertone VUB
Stefanie Blom VUB
Sabina Gola ULB
Barbara Louwagie VUB
Julie Luyckx VUB
Michel Pierrard VUB
Evie Tops ULB
Nefertari Vanden Bulcke VUB
Dan Van Raemdonck ULB-VUB
Comité scientifique :
Laura Calabrese ULB
Sabina Gola ULB
Alex Housen VUB
Michel Pierrard VUB
Nicolas Roland ULB
Esli Struys VUB
Evie Tops ULB
Jennifer Valcke (Karolinska Institutet, Stockholm)
Dan Van Raemdonck ULB-VUB

Calendrier :
– Les propositions de communication sont à envoyer pour le 30 avril 2016 au plus tard aux deux adresses suivantes : etops@vub.ac.be et sgola@ulb.ac.be
– La proposition consistera en un résumé de maximum 5000 signes, bibliographie sélective comprise, accompagné de 5 mots-clés.
– Les notifications d’acceptation seront transmises pour le 15 juin 2016.

MOOC Afrique : Publication du rapport intermédiaire

Template-mooc-afrique-2.001

Avec Marie Stavroulakis, nous avons publié et fait la présentation, la semaine dernière, du rapport intermédiaire de la recherche « MOOC Afrique : Analyse des besoins, étude de faisabilité et recommandations ».

Il ne s’agit pas d’un rapport d’avancement en termes de contenu mais plutôt un résumé global du travail entrepris depuis juillet. Ainsi, ce rapport présente tout d’abord l’équipe en charge du projet de recherche, les objectifs de ce travail ainsi que la posture scientifique adoptée. Nous décrivons également les principales étapes du volet empirique, les instruments de récolte de données employés ainsi que les premières observations ayant émergé durant ces différentes phases. Enfin, nous envisageons les perspectives de ce travail.

Le rapport est disponible sur Di-fusion
La présentation diaporama est disponible sur Slideshare

MOOC Afrique : nous avons besoin de vous !

logo_mooc_afrique

Nous avons besoin de vous ! Pourquoi ?

Dans le cadre de notre recherche « MOOC Afrique : analyse des besoins, étude de faisabilité et recommandations”, nous souhaitons, comme nous l’expliquions hier, être en contact avec un maximum de personnes en Afrique subsaharienne francophone pour contribuer à améliorer la qualité de l’enseignement supérieur en répondant à un court questionnaire (15 minutes).

https://fr.surveymonkey.com/r/moocafrique

Les profils recherchés sont les suivants :
–       Enseignant de l’enseignement supérieur en Afrique subsaharienne
–       Etudiant de l’enseignement supérieur en Afrique subsaharienne
–       Ancien participant à une formation à distance (FOAD ou MOOC) résidant en Afrique subsaharienne
Vous êtes un de ces profils ou vous en connaissez ? Vous pouvez nous aider ! Que vous ayez déjà participé à un cours en ligne ou non, que vous utilisiez les technologies ou non, que vous soyez enseignants ou apprenants, votre avis est important pour nous !

Ces 15 minutes permettront d’orienter les futures initiatives d’enseignement à distance en Afrique ; initiatives qui doivent prendre en compte les réalités de terrain. Ces réalités, nous ne pouvons les capter sans votre aide.

La participation est entièrement libre et volontaire.

En vous remerciant vivement de votre contribution, n’hésitez pas à nous contacter !